Skip to Content

Dynamique temporelle des métacommunautés de mollusques des eaux douces aux Antilles françaises : une rencontre entre génétique des populations et écologie des communautés

Coordinateur(s)
Patrice David, CNRS

Les théories expliquant le maintien de la diversité spécifique au sein des communautés mettent une emphase plus ou moins forte sur les processus déterministes (compétition) ou stochastiques (extinction / recolonisation, rôle des invasions). Notre objectif est de quantifier ces processus dans une communauté de mollusques des eaux douces tropicales (Martinique et Guadeloupe) soumise à des modifications majeures depuis une cinquantaine d'années (par ex. eutrophisation et introduction d'espèces).

Ce projet se base sur un suivi annuel, initié depuis plusieurs années, de la composition spécifique (environ 25 espèces) de plusieurs centaines de sites présentant des caractéristiques écologiques locales (par ex. profondeur) ou régionales (par ex. pluviométrie) très diverses. Ces données seront analysées à l'aide de méthodes permettant l'estimation de paramètres métapopulationnels tels que le taux d'extinction, en tirant profit de la répétition temporelle des échantillonnages, un aspect original de notre projet.

Pour un sous-ensemble d'espèces, nous étudierons aussi divers traits de vie et le système de reproduction au laboratoire, et nous mènerons des études de la structure génétique des populations. Ceci permettra :

  • de tester des hypothèses concernant le rôle des traits, systèmes de reproduction et conditions environnementales sur les paramètres métapopulationnels,
  • de comparer les diversité intra- et interspécifique dans un cadre d'hypothèses fourni par les modèles neutralistes et
  • d'analyser le rôle des invasions récentes sur l'homogénéisation de la faune de mollusques.


Ces résultats auront des retombées importantes sur les modes de gestion adaptés à la préservation d'une biodiversité naturellement dynamique dans des écosystèmes tropicaux fragmentés.