Skip to Content

Sensibilité des peuplements forestiers à base de chêne au vent : impact de la structure et de la composition du peuplement et de la date de la dernière coupe

Coordinateur(s)
Frédéric Gosselin, Cemagref
Partenaire(s)

Chambre d'Agriculture de Seine-et-Marne

ONF

CRPF

Centre et Ile-de-France

A l'issue des tempêtes de décembre 1999, diverses études ont été engagées afin de tirer les leçons de l'ampleur des dégâts forestiers. Ce projet aborde des hypothèses sur l'influence de la gestion forestière sur les dégâts occasionnés par la tempête en analysant les données dendrométriques récoltées dans le cadre de deux réseaux expérimentaux, l'un en Brie (Seine-et-Marne), l'autre en forêt domaniale de Montargis (Loiret).

Si tous les enseignements du travail réalisé ne sont pas encore tirés, on peut mettre en avant deux points :

(i) En premier lieu, il a donné lieu à une réflexion sur la correction des données avant tempête, qui étaient pour la plupart des données recueillies à la jauge d'angle. Les biais présents dans ces données, et notamment le biais observateur, ont été corrigés avant de les comparer avec les relevés de chablis. Une première méthode simple de modélisation des erreurs d'appréciation des classes de diamètre par les observateurs a été proposée. Des applications de ces techniques dans la gestion forestière courante sont envisageables.

(ii) En second lieu, le projet a été l'occasion d'une première formalisation d'une méthode d'analyse des chablis prenant en compte à la fois les caractéristiques individuelles des arbres, la sévérité des dégâts (en lien avec la structure spatiale du plan d'échantillonnage), et les variables de peuplement. Le résultat général de cette première approche est qu'une fois prises en compte les caractéristiques individuelles des arbres et la structure spatiale du plan d'échantillonnage, aucune des variables de gestion forestière prospectées n'a un rôle significatif.


Ces deux points et d'autres résultats issus de l'important travail méthodologique réalisé seront approfondis dans la phase de valorisation scientifique qui s'amorce.