Posted on

Ecoforum XXV – Conférence « La forêt pour construire le futur ? » par Luc Charmasson

Ecofor

Ecofor

Jeudi 8 novembre 2018 (11h00-13h00), dans les locaux du Cirad, 42 rue Scheffer 75116 Paris

La forêt pour construire le futur ?

Luc Charmasson

Président du Comité stratégique de la filière-bois (CSF Bois) au sein du Conseil national de l’industrie, Président d’honneur de l’interprofession nationale France Bois Industries Entreprises (FBIE) et Président du Groupement d’intérêt économique GIPEN spécialisé dans les structures bois

introduction de
Cécile Nivet
, Responsable de la médiation scientifique et de la valorisation des recherches à Ecofor, Rédactrice en chef invitée du numéro thématique de la Revue forestière française sur le sujet « les nouveaux usages du bois interpellent la gestion forestière ».

avec les témoignages de
Emmanuelle Bour-Poitrinal, Présidente de la section « Forêts, eaux et territoires » du Conseil général de l’alimentation, de l’agriculture, et des espaces ruraux.
Andreas Kleinschmit von Lengefeld, Directeur innovation recherche de l’Institut technologique Forêt Cellulose Bois-Construction Ameublement (FCBA), membre du Conseil scientifique d’Ecofor.

Regarder la vidéo de la conférence  Accéder à l'enregistrement vidéo

Télécharger les présentations

Introduction à la conférence

La forêt et les activités qu’elle sous-tend contribuent à un pan entier d’une bioéconomie qui vise à développer la production et la valorisation des bioressources et services écosystémiques tout en répondant aux défis climatiques, sociaux, environnementaux, territoriaux et économiques. Les forêts françaises qui ne cessent de s’accroître en surface et volume ne recèlent-elles pas un énorme potentiel disponible pour une valorisation avisée et efficace ?

Un paradoxe tout d’abord se fait jour avec, d’un côté, des demandes dont le renforcement semble inéluctable et, d’un autre côté, un développement qui se fait attendre et concerne pour l’instant surtout l’énergie. Le bois matériau, reconstitué ou non, n’est-il pas pourtant l’objectif de production qui concilie le mieux les diverses attentes vis-à-vis de la forêt ?

Au delà de son exclusion spécifique des aires protégées, la récolte de bois n’est-elle pas le moyen de gestion par excellence d’une forêt saine et stable assurant un grand nombre de services écosystémiques ? L’usage de ceux-ci n’est-il pas d’ailleurs un volet à part entière de la bioéconomie qui mériterait aussi des innovations significatives ?

Finalement, quelles sont les pistes les plus prometteuses pour une bioéconomie fondée sur la forêt ? Quels sont les principaux verrous qui les obèrent ? Quelles clés la science est-elle susceptible de détenir pour ouvrir ces pistes et lever ces verrous ?