Publié par

Jean-Marc Guehl (23 avril 1955 – 9 avril 2022)

C’est avec une grande tristesse que le GIP ECOFOR a appris le décès de Jean-Marc Guehl, ancien membre de son Assemblée générale et son président de juillet 2013 à mars 2020.

Ses travaux dans le champ de l’écophysiologie et de l’écologie fonctionnelle ont permis de mieux comprendre le fonctionnement et les bilans carboné et hydrique des forêts. Ils s’insèrent dès les années quatre-vingt dans l’effort de recherche consacré au changement climatique et à l’évaluation des impacts de l’augmentation du CO2 atmosphérique sur les forêts. Ses recherches portent tant sur les forêts tempérées que sur les forêts tropicales, comme le montrent deux de ses dernières contributions liées à des initiatives d’ECOFOR, une analyse de la mesure de la pression de récolte en forêts européennes et une note d’expertise scientifique sur la question de la déforestation importée.

Parallèlement à ses recherches scientifiques, Jean-Marc a eu un rôle très important dans la structuration de la recherche, d’abord au sein d’INRAE (alors INRA), bien au-delà ensuite. Il soutient avec force les recherches sur les forêts tropicales humides en Guyane, en particulier la création d’un pôle d’écologie à Kourou. Il organise aussi à Cayenne en 2009 en partenariat avec ECOFOR, une grande conférence internationale sur les forêts tropicales humides, rassemblant près de 200 participants d’Europe, d’Afrique, d’Amérique du sud et d’Amérique du nord, qui constitue indéniablement un événement marquant. Il travaille efficacement en faveur de la construction d’équipes pluridisciplinaires, notamment lorsqu’il pilote le département « Écologie des forêts, prairies et milieux aquatiques » de l’INRA. Il dirige le métaprogramme ACCAF « Adaptation de l’agriculture et des forêts au changement climatique ». Pendant plusieurs années, il préside également le Comité d’évaluation scientifique « Dynamique des socio-écosystèmes et de leurs composants en vue de leur gestion durable » de l’Agence Nationale de la Recherche où il a eu à cœur de rassembler une équipe pluridisciplinaire. C’est dans ce même esprit de pluridisciplinarité qu’il s’engage dans ECOFOR.

Il y joue un rôle de premier plan pendant 15 ans, à cheval sur deux mandats du groupement (2005-2020). De 2005 à 2013 en tant que chef du département « Écologie des forêts, prairies et milieux aquatiques » de l’INRA, il représente alors l’organisme au conseil d’administration. Le renouvellement du GIP en 2013 coïncide à quelques mois près avec le retour de Jean-Marc à la direction de l’UMR Écologie et écophysiologie forestières de l’INRA. Le 10 juillet 2013, Jean-Marc est nommé président de l’Assemblée générale d’ECOFOR. Il succède à François Houllier devenu PDG de l’INRA. Il est alors également membre du « board » de l’Institut forestier européen (EFI), maintenant un lien fructueux entre la gouvernance des deux structures. Son mandat à la présidence d’ECOFOR est renouvelé deux fois (16 mars 2016 et 15 mars 2019), Jean-Marc ayant accepté un troisième mandat pour assurer la transition vers une nouvelle direction et un nouveau président de l’Assemblée générale.

Toutes celles et ceux qui ont eu la chance de travailler aux côtés de Jean-Marc au sein d’ECOFOR retiennent l’image d’un homme modeste, dévoué à la science et à la recherche publique, au raisonnement scientifique affuté, à l’esprit curieux et ouvert vers d’autres disciplines, à la parole calme et pesée, à l’humour discret, attaché à l’équilibre et à la justesse dans les débats. Un homme d’une extrême gentillesse, avec la joie au bord des yeux. Jean-Marc Guehl est l’auteur de plus de 200 publications dont la répartition dit beaucoup de sa conception de la science : il s’est adressé également à la communauté scientifique internationale, aux enseignants et aux professionnels de la filière bois.

Dans la recherche, l’enseignement, l’expertise, la coordination de projets et l’exercice de responsabilités de direction, Jean-Marc a œuvré collectivement. Sa disparition laisse à celles et ceux qui ont eu la chance de le connaître et de le côtoyer un immense vide.

A sa famille, à ses nombreux amis, à ses collègues, à ses consœurs et confrères de l’Académie d’Agriculture, ECOFOR adresse toutes ses condoléances.

Le GIP Ecofor

Publié par

20-22 septembre 2022 : TRIDIFOR – Méthodes innovantes d’analyse de données 3D en forêt

Appel à propositions de communication orale

Le colloque « TRIDIFOR – Méthodes innovantes d’analyse de données 3D en forêt« , organisé par l’ONF, INRAE, l’Université de Sherbrooke, Ressources naturelles Canada et le GIP Ecofor, aura lieu du 20 au 22 septembre 2022 en visioconférence.

Le colloque s’inscrit dans la continuité des ateliers LiDAR-t pour la communauté francophone organisés de 2010 à 2018. Il s’adresse à l’ensemble de la communauté scientifique francophone utilisant des données 3D de scènes forestières. Il a pour objectif de créer un espace d’échanges multidisciplinaires sur l’état de l’art, les perspectives et les enjeux attachés aux traitements de ces données dans un contexte forestier.

Nous lançons ainsi un appel à présentations pour le colloque « TRIDIFOR » qui aura lieu durant trois demi-journées du 20 au 22 septembre 2022.

Pour soumettre vos propositions de présentations, merci de remplir ce formulaire avant le 16 mai 2022 :
https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSeGG5IjSDzx0T_LNbcJ3OAnxnmssVHpmSNUfGwwtAwNqPpVNg/viewform?usp=sf_link

Plus d’informations :

Appel-a-contributions-Colloque-LiDAR-1


Contacts :
En France : Alexandre Piboule (Office National des Forêts) : alexandre.piboule@onf.fr
Au Québec : Jean-François Côté (Ressources naturelles Canada) : jean-francois.cote@NRCan-RNCan.gc.ca

Publié par

Animation thématique « Forêt durable » – PEI-AGRI 2014-2020

Les Partenariats européens pour l’innovation (PEI) sont des initiatives européennes lancées dans la stratégie « Europe 2020 » et qui visent à favoriser l’innovation en mutualisant l’expertise et les ressources et en rassemblant des acteurs publics et privés à l’échelle européenne, nationale ou régionale. Le PEI pour la productivité et la durabilité de l’agriculture (PEI-AGRI) est l’un des cinq PEI lancés. Il combine des financements de la politique européenne de développement rural (via le FEADER) et du programme de recherche et d’innovation Horizon 2020. À l’échelle européenne, Horizon 2020 finance notamment pour le PEI-AGRI des Projets multi-acteurs et des Réseaux thématiques tandis que, à l’échelle régionale, le FEADER finance des Groupes opérationnels. Depuis 2014, le PEI-AGRI a financé 97 projets multi-acteurs dont 8 projets forestiers ou d’intérêt pour les forestiers (agroforesterie…), 36 réseaux thématiques dont 3 forestiers, et 283 Groupes opérationnels dont 13 forestiers. Tous ces projets ont produit un ensemble de résultats et de connaissances qui restent insuffisamment valorisés auprès des acteurs forestiers française, qu’ils soient chercheurs, gestionnaires ou propriétaires forestiers.


C’est pourquoi un projet d’animation thématique Forêt Durable PEI-AGRI a été lancé avec pour objectif d’identifier et de valoriser les résultats des projets PEI-AGRI de la période 2014-2020 les plus pertinents pour les acteurs forestiers français. Ce projet qui a démarré en mai 2021 et qui s’achèvera en juillet 2023 consistera à passer en revue les projets multi-acteurs, réseaux thématiques et groupes opérationnels du PEI-AGRI pour en extraire les plus pertinents au regard de la thématique « forêt durable » et des problématiques forestières françaises, puis à analyser en détail un sous-échantillon de ces projets, et enfin à capitaliser les résultats issus de ces projets dans des actions de transfert et de communication (fiches synthétiques, vidéos, webinaires, ateliers régionaux).


À titre d’exemple, le projet INCREDIBLE est un des réseaux thématiques forestiers du PEI-AGRI financé par Horizon 2020. Comme exemple de projet multi-acteurs du PEI-AGRI, on pourra citer le projet HOMED qui a visé à définir différentes stratégies de lutte face aux bio-agresseurs invasifs (champignons et insectes) des arbres forestiers européens, en développant un outil générique et facile d’utilisation de détection des champignons pathogènes. HOMED a cherché à rendre cette méthodologie utilisable par n’importe quel utilisateur, en particulier non-expert, à partir d’une chaîne d’analyse bio-informatique. Quant aux 13 Groupes opérationnels forestiers régionaux, ils concernent tant des essences ciblées que la question de l’adaptation au changement climatique ou la transformation aval du bois.
Financé par le FEADER (53 %) à travers le Réseau rural national avec une contrepartie nationale du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation (47 %), ce projet est coordonné par le CNPF et implique l’IEFC et le GIP Ecofor comme partenaires.


Le dispositif du PEI-AGRI est appelé à se renforcer dans la prochaine période de programmation de l’Union européenne. Au-delà de la valorisation des résultats forestiers du PEI-AGRI de la période 2014-2020, l’enjeu de ce projet est donc également d’inciter les forestiers à s’approprier le mécanisme du PEI-AGRI pour favoriser l’émergence de nouveaux partenariats et la soumission de nouveaux projets, et ainsi bénéficier d’un accompagnement supplémentaire pour faire face aux enjeux forestiers liés aux changements globaux.

Publié par

MODADAPT – Quels modèles pour guider les décisions d’adaptation des forêts au changement climatique ?

Le projet MODADAPT, « Quels modèles pour guider les décisions d’adaptation des forêts au changement climatique ? », est financé par le LabEx ARBRE, le RMT Aforce et la Région Grand Est. Il a été initié en 2021 et doit se terminer en 2022.

Contexte

Les impacts attendus du changement climatique sur la forêt interpellent la gestion forestière. Le secteur forêt-bois est d’ores et déjà perturbé par des crises liées à des accidents climatiques qui devraient s’intensifier dans un proche futur. L’adaptation des forêts est devenue un enjeu majeur, inscrit dans les politiques publiques (Feuille de route pour l’adaptation des forêts au changement climatique, plan de relance…). Dans ce contexte de transition, les gestionnaires forestiers expriment le besoin d’outils pour assister les décisions sylvicoles, et notamment le choix des essences, tout en ayant une bonne compréhension des incertitudes de projection.

Objectifs

Le projet MODADAPT s’intéresse aux modèles d’impact du changement climatique sur les couverts forestiers déjà développés et applicables à la forêt française métropolitaine, pour les analyser du point de vue de leur capacité d’aide à la décision sylvicole : quels types de réponses apportent les différents modèles, avec quelles limites ? Comment évaluer le degré de cohérence de leurs projections ? Quels types de questions sylvicoles pourraient bénéficier d’une aide à la décision basée sur la modélisation ?

Principaux livrables

Les principaux livrables attendus sont :

  • un référentiel permettant de positionner les modèles du point de vue de l’aide à la décision forestière ;
  • une cartographie des modèles disponibles, selon ce référentiel ;
  • une typologie des décisions forestières d’adaptation susceptibles d’être appuyée par la modélisation, illustrée par un recueil de cas d’étude ou situations de décisions ;
  • une méthodologie d’analyse comparée des projections ;
  • un premier exercice d’application de cette méthodologie ;
  • un article de synthèse et de positionnement sur l’utilisation des modèles pour l’aide à la décision forestière d’adaptation, servant de base à un projet de colloque sur l’aide à décision forestière pour l’adaptation.

Partenaires

Le projet est mis en œuvre par un consortium de cinq partenaires : UMR SILVA (Université de Lorraine/ AgroParisTech/ INRAE), CNPF, ECOFOR, ONF et Université forestière de Pékin. L’UMR SILVA et l’Université forestière de Pékin ont une expertise scientifique forte et reconnue sur les questions d’adaptation des forêts au changement climatique et en modélisation. Ils garantissent la qualité de la recherche menée dans le projet. L’ONF et le CNPF sont étroitement liés aux gestionnaires forestiers (ONF pour les forêts publiques et CNPF pour les forêts privées). Ces deux institutions sont également les principaux développeurs d’outils d’aide à la décision pour l’adaptation des forêts au changement climatique en France. Ainsi, grâce à ces deux partenaires, le transfert de connaissances de la recherche au développement sera assuré. Ces deux partenaires joueront également un rôle clé pour s’assurer que le travail de recherche effectué dans ce projet est pertinent pour des situations de gestion concrètes. Un autre partenaire du projet, ECOFOR, est étroitement lié aux ministères français en charge des forêts et veillera à ce que les travaux de recherche réalisés dans le cadre de ce projet apportent des réponses aux questions soulevées par les politiques forestières nationales sur l’adaptation des forêts au changement climatique.

Publié par

Gestion et impacts du changement climatique – Ouvrage de synthèse de l’appel à projets de 2012 et des projets AdaMont et OMERAD

Le GIP Ecofor et le ministère de la Transition écologique ont le plaisir de vous annoncer la publication de l’Ouvrage de synthèse de l’appel à projets de 2012 et des projets AdaMont et OMERAD du programme Gestion et impacts du changement climatique.

Découvrez dans cet ouvrage les synthèse et les résultats des sept projets de recherche suivants :

  • ADAPTATIO — Intégration de l’adaptation au changement climatique dans la conception des projets d’aménagements urbains : nouveau(x) outil(s) et nouveau(x) métier(s)
  • GEPET-Eau — Gestion Efficiente Prédictive ET adaptative de la ressource en Eau des voies navigables dans un contexte de changement climatique
  • HYCCARE Bourgogne — HYdrologie, Changement Climatique, Adaptation, Ressource en Eau en Bourgogne
  • REMedHE — Impacts des changements climatiques et anthropiques sur la gestion quantitative des Ressources en Eau en Méditerranée : évaluation comparative Hérault-Ebre
  • VIADUC — Valoriser DRIAS et Innover sur l’Adaptation grâce au Design, avec des Usagers concernés par le Climat
  • AdaMont — Impacts du changement climatique et Adaptation en territoire de Montagne
  • OMERAD — L’adaptation aux changements climatiques Outre-mer : approche intégrée du territoire de la Réunion
Synthese-GICC-APR-2012-AdaMont-OMERAD

Publié par

1er février 2022 – Webinaire #2 du projet PASSIFOR-2 : « Vers l’élaboration de maquettes de suivi de la biodiversité forestière »

Le projet « PASSIFOR », coordonné par le GIP Ecofor et INRAE, vise à formuler des Propositions d’Amélioration du Système de suivi de la biodiversité FORestière pour la France métropolitaine. Dans une deuxième phase dite PASSIFOR-2 (2019-2022), soutenue par le Ministère de la Transition écologique, le projet explore différentes possibilités de structurer un outil national de suivi de la biodiversité en forêt à partir des dispositifs de suivi existants.

Les étapes clés de ce travail sont discutées dans le cadre d’un cycle de webinaires. Organisé en décembre 2020, le webinaire #1 a été centré sur la définition d’objectifs de suivi de la biodiversité forestière, étape initiale dans la formalisation des options d’assemblage des dispositifs.

Ainsi, les travaux de PASSIFOR-2 s’organisent autour de quatre objectifs, tous envisagés à l’échelle métropolitaine, mais assez différents d’un point de vue méthodologique :

  1. Suivre l’état et la dynamique de la biodiversité en forêt,
  2. Suivre et comparer la biodiversité en forêts exploitées et non exploitées,
  3. Suivre l’état et la dynamique de la biodiversité en forêt en lien avec certaines actions de gestion,
  4. Suivre les effets du changement climatique sur la biodiversité forestière.

Toutes les ressources relatives au webinaire #1 sont en ligne.

L’équipe du projet PASSIFOR-2 a organisé son deuxième Webinaire le mardi 1er février 2022.

Ouvert à l’ensemble des parties prenantes, le Webinaire a rassemblé une soixantaine de personnes pour discuter notamment de la méthode d’assemblage des dispositifs au sein de « maquettes de suivi » de la biodiversité en forêt.

Les présentations de la matinée ont été centrées sur le cadrage du projet et la méthode pour l’élaboration des maquettes.

L’après-midi a été consacrée à des ateliers en groupe (au choix) qui ont été suivis d’un temps de restitution et de discussion avec l’ensemble des participants :

Le compte-rendu du Webinaire #2 est disponible.

Pour toute question, vous pouvez contacter Julie Dorioz.

Publié par

« Quels besoins de connaissances pour construire le futur des forêts en France ? Au-delà du plan de relance »

Leroy M., Bontemps J.D., Brahic E., Forget P.M., Garcia S., Gond V., Kleinschmit A., Landmann G., Morin X., Pélissier R., Picard N., Marty P., 2021. « Quels besoins de connaissances pour construire le futur des forêts en France ? Au-delà du plan de relance ». Note du conseil scientifique d’Ecofor, Revue forestière française, Vol. 73, N° 1, pp. 7-19.

Résumé : Le plan France Relance lancé en septembre 2020 prévoit des mesures forestières sur 2 ans, avec un accent sur la reconstitution des peuplements forestiers sinistrés, affaiblis par les sécheresses ou attaqués par les scolytes. Cependant la crise forestière liée au changement climatique est partie pour durer et les efforts sur les connaissances à acquérir pour aider la forêt à s’adapter au changement climatique devront être poursuivis sur le long terme. Nous identifions quatre enjeux principaux, fortement liés à la préservation de la biodiversité : 1) S’assurer des conditions de succès d’établissement des forêts plantées. 2) Tirer parti des dynamiques naturelles et de la biodiversité pour limiter les risques. 3) Raisonner territorialement, impliquer davantage les acteurs. 4) Connecter les enjeux nationaux aux enjeux économiques mondiaux.

Vous pouvez retrouver la note complète ici.

Publié par

« Using model analysis to unveil hidden patterns in tropical forest structures »

Nicolas Picard, Frédéric Mortier, Pierre Ploton, Jingjing Liang, Géraldine Derroire, Jean-François Bastin, Narayanan Ayyappan, Fabrice Bénédet, Faustin Boyemba Bosela, Connie J. Clark, Thomas W. Crowther, Nestor Laurier, Engone Obiang, Éric Forni, David Harris, Alfred Ngomanda, John R. Poulsen, Bonaventure Sonké, Pierre Couteron, Sylvie Gourlet-Fleury. « Using model analysis to unveil hidden patterns in tropical forest structures », Frontiers in Ecology and Evolution, 9:59920

Read the article here.

Publié par

XVe Congrès forestier mondial, 2 au 6 mai 2022, Séoul

Le XVème Congrès Forestier Mondial organisé par la FAO à Séoul, Corée du Sud, devant avoir lieu du 24 au 28 mai 2021, est reporté du 2 au 6 mai 2022.

Le thème se décline ainsi : « Construire un avenir vert, sain et résilient avec les forêts ».

Pour plus d’informations, cliquez ici : XVe Congrès forestier mondial.

Programme-XVe-Congres-forestier-mondial

Publié par

Présentations du Colloque « Zéro déforestation importée : définition(s) et conditions d’insertion dans les accords commerciaux internationaux futurs », 5 juillet 2021

Retrouvez les présentations des intervenants du colloque « Zéro déforestation importée : définition(s) et conditions d’insertion dans les accords commerciaux internationaux futurs » :

presentation-SylvieGourletFleury

presentation-RemiDAnnunzio

2021-07-05_TMF_ECOFOG_ZeroDeforestation

presentation-CharlotteOpal

presentation-AlainKarsenty

presentation-ClementineBaldon

Publié par

5 juillet 2021 – Colloque « Zéro déforestation importée : définition(s) et conditions d’insertion dans les accords commerciaux internationaux futurs »

La synthèse de notre colloque sur la déforestation importée est désormais disponible.

Vous pouvez également retrouver les présentations des intervenants ici.

Ce colloque annuel a été organisé dans le cadre de notre Réseau de sciences humaines & sociales, avec le Cirad, l’AFD, le FCBA et la Maison française d’Oxford.
Il s’est déroulé en hybride entre Agropolis à Montpellier et la plateforme Zoom, le 5 juillet 2021. Le programme est disponible sur cette page, à la suite de la synthèse.

Retrouvez la synthèse de ce colloque dédié à la déforestation importée :

Synthese-colloque-Zero-deforestation-importee

Retrouvez ci-dessous le programme du colloque :

DraftFlyerv4

Programme-v3

Publié par

6 octobre 2021 – Séance de l’Académie d’Agriculture de France : « Les essais à long terme : observation et manipulation, outils indispensables pour la connaissance des écosystèmes »

L’Académie d’Agriculture de France a organisé, le 6 octobre 2021, une séance sur « Les essais à long terme : observation et manipulation, outils indispensables pour la connaissance des écosystèmes ».

Le directeur adjoint du GIP Ecofor, Guy Landmann, a participé à cette séance pour parler du suivi intensif à long terme des écosystèmes forestiers et plus particulièrement de ses apports aux politiques publiques, des résultats attendus et des enseignements pour la suite.

Plus d’informations ici.

Vous pouvez également voir ou revoir la séance ici.

Publié par

Expertise CRREF – Coupes Rases et REnouvellement des peuplements Forestiers

L’expertise CRREF vise à réaliser un état des connaissances sur la pratique de la coupe rase (volet 1), tant dans les domaines des sciences humaines et sociales, de la géomatique, de la réglementation et de l’économie que dans les domaines des sciences de l’environnement, et une analyse des modes de renouvellement en contexte de changement climatique (volet 2).

L’évaluation de la pratique de la coupe rase (volet 1) portera sur les six thèmes suivants :

  • Thème 1. Définition des coupes rases
  • Thème 2. Connaissance et suivi des coupes rases
  • Thème 3. Dimension historique, sociale et humaine
  • Thème 4. Effets des coupes rases et du renouvellement sur le microclimat, le régime hydrique et les caractéristiques physiques et chimiques des sols
  • Thème 5. Effets des coupe rases et du renouvellement sur la biodiversité
  • Thème 6. Aspects réglementaires, fiscaux, et économiques de la pratique des coupes rases

L’analyse des modes de renouvellement en contexte de changement climatique (volet 2) portera, entre autres, sur la réussite du renouvellement en fonction des modalités et les nouvelles modalités de renouvellement.

L’expertise est principalement basée sur l’analyse de la bibliographie scientifique internationale. La dominance de la littérature étrangère est une donnée avec laquelle il faut composer. Une analyse des textes réglementaires et de données économiques relatives à la pratique de la coupe rase est également prévue. Les questions du volet 2 sur le renouvellement pour lesquelles peu de littérature scientifique existe, pourront nécessiter l’analyse des savoirs d’experts synthétisés notamment dans des guides. Par ailleurs, dans le cadre du volet 2 sur le renouvellement, deux enquêtes complètent l’analyse bibliographique : une enquête via un formulaire en ligne, réalisée par le Pôle Renouvellement des peuplements forestiers (RENFOR) et l’ONF, vise à récolter des données sur la réussite de la régénération naturelle et une enquête de terrain, pilotée par le CNPF-IDF, vise à étudier des méthodes de renouvellement innovantes.

Les thèmes du volet 1 et l’analyse bibliographique du volet 2 ont été déclinés en une cinquantaine de questions et seront traitées par un collectif d’experts animé par le GIP Ecofor. Le collectif d’experts est composé de 45 rédacteurs et d’une trentaine de contributeurs/relecteurs. Les rédacteurs sont majoritairement issus d’INRAE (16 rédacteurs) et de l’ONF (10 rédacteurs). Les autres rédacteurs sont issus des organismes suivants : CNPF/CNPF-IDF, GIP Ecofor, IGN, AgroParistech, FCBA, Université Bourgogne Franche Comté, Université de Rouen Normandie, DSF-MAA, CNRS et OFB.

Les orientations de l’expertise ont été définies par le Comité d’orientation, composé des institutions qui financent l’expertise (ADEME, Ministère de la transition écologique, Ministère de l’agriculture et de l’alimentation via le RMT AFORCE) et de l’équipe projet, qui en supervise la mise en œuvre pendant toute la durée du projet.

Un comité des utilisateurs a également été mis en place afin d’informer les parties prenantes (gestionnaires et experts forestiers, industriels de la filière bois, associations/ONG et organismes de certification ) des orientations et des résultats de l’expertise et de recueillir leurs avis.

Publié par

« A strategy for solving Europe’s imported deforestation problem »

Karsenty A., Picard N., 2021. « A strategy for solving Europe’s imported deforestation problem », Institut français des relations internationales, Éditoriaux de l’Ifri, 6 pages.

The European Union (EU) is the world’s main trader in agricultural products, with imports totaling €142 billion in 2020. These imported agricultural products include commodities – palm oil, beef, cocoa, coffee, soy, etc. – that are responsible for deforestation in producing countries and thus create an “imported deforestation” problem for Europe.

Read the article here.

Publié par

Lancement des Trophées de l’Adaptation au Changement Climatique Life ARTISAN

L’Agence de la transition écologique (ADEME), en partenariat avec l’Office Français de la Biodiversité (OFB) et l’Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique (ONERC), invitent l’ensemble des acteurs de l’adaptation au changement climatique à concourir à la 1ère édition des Trophées de l’Adaptation au Changement Climatique Life ARTISAN.

Ces Trophées visent l’ensemble des acteurs privés ou publics de l’adaptation au changement climatique français et de la préservation de la biodiversité.  

Ce concours récompense les meilleures actions (Solutions fondées sur la nature) visant :
– la réduction des risques climatiques ;
– l’adaptation des filières économiques ;
– l’adaptation de la gestion de la nature, des ressources et des milieux.  

Les lauréats bénéficieront :
– d’une invitation et d’une tribune à une conférence nationale ;
– d’une valorisation de votre action (actions presse, vidéo de promotion, publication dédiée…).  

Comment participer ?
1) Rendez-vous sur le site des Trophées
2) Télécharger les documents du concours sur le site internet page « Participez !« 
3) Déposer votre dossier complété sur le site des Trophées  

CLOTURE DES CANDIDATURES : 10 novembre 2021  
Contact : contact@trophees-adaptation-Life-ARTISAN.com
Le communiqué de presse des Trophées
La présentation PDF des Trophées
Le flyer
Rendez-vous sur le site des Trophées    

1ED_ARTISAN_Appel-a-candidatures

Publié par

Projet S’EnTET – S’Engager dans la Transition Ecologique dans les Territoires : innover pour un véritable contrat forêt-filière-société

Le projet S’EnTET vise à étudier les processus de Transitions écologiques, économiques et sociales (TEES) autour des forêts et des acteurs de la filière forêt-bois.

Il est financé pendant 2 ans par l’ADEME (Appel TEES 2019), il est coordonné par Marieke Blondet et réunit des chercheurs et enseignants-chercheurs de SILVA (Eric Lacombe, Jonathan Lenglet), du LADYSS (CNRS, Uni. Paris 1 Panthéon-Sorbonne), de l’ERPI, (Université de Lorraine), de l’UMR Territoires (AgroParisTech INRAE Clermont Ferrand), mais aussi le FCBA, le GIP Ecofor, la FNCOFOR, FNE et trois territoires d’études : PETR d’Épinal Remiremont, le futur Parc national de forêts en Champagne Bourgogne et le PNR Haut-Languedoc. 

Son objectif est 1) d’interroger l’effet territoire sur les modes de coordination des acteurs et les dynamiques de transition en cours et 2) d’analyser les motivations et motifs d’engagement des acteurs dans ces processus. A travers ces objectifs, les partenaires du projet S’EnTET souhaitent accompagner les acteurs des trois territoires étudiés dans leurs processus de TEES en co-construisant avec eux les projets à faire émerger.

Dans ce projet de recherche, le GIP Ecofor apporte son expérience du projet MACCLIF (Prise en compte des Mesures d’Adaptation au Changement CLImatique par les gestionnaires Forestiers) pour réaliser l’enquête quantitative auprès des communes forestières. Les questionnaires quantitatifs sont des outils utiles pour faire émerger les grandes tendances de comportements ou de manières de voir d’une population large et élaborer des typologies de personnes selon leur distribution autour de ces grandes tendances. Le GIP Ecofor est également impliqué dans la valorisation des résultats des enquêtes quantitatives et qualitatives. La plaquette sera à destination des trois terrains d’étude.

Site internet du projet S’EnTET : https://www6.nancy.inrae.fr/silva/Equipes-de-recherche/ForeSTree/Projets-Recherche/Projet-S-EnTET

Publié par

Projet MACCLIF – Prise en compte des Mesures d’Adaptation au Changement CLImatique par les gestionnaires Forestiers

Le projet MACCLIF (2016-2018) s’est intéressé à la prise en compte des mesures d’adaptation au changement climatique par les forestiers. Le projet a bénéficié d’une aide de l’Etat gérée par l’Agence Nationale de la Recherche au titre du programme Investissements d’avenir (Laboratoire d’Excellence ARBRE). Il a été également cofinancé par l’Interprofession France Bois Forêt et par le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation dans le cadre des actions du réseau AFORCE.

Le projet a été coordonné par le GIP Ecofor et a impliqué des acteurs de la forêt publique (ONF) et privée (CNPF, IDF), et des acteurs de la recherche (INRAE).

Le projet MACCLIF s’inscrit dans le contexte du changement climatique qui induit de profonds bouleversements sur les écosystèmes forestiers. La question de l’adaptation des forêts à ce nouveau contexte se pose.  Les objectifs du projet MACCLIF étaient :

  • Mieux connaître la perception du changement climatique par les forestiers (professionnels et propriétaires) ;
  • Identifier les freins à l’adaptation des pratiques de gestion ;
  • Comprendre comment le changement climatique est pris en compte dans les documents d’orientation et d’aménagement des forêts ;
  • Dresser une typologie des mesures d’adaptation.

Un des principaux enseignements du projet est que les gestionnaires publics et propriétaires sont fortement conscients du changement climatique et de ses impacts sur les forêts. Cependant, les propriétaires sont nettement moins enclins à modifier leurs pratiques, pensant pouvoir encore attendre avant d’agir.

Les professionnels forestiers sont ouverts à différentes solutions d’adaptation, ce qui est un point encourageant. Il serait important de préciser les conditions d’application de ces options, et si elles répondent à l’objectif de sylviculture visé. A contrario, il faut attirer l’attention sur les limites éventuelles de certaines options. Par exemple, les forestiers ne sont pas hostiles au changement d’essences, mais avec des essences autochtones plutôt qu’exotiques.

Les freins évoqués dans les enquêtes (manque de moyens financiers, manque de diagnostics fiables…) traduisent au final la grande incertitude à laquelle sont encore confrontés les gestionnaires.

Le projet MACCLIF a montré que la grande majorité des gestionnaires ne recourt pas à des formations dédiées mais échangent beaucoup sur la question du changement climatique. Les solutions qu’ils proposent ne sont pas très éloignées du discours de la recherche et des organismes de développement, ce qui montre une diffusion et appropriation de l’information plutôt satisfaisante. L’organisation d’échanges à un échelon régional ou local sur le sujet des changements climatiques pourrait être toutefois encore améliorée aussi bien pour les professionnels que pour les propriétaires, qui se fient plus particulièrement aux informations de proximité.

Principales productions

Rapports

AMM A., 2019. Projet MACCLIF – Prise en compte des Mesures d’Adaptation au Changement CLImatique par les gestionnaires Forestiers. Note de synthèse. 5 pages. Télécharger

AMM A. (coord.), BERTRAND Th., DEUFFIC Ph., LANDMANN G., LEGAY M., LUCAS V., NDIKUMWAMI H., PERRIER C., PICARD O., PILARD-LANDEAU B., RIOU-NIVERT Ph., SEDILOT-GASMI C., SEVRIN E., THOMAS J., 2019. Projet MACCLIF – Prise en compte des Mesures d’Adaptation au Changement CLImatique par les gestionnaires Forestiers. Rapport final. 55 pages + Annexes.   Télécharger

BERTRAND Th., 2018. La perception du changement climatique par les forestiers de montagne. Etude menée dans le cadre du projet MACCLIF. Mémoire de fin d’étude. Isara Lyon, AgroParisTech, ONF. 73 pages + Annexes.   Télécharger

BERTRAND Th., 2018. Forêt et changements climatiques. La perception des gestionnaires forestiers en Auvergne-Rhône-Alpes. Etude menée dans le cadre du projet MACCLIF. Synthèse mémoire. Isara Lyon, AgroParisTech, ONF. 8 pages.   Télécharger

Articles

AMM A. et al., 2019. « État de la mobilisation des forestiers face au changement climatique », Forêt Entreprise n° 249, in Dossier “Forêt et changement climatique : Accompagner la décision d’adaptation”. Pages 20-23. Télécharger

Publié par

« Comment améliorer la mesure des récoltes de bois en Europe ? »

Picard N., Dreyer E., Bontemps J.D., Marty P., 2021. « Comment améliorer la mesure des récoltes de bois en Europe ? », The Conversation.

Résumé : En juillet 2020, une étude publiée par une équipe du Centre commun de recherche (CCR) de l’Union européenne annonce que le niveau de la récolte de bois en Europe aurait bondi de 49 % sur la période 2016-2018, en comparaison à 2011-2015.

L’information a surpris les acteurs forestiers, chercheurs, gestionnaires ou acteurs des politiques publiques. Les statistiques forestières nationales des pays européens n’ont en effet détecté aucune variation qui conclurait à une telle hausse.

En juillet 2021, le GIP Ecofor a donc dressé un bilan du débat scientifique sur le sujet un an après son éclosion.

Pour en savoir plus, vous pouvez lire l’article complet ici.

Publié par

« Quelles pistes pour freiner la déforestation importée ? »

Karsenty A., Picard N., 2021. « Quelles pistes pour freiner la déforestation importée ? », The Conversation.

La France importe 20 % de son alimentation et cette part est croissante. Parmi ces produits agricoles figurent des denrées – huile de palme, bœuf, cacao, café, soja… – responsables de déforestation dans les pays qui les produisent ; c’est ce que l’on appelle la déforestation importée.

Vous pouvez retrouver l’article complet ici.

Publié par

7e atelier REGEFOR : « Forêt en crise, relevons le défi ! »

Regefor Ecofor

report d’un an : 21-23 juin 2021, Nancy

Programme et inscription sur : https://journees.inrae.fr/regefor/

Le prochain atelier REGEFOR est organisé conjointement par l’Inra (Centre Grand Est-Nancy), AgroParisTech, l’Université de Lorraine et le GIP ECOFOR. Il comportera des présentations synthétiques décrivant ces dynamiques de crise et les solutions proposées, des temps de discussion et de réflexion ainsi qu’une tournée de terrain.

Valorisation du 7e atelier REGEFOR

Cet atelier donnera lieu à un numéro en accès libre de la Revue forestière française et à d’autres actions de diffusion.

Contactez le comité d’organisation

regefor@inra.fr
Erwin DREYER & Meriem FOURNIER, Inra
Frédéric, GOSSELIN, Irstea
Claude HUSSON, Département Santé des Forêts (DSF)
Guy LANDMAN, GIP ECOFOR
Myriam LEGAY, AgroParisTech

Contact presse

grandest-contact-com@inra.fr
Sarah-Louise FILLEUX , Service communication Inra Grand Est-Nancy

Publié par

4 mai 2021 – Colloque du Forum international de la Météo et du Climat : « Les événements extrêmes : un avant-goût du climat futur ? »

Le colloque organisé par le Forum international de la Météo et du Climat réunira un panel multidisciplinaire d’experts des sciences du climat, des sciences sociales, et des décideurs. Il vise à expliciter le rôle du changement climatique dans les événements extrêmes récents, dans quelle mesure cela renseigne sur les risques climatiques actuels et futurs et comment la Société et les parties prenantes devraient interpréter ces informations.

Pour retrouver le programme complet et le s’inscrire, rendez-vous ici !

Publié par

30-31 mars 2021 – Colloque ANR « Arbre, forêt, bois et sociétés »

L’ANR organise un colloque les 30 et 31 mars 2021 entièrement en distanciel sur le thème « Arbre, forêt, bois et sociétés », auquel un grand nombre de nos membres et partenaires vont prendre part. Notre directeur Nicolas Picard animera notamment la table ronde du mercredi 31 à 11h « Quels enjeux sociétaux à adresser à la recherche ? », et notre ancien directeur, Jean-Luc Peyron, animera le mardi 30 à 15h50 le thème II « Forêt et sociétés ».

Pour retrouver le programme complet c’est ici.

Pour les inscriptions c’est ici.

Et pour plus d’informations c’est ici.

Publié par

JIF 2021 : Interview du Directeur du GIP – Nicolas Picard

A l’occasion de la Journée Internationale des Forêts 2021, le GIP Ecofor a interviewé quelques spécialistes issus de son Conseil Scientifique pour vous parler de la restauration des forêts.

Pour cette quatrième et dernière vidéo de la série, Nicolas Picard, directeur du GIP Ecofor, s’est prêté à l’exercice et nous expose les liens entre restauration forestière et biodiversité.

Pour en savoir plus :

Publié par

Colloque ANR « Arbre, forêt, bois et sociétés », 30 mars au 1er avril 2021, Bordeaux

Reporté en 2021

L’ANR reprogramme, avec le soutien du département de Gironde, le colloque « Arbre, forêt, bois et société » du 30 mars au 1er avril 2021 à Bordeaux (Immeuble Gironde -1 Rue Corps Franc Pommies, 33000 Bordeaux).

Ce colloque sera l’occasion de faire le point sur les avancées et les perspectives de travaux de recherche accompagnés par l’ANR sur les thématiques et ressources forestières.

Le programme prévisionnel du colloque est disponible sur le site de l’ANR.

Quatre sessions concernant les projets financés (2010-2018) traiteront respectivement des thèmes :
• bois et ressources forestières,
• forêt et sociétés,
• l’arbre, sa biologie des racines à la canopée
• la forêt et sa gestion.
Deux tables rondes interactives sont prévues :
– dans la la première, des acteurs forestiers et des représentants des pouvoirs publics discuteront des enjeux de recherche et d’innovation sur la thématique forêt/bois ;
– la deuxième table ronde permettra aux acteurs de la recherche de proposer des thématiques à développer pour répondre aux enjeux du secteur.

La synthèse de ces débats fera l’objet d’un document synthétique qui sera disponible sur le site de l’ANR en complément du cahier thématique « Arbre, bois, forêt et sociétés », déjà disponible. Cette synthèse sera construite pour faciliter la lecture des axes thématiques à privilégier dans les années à venir.

Le colloque est ouvert aux communautés scientifiques des domaines concernés, aux pouvoirs publics, aux acteurs de la société, aux entreprises du bois et de la construction et à la société civile intéressée par ces questions.

Gratuite mais obligatoire, l’inscription est ouverte.

Pour toute question, contacter le comité d’organisation.

Publié par

JIF 2021 : Interviews du Conseil Scientifique – Pierre-Michel Forget

A l’occasion de la Journée Internationale des Forêts 2021, le GIP Ecofor a interviewé quelques spécialistes issus de son Conseil Scientifique pour vous parler de la restauration des forêts.

Pour cette troisième vidéo, Pierre-Michel Forget, Professeur au Muséum National d’Histoire Naturelle (MNHN), aborde avec nous le sujet de la restauration forestière et les forêts tropicales.

Pour en savoir plus :

Adoptons, protégeons et restaurons les forêts guyanaises

 

Texte par Pierre-Michel Forget, Professeur d’Ecologie tropicale, Muséum National d’Histoire Naturelle

Le 27 janvier 2021, Mongabay.com annonce que la « France contributes to protection of Amazon stronghold, Yasuní National Park ». Pendant ce temps-là, la forêt amazonienne continue d’être pillée, vidée, défaunée, polluée, déforestée, brûlée. Des peuples autochtones en provenance d’Asie il y a quelques milliers d’années l’avaient adoptée, exploitée, jardinée, sans la mettre irrémédiablement en danger de disparition, car cela aurait aussi sonné leur extinction. Le département français de la Guyane fait aujourd’hui figure d’exception. Avec un très faible taux de déforestation, la forêt subit cependant une importante dégradation de sa faune et de la qualité de l’eau des fleuves à cause des activités aurifères, légales, voire illégales, sur tout le territoire, en bordure et au cœur des réserves biologiques intégrales, des réserves naturelles, jusque dans le Parc Amazonien.

Il y a 13 ans exactement, à l’issue d’une mission d’inspection sur le projet d’exploitation aurifère de camp caïman (CBJ Cambior) sur la montagne de Kaw, le Président Nicolas Sarkozy avait mis son véto à cette Méga Mine au cœur de la Réserve naturelle Nationale des marais de Kaw-Roura, qui héberge une espèce charismatique du plateau des Guyanes : le Coq de Roche, aujourd’hui l’emblème du Groupe d’Action Locale de l’Est Guyanais. La question ne se pose donc plus de la recevabilité des exploitations minières en Guyane dès lors qu’elles mettent en péril la biodiversité et l’environnement des êtres humains et non-humains, en particulier lorsque l’Etat français a décrété le 8 août 2016 la LOI n° 2016-1087 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages : « I. – Les espaces, ressources et milieux naturels terrestres et marins, les sites, les paysages diurnes et nocturnes, la qualité de l’air, les êtres vivants et la biodiversité font partie du patrimoine commun de la nation… ».  C’est bien, mais la France peut mieux faire si elle veut être irréprochable en matière de protection et de conservation de la biodiversité tropicale.

Depuis 2001, les gestionnaires de la nature rêvent d’une coordination trans-frontalière pour la conservation des aires protégées sur le plateau des Guyanes. Hormis une meilleure connaissance de la biodiversité et du fonctionnement de ces écosystèmes forestiers tropicaux, on ne peut réellement pas dire que les collaborations internationales au sein de l’Initiative du Bouclier Guyanais aient été très fructueuses en matière de lutte contre l’orpaillage et la conservation de ces habitats. Les fleuves frontaliers, l’Oyapock et le Maroni, entre la Guyane, le Brésil et le Suriname, isolent toujours un peu plus les forêts les unes des autres, malgré une biodiversité et une diversité ethnique communes, mais des spécificités culturelles et politiques différentes. Patrick Chesnay, responsable de Conservation International au Guyana concluait que « La nature de ces activités d’exploitation minière va de pair avec la destruction de la forêt, de la biodiversité et la pollution des eaux. Nous devons réfléchir à des mécanismes de responsabilité sociale pour ces entreprises ». Nous avons encore du chemin à parcourir en France pour atteindre ces objectifs.

Le 24 décembre 2012, dans une lettre à l’attention du Préfet de Guyane, le botaniste Scott A. Mori (1941-2020) s’inquiétait de l’autorisation d’exploitation accordée à la Société Rexma, à Saül, au centre de la Guyane, une forêt qu’il avait inventoriée pendant 40 ans et devenue une référence internationale. L’extraction de l’or ne se justifiait pas, détruisait les environnements, violait les droits des habitants humains et non-humains de la région, à une eau propre, indispensable pour vivre en bonne santé. Il ne parlait pas encore d’écocide ou de « One Health », mais ces idées étaient là, en gestation. Le projet fut rejeté par le Préfet après qu’un rapport CODERST[1] ait mis en évidence « des insuffisances constatées dans l’évaluation des impacts sur l’environnement ». La forêt du château d’eau du centre de la Guyane était sauve, mais pour combien de temps encore ?

Un nouveau projet aurifère industriel pharaonique pour la Guyane a émergé en 2015. La Compagnie Montagne d’Or (CMO) propose d’exploiter une mine industrielle à ciel ouvert au cœur des deux massifs de la Réserve biologique intégrale de Lucifer Dékou Dékou, créé le 27 juillet 2012. Après l’élection d’Emmanuel Macron à la Présidence de la République, puis la nomination du Ministre de la transition écologique et solidaire Nicolas Hulot, le discours officiel évolua, soufflant successivement le chaud et le froid sur les braises refroidies des discours enflammés du jeune ministre de l’économie de 2015 en faveur des MégaMines en Guyane. Le Président annoncera finalement en mai 2019 « l’état de l’art du projet ne le rend pas compatible avec une ambition écologique et en matière de biodiversité« .

Adoptons la forêt amazonienne du plateau des Guyanes, une fois pour toutes, protégeons-la et occupons-nous bien de ses habitants, humains et non-humains, en les préservant de la destruction de leurs milieux de vie, de leur maison. Restaurons la forêt qui a été détruite par plus d’un siècle d’exploitation minière, et arrêtons de nous bercer d’illusions sur les bienfaits économiques et sociaux des MégaMines. La Guyane ne s’enrichira pas avec un regain de ces activités industrielles, même si les cours de l’or atteignent des sommets, fussent-elles irréprochables sur le plan environnemental et social.

Nous dépendons tous de cette forêt-éponge « climatiseur naturel » qui absorbe et rejette l’eau via les multi-couches foliaires de sa canopée, stockant le CO2 dans ses entrailles, le bois. Ce sont ces tissus ligneux qui ont brûlé avec la « canopée » de la Cathédrale Notre-Dame de Paris. Des hommes ont décidé de restaurer et reconstruire l’édifice millénaire. Pourquoi ne pas le faire avec les forêts tropicales? Il y a des exemples de restaurations réussies de la forêt sèche de l’Aire de Conservation de Guanacaste et de la forêt humide de la Péninsule d’Osa au Costa Rica. Même la Mata Atlantica dans la Réserve Pontal do Paranapanema de l’Etat de Sao Paulo a été restaurée. Plutôt que d’exploiter l’or qui dort dans le sous-sol au sein de la Réserve Lucifer Dékou Dékou, et de l’enterrer dans les coffres fort d’autres sous-sols à quelques milliers de kilomètres de là, pourquoi ne pas restaurer la forêt dégradée par un siècle d’orpaillage au sein de l’actuelle réserve ? Les générations futures seront garantes de la survie des forêts Guyano-Amazonienne. C’est possible et envisageable « Quoi qu’il en coûte » pour l’économie, car c’est la survie de l’humanité qui est aujourd’hui en jeu.

Pierre-Michel Forget est Professeur d’écologie tropicale du Muséum national d’Histoire Naturelle, Membre du Comité scientifique du GIP ECOFOR (2020) et Président de la Society for Tropical Ecology. Ancien Président de l’ATBC Association for Tropical Biology and Conservation (2007-2009), et ancien Membre du comité Scientifique de la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme. Ancien chargé de mission CNRS Institut Ecologie et Environnement (2012-2015).

[1] Conseil Départemental de l’Environnement et des Risques Sanitaires et Technologiques.

Forêt de la Réserve Naturelle des Nouragues (c) Pierre-Michel Forget, MNHN, 2011
Sous-bois de la forêt de la montagne de Kaw (c) Pierre-Michel Forget, MNHN, 2007
Activité d’orpaillage en bordure du Parc Naturel du Brownsberg au Suriname. (c) Pierre-Michel Forget, MNHN, 2004

Publié par

JIF 2021 : Interviews du Conseil Scientifique – Brigitte Musch

A l’occasion de la Journée Internationale des Forêts 2021, le GIP Ecofor a interviewé quelques spécialistes issus de son Conseil Scientifique pour vous parler de la restauration des forêts.

Dans cette deuxième vidéo, Brigitte Musch, responsable du Conservatoire génétique des arbres forestiers de l’ONF, nous parle en particulier des liens entre restauration et ressources génétiques forestières.

Publié par

JIF 2021 : Interviews du Conseil Scientifique – Xavier Morin

A l’occasion de la Journée Internationale des Forêts 2021, le GIP Ecofor a interviewé quelques spécialistes issus de son Conseil Scientifique pour vous parler de la restauration des forêts.

Ici, Xavier Morin, chercheur en écologie forestière au CNRS, nous parle particulièrement des liens entre restauration et changement climatique.

Pour plus d’informations :

Enfin, Xavier Morin a aussi eu l’occasion d’aborder ce sujet (au moins en partie) lors de sa soutenance d’Habilitation à Diriger des Recherches, visible en ligne ici : https://www.youtube.com/watch?v=V-hEUuWSLNs&ab_channel=AudiovisuelSupagro

Publié par

PASSIFOR-2

Phase 2 du Projet :

« Proposition d’Amélioration du Système de Suivi de la biodiversité FORestière »

Élaboration de maquettes de suivi de la biodiversité forestière

L’objet de ce projet est de proposer différentes options pour un système de suivi continu de la biodiversité en forêt à l’échelle de la France métropolitaine. Ce système de suivi sera composé de différents assemblages d’éléments déjà existants ou à créer, appelés ici « maquettes », conçus en lien avec différents objectifs de suivi. Un tel « ensemble » a vocation à s’insérer dans le réseau national de surveillance de la biodiversité terrestre prévu par le plan biodiversité (2018).

Les indicateurs actuels de biodiversité forestière sont surtout des indicateurs indirects, ciblés sur les habitats d’espèces et mobilisant principalement des données dendrométriques ; il importe (i) d’acquérir des données sur la diversité des espèces forestières et (ii) de mieux évaluer le lien entre politiques publiques en forêt, pratiques de gestion et biodiversité.

Un des choix importants concerne les données mobilisées – existantes ou à ajouter – et la manière de les analyser. Il s’agit de réfléchir aux groupes taxinomiques dont la biodiversité est suivie, aux variables écologiques et de gestion, aux plans d’échantillonnage et aux méthodes d’analyse. On réfléchira en particulier à une procédure d’adjonction de données de biodiversité hétérogènes (typiquement le cas des données dites « opportunistes » ou encore de nombreuses données issues des sciences participatives) à des données de biodiversité « protocolées » (souvent recueillies dans le cadre de suivis professionnels).

La simple addition d’éléments de dispositifs de collecte de données de biodiversité, conçus indépendamment les uns des autres, a peu de chances de constituer un système de suivi cohérent : il faut parvenir à développer une stratégie d’ensemble du point de vue (i) de la définition des objectifs des suivis, (ii) du fonctionnement du système de dispositifs et (iii) de la synthèse des informations qui en sont issues. La réflexion s’appuiera sur l’analyse des systèmes de suivi composite, notamment dans d’autres domaines environnementaux et dans d’autres pays, et visera la formulation de recommandations de gouvernance.

Objectifs et composantes de PASSIFOR-2

L’objectif de PASSIFOR-2 est de proposer différentes maquettes de suivi de la biodiversité en forêt métropolitaine, conçues pour différents objectifs. Ces maquettes sont une première étape avant de choisir les types de suivi à mettre en place en fonction des objectifs choisis et de mener des études de faisabilité (PASSIFOR-3). Le projet comporte cinq tâches distinctes mais étroitement reliées (cf. Figure 1) :

– la tâche A concerne l’animation et la coordination du projet, intègre les résultats des autres tâches pour concevoir et évaluer les maquettes de suivi et identifie les besoins de recherche supplémentaire ;

– la tâche B a pour objectif de réfléchir à la gouvernance des observatoires existants et du système de suivi composite élaboré dans le cadre du projet, et notamment à la façon dont les dispositifs et leurs objectifs sont élaborés et s’articulent les uns avec les autres ;

– les tâches C, D et E, plus techniques, sont relatives respectivement aux critères de choix des groupes taxinomiques (C) et des variables écologiques (D) à suivre ainsi qu’à l’analyse des données (E).

Financé par le MTES, PASSIFOR-2 se déroule sur 3 ans (fin 2019 à mi-2022). Le collectif du projet comprend des chercheurs et ingénieurs d’INRAE et du MNHN ainsi que des groupes de travail de spécialistes sollicités plus ponctuellement.

Cycle de webinaires PASSIFOR-2

Webinaire #1 – 1er décembre 2020

Ce premier webinaire est centré sur la définition et l’analyse des objectifs de suivi de la biodiversité forestière qui serviront de base au travail d’assemblage des dispositifs.

Pour le programme, les présentations et le compte-rendu de cette manifestation, rendez-vous ici !

Publié par

« Recent increase in European forest harvests as based on area estimates (Ceccherini et al. 2020a) not confirmed in the French case »

L ’exploitation des forêts européennes a-t-elle bondi depuis 2016 ?

Une étude du centre commun de recherche de l’Union européenne publiée en juillet 2020 l’affirme.

Dans le cas de la France, une ré-analyse des données ne permet pas de conclure à une augmentation de la récolte de bois en 2016-2018 comparé à 2004-2015.

Nicolas Picard, directeur du GIP Ecofor, a récemment élaboré avec Jean-Michel Leban, Jean-Marc Guehl, Erwin Dreyer, Olivier Bouriaud, Jean-Daniel Bontemps, Guy Landmann, Antoine Colin, Jean-Luc Peyron et Pascal Marty un opinion paper dans Annals of Forest Science répondant à l’étude du centre commun de recherche de l’Union européenne publiée dans Nature en juillet 2020.

Pour accéder à l’article, c’est ici : https://doi.org/10.1007/s13595-021-01030-x !

Publié par

8 février 2021 – Webinaire Xylofutur/BeeOdiversity « Lorsque filière forêt-bois rime avec biodiversité : l’arbre au sein de son écosystème »

Lorsque filière forêt-bois rime avec biodiversité
L’arbre au sein de son écosystème

Lundi 8 Février, de 17 à 18 heures
via la plateforme de visio-conférence GoToWebinar
Dr. Bach Kim Nguyen et Charles Vallet sont respectivement CEO et responsable France de l’entreprise BeeOdiversity, dont l’objectif est de créer de la valeur en régénérant la biodiversité et en diminuant les pollutions d’origine industrielle et agricole.

BeeOdiversity accompagne ses clients publics et privés, en leur proposant des conseils en stratégie ainsi que des solutions innovantes fondées sur la nature et la technologie. 

Les principaux secteurs d’activités ayant déjà fait appel aux services de BeeOdiversity pour des besoins spécifiques sont :
Les collectivités (communes à régions) : diagnostiquer à grande échelle, cibler les actions, définir/optimiser une stratégie environnement-biodiversité;
L’agroalimentaire : mesurer l’impact des pratiques culturales sur l’environnement et la productivité – & l’industrie : contrôler et diminuer les émissions de polluants, améliorer le lien avec les parties prenantes;
L’eau : protéger les ressources naturelles, renforcer le suivi environnemental  – & l’énergie : intégrer la biodiversité dans les aménagements et/ou en mesures compensatoires (conception à suivi); 
L’immobilier : intégrer la biodiversité dans les constructions et aménagements (conception à suivi), labels (BREEAM…) – & la santé : offrir des espaces de bien-être aux résidents/familles/soignants, développer la biodiversité sur site.

Appliqué à la Filière Forêt-Bois, le BeeOmonitoring (outil de biosurveillance apicole grâce au pollen) pourrait contribuer :
– à créer de la valeur au sein des entreprises,
– à renforcer l’attractivité des territoires,
– au développement de projets collaboratifs. 


-> via le suivi de la biodiversité (floristique, pollinisateurs…) des espaces forestiers, avec des indicateurs -quantitatifs valorisant les actions mises en œuvre ou à développer (avant/pendant/après);
-> via la mesure à grande échelle (700 hectares prospectés par ruche) de l’impact environnemental des industries de transformations et valorisation du bois: qualité de l’air, matériaux biosourcés responsables;
-> via le développement de partenariats de territoire : aménagement et gestion durables des espaces et du foncier, multifonctionnalité et résilience.

BeeOdiversity travaille dans 9 pays de l’Union européenne et aux États-Unis. La société a reçu plusieurs récompenses pour ses innovations collaboratives – en 2020 : la fondation Solar Impulse, et l’Institut de la Banque européenne d’investissement (BEI).

Ce webinaire d’une heure s’articulera autour d’une présentation de 30 minutes puis d’échanges avec les participants.

Les entreprises intéressées par la démarche seront invitées à recontacter les organisateurs ensuite pour initier les contours possibles d’une collaboration sur ce sujet.

Pour l’inscription au séminaire, c’est ici.
Participation gratuite sur inscription . Séminaire ouvert à tous, venez nombreux !

Retrouvez toutes les actualités de Xylofutur sur leur site.

Contacts

BeeOdiversity – Charles VALLET, BeeOdevelopper France
06 17 45 89 07 – charles.vallet@beeodiversity.com
 
Xylofutur  Cécile NIVET, Cheffe de projet Forêt
06 22 92 66 48 – cecile.nivet@xylofutur.fr
Publié par

Bonne année 2021 !

L’équipe du GIP Ecofor vous souhaite une très belle année 2021 !


Cette année encore, nous serons là pour appuyer les actions de nos 12 membres, pour parler avec vous, chercheurs, gestionnaires, passionnés et curieux, des écosystèmes forestiers.


Vous pouvez vous inscrire à nos newsletters Les Echos d’Ecofor (trimestrielle) et celle de Sciences Humaines et Sociales (SHS, bimensuelle) à : inscription@gip-ecofor.org
Notre twitter est ici : https://twitter.com/GIP_Ecofor
Notre LinkedIn est ici : https://www.linkedin.com/company/gip-ecofor


(Illustration à l’aquarelle par Lucie Prigent)

Publié par

« Recent deforestation drove the spike in Amazonian fires »

Authors : Adrián Cardil, Sergio de-Miguel, Carlos A. Silva, Peter B. Reich, David Calkin, Pedro H. S. Brancalion, Alexander C Vibrans, Javier G. P. Gamarra, M Zhou, Bryan C. Pijanowski, Cang Hui, Thomas W Crowther, Bruno Hérault, Daniel Piotto, Christian Salas-Eljatib, Eben North Broadbent, Angelica M. Almeyda Zambrano, Nicolas Picard, Luiz E. O. C. Aragão, Jean-Francois Bastin, Devin Routh, Johan van den Hoogen, Pablo L. Peri, Jingjing Liang

Published in : Environmental Research Letters, 15 121003

Date of publication : 11 December 2020

Read the publication « Recent deforestation drove the spike in Amazonian fires » : DOI:10.1088/1748-9326/abcac7

Publié par

Call for Applications to the Erasmus Mundus Master Programme MEDfOR [Deadline 31st January]

L’appel à candidatures pour le programme de master Erasmus Mundus MEDfOR : « Gestion des forêts et des ressources naturelles en Méditerranée » (Mediterranean Forestry and Natural Resources Management) est ouvert jusqu’au 31 janvier 2021.
Le programme MEDfOR est ouvert aux candidats du monde entier, titulaires d’une licence en sciences biologiques, en sciences de l’environnement et de la terre, en mathématiques, en économie, en ingénierie, en chimie, en biochimie ou dans un domaine similaire. Des bourses Erasmus Mundus seront disponibles pour les candidats les mieux classés.

Des bourses spécifiques sont disponibles pour :
– Balkans occidentaux (Albanie, Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Monténégro);
– Arménie, Azerbaïdjan, Belarus, Géorgie, Moldavie, Ukraine;
– Algérie, Égypte, Israël, Jordanie, Liban, Libye, Maroc, Palestine, Syrie*, Tunisie;
– Amérique latine – Brésil et Mexique
– Amérique latine – autres pays (Argentine, Colombie, Costa Rica, Cuba, Équateur, El Salvador, Panama, Pérou, Venezuela)
– Amérique latine – pays de l’IMT (Bolivie, El Salvador, Guatemala, Honduras, Nicaragua, Paraguay) ;


Pour plus d’informations, visitez : www.medfor.eu
Contacts : medfor@isa.ulisboa.pt

Publié par

1er décembre 2020 – Webinaire #1 du projet PASSIFOR-2

CYCLE DE SÉMINAIRES

Pour un système de suivi de la biodiversité forestière

Le projet « PASSIFOR », coordonné par le GIP Ecofor et INRAE, vise à formuler des Propositions d’Amélioration du Système de suivi de la biodiversité FORestière pour la France métropolitaine. Il doit fournir des éléments de méthode et d’analyse pour mettre en place un suivi continu de la biodiversité intégrant différentes sources de données, au service de la gestion forestière et des politiques publiques. Il contribue ainsi, pour la composante forestière, au Programme national de surveillance de la biodiversité terrestre, issu du Plan biodiversité et piloté par l’Office Français de la Biodiversité (l’UMS PatriNat), dont le déploiement est envisagé à partir de 2023.

Soutenu par le Ministère de la transition écologique, le projet « PASSIFOR-2 » (2019-2022) explore différentes possibilités de structurer, à partir des dispositifs existants, un outil national de suivi de la biodiversité en forêt. La réflexion est ouverte aux parties prenantes, via l’organisation d’un cycle de séminaires.

Ce premier webinaire est centré sur la définition et l’analyse des objectifs de suivi de la biodiversité forestière qui serviront de base au travail d’assemblage des dispositifs.

Programme de la journée

Programme-simplifie-1p

Présentations des intervenants

Présentation de Julie Dorioz (GIP Ecofor), Guy Landmann (GIP Ecofor)

1_2020_12_01_PASSIFOR2_Tache_A_GIP

Présentation de Guillaume Body (OFB), Camille Gazay (OFB), et Antoine Lévêque (OFB)

Présentations de Frédéric Gosselin (INRAE)

3_2020_12_01_PASSIFOR2_Objectifs_suivis_INRAE

4_2020_12_01_PASSIFOR2_Intro_Ateliers_INRAE

Compte-rendu du webinaire

PASSIFOR-2_compte-rendu_S1

Contact

Julie Dorioz, GIP Ecofor : julie.dorioz@gip-ecofor.org

Publié par

Parution de « Vivre avec les forêts tropicales » du Cirad et MUSEO : recherche de partenaires

L’unité Forêts et Sociétés du Cirad et la maison d’édition MUSEO publient un livre grand public intitulé « Vivre avec les forêts tropicales » (parution mars 2021, prix de vente public de 34,50 € ttc).

Cet ouvrage propose un angle inédit sur l’indispensable cohabitation entre les humains et les forêts tropicales.

Votre institution peut devenir partenaire du projet en précommandant des exemplaires et bénéficier de remise et personnalisation en fonction de la quantité commandée (logo en 4e de couverture, couverture spéciale, etc.). Cela permettra de le proposer à un prix de vente compétitif pour le rendre accessible au plus grand nombre.

En contribuant à la publication de cet ouvrage, vous vous associez à la lutte pour la préservation des forêts tropicales !

Ci-dessous, un document présentant « Vivre avec les forêts tropicales » et les différents types d’appuis proposés. Deux formes de soutien sont valables jusqu’au 31/12/2020 :

1. un soutien institutionnel à travers l’achat groupé de livres à prix réduit par votre institution;
2. un soutien en achetant sur le site de Museo un ou plusieurs exemplaires à 30€ port compris au lieu de 34,50 €. pour commander aller sur le lien : https://www.museo-editions.com/product-page/vivre-avec-les-for%C3%AAts-tropicales 

OFFRE-PARTENAIRE-LIVRE-FORET-CIRAD

Publié par

8 décembre 2020 – Webinaire ONF : « Le rôle de la filière forêt bois dans l’atténuation du changement climatique »

@ONF

A l’occasion de la journée mondiale du climat, l’Office National des Forêts organise un webinaire sur « le rôle de la filière forêt bois dans l’atténuation du changement climatique », mardi 8 décembre prochain à 17h !

Le séminaire en ligne sera présenté par Cyril Brûlez, expert carbone à l’ONF.

Pour plus d’informations et pour s’inscrire, c’est ici !

Publié par

2 décembre 2020 – Webinaire de restitution du Projet « Trame Verte Forestière » 2017-2020

Nous avons le plaisir de vous annoncer que le webinaire de restitution du projet Trame verte forestière 2017-2020, financé par le FEDER Région AURA, aura lieu ce mercredi 2 décembre 2020.
Le séminaire est ouvert à tous, et les modalités d’inscription sont indiquées dans le programme ci-dessous.

Programme_Webinaire_Trame_Verte_Forestiere_02.12.2020

Publié par

19-20 Novembre 2020 – Conference « Environmental Economics : a focus on Natural Resources »

The Conference will provide an opportunity for scholars interested in Environmental and Resources Economics to discuss their research and to exchange ideas. Researchers are invited to submit both empirical and theoretical papers from all fields in Environmental and Resources Economics.

For more information : https://sites.google.com/view/eenr2020/home

Programme_2020_final_WithZoomLinks-1

Publié par

17-18 novembre 2020 – Seminaire ForestValue

Séminaire de mi-parcours du programme de recherche ForestValue

Le séminaire permettra de présenter les résultats de la première année des 17 projets sélectionnés pour un financement dans le cadre du premier appel conjoint du programme de recherche ForestValue. Ce sera une occasion d’échanger des informations et des idées entre personnes ayant pour intérêt commun l’innovation dans la bioéconomie forestière européenne.

Les principaux domaines de travail des projets seront discutés : gestion forestière avancée, stratégies de gestion et valorisation des forêts, techniques de récolte innovantes et bois comme matériau de construction. Par conséquent, cet événement est particulièrement pertinent pour les décideurs politiques de l’UE, les universitaires, les entreprises travaillant dans le secteur forestier et divers experts d’institutions privées et publiques.

Ce séminaire public est ouvert à des participants de toute l’Europe, c’est pour cela qu’au lieu d’être en présentiel à Berlin, comme prévu initialement, le séminaire se fait webinaire en réponse aux défis posés par le contexte actuel.

Deux sessions matinales (de 10h à 13h30 CET) prendront place le 17 et le 18 novembre 2020.

Retrouvez plus d’informations, le programme des deux sessions, ainsi que le lien pour vous enregistrer ici !

Publié par

5 au 7 janvier 2021 – Colloque de AllEnvi «Conservation de la biodiversité»

A l’occasion de l’organisation du Congrès Mondial de la Nature par l’IUCN, du 7 au 15 janvier 2021 à Marseille, AllEnvi vous convie avec ses membres à un colloque du 5 au 7 janvier 2021, à Marseille.

L’objectif est de mobiliser l’ensemble des communautés scientifiques travaillant sur les grands enjeux environnementaux pour réfléchir sur le thème de la « conservation de la biodiversité ».

Il y aura 4 sessions :

  • Le contexte évolutionnaire des stratégies de conservation de la biodiversité
  • La diversité des types d’anthropisation et de leurs effets en conservation
  • Les interactions et rétroactions climat et biodiversité
  • L’explication des enjeux éthiques et juridiques en conservation

De plus, le 6 janvier aura lieu une conférence sur la « Conservation de la Biodiversité et Santé » par Serge Morand, écologue et biologiste de l’évolution au CNRS et au Cirad.

Enfin, le colloque s’achèvera le 7 janvier après-midi sur une session de clôture interactive, sur les enjeux de gouvernance et sur la place de la recherche pour la conservation de la biodiversité dans le monde post-covid.

Pour plus d’informations, la coordinatrice de cet événement désignée par AllEnvi est Martine Hossaert, du CNRS.

Publié par

3 novembre – Edition 2020 des Journées FRB – à Paris Maison des Océans (9h30-18h)

Co-organisée avec l’Office français de la biodiversité (OFB), la journée plénière du 3 novembre 2020 sera l’occasion d’interroger les aires protégées, marines et terrestres, dans un contexte de déclin de la biodiversité.

En réunissant chercheurs, décideurs, gestionnaires et acteurs de la société civile, l’ambition est d’apporter des éclairages précieux en amont des discussions internationales qui auront lieu lors du Congrès mondial de la nature d’une part, et de la COP 15 d’autre part.

Plus d’informations ici.

Publié par

7-11 octobre 2020 Fête de la Nature 14ème édition

Lancée en 2007 en France en présence de la ministre de l’environnement, la Fête de la Nature se déroule chaque année durant cinq jours au mois de mai, à une date la plus proche du 22 mai journée internationale de la biodiversité. Cinq jours de manifestations gratuites pour permettre à tous les publics de vivre une expérience de la nature à son contact. Compte tenu du confinement national, cette 14ème édition est reportée du 7 au 11 octobre 2020, durant l’automne, sur tout le territoire français (métropole et outre-mer) avec pour thématique « Prenons-en de la graine ».

Pour en savoir plus : site de l’association Fête de la Nature

 

Publié par

21ème XyloDating « Les acteurs de la forêt face au défi carbone : quelles innovations ? »

En-tête du programme du 21e XyloDating du 19 mars 2020

Xylofutur, pôle de compétitivité innovant au profit de la filière forêt-bois-papier, organise la 21ème journée XyloDating.
Pour plus d’information : Programme et Inscription.

Thème : Dédié aux professionnels de la forêt et aux acteurs de la recherche, ce XyloDating, donnera un aperçu des projets d’innovation autour de cette thématique, qu’ils soient centrés sur le carbone forestier ou qu’ils intègrent plus largement l’ensemble des émissions (carbone renouvelable et fossile) liées aux activités des professionnels de l’amont forestier.
Date : jeudi 19 mars 2020.
Lieu : Cestas, INRAE Pierroton, salle des Chênaies.
Horaire : 9h-17h.

Contexte général

Parce qu’elle repose sur la production d’une ressource renouvelable qui permet de piéger du carbone atmosphérique, la filière forêt-bois-papier a pensé qu’elle était naturellement en position de force par rapport à d’autres filières axées sur l’exploitation de ressources fossiles. Mais les outils qui existent (bilan carbone, ACV, démarche RSE…) pour intégrer le carbone dans l’activité des entreprises ne permettent pas toujours la mise en avant de la plus-value carbone du bois par rapport à d’autres matériaux. À l’amont forestier, la sylviculture, les opérations de gestion et d’exploitation mises en place pour limiter les émissions varient largement selon l’échelle (spatiale, temporelle) et le périmètre (amont-aval) auxquels on raisonne. Dans ce contexte, si la prise en compte du carbone est perçue comme une opportunité par les acteurs de la forêt – via le Label Bas Carbone par exemple –, des doutes émergent quant à son potentiel déstabilisateur pour l’équilibre global de la filière.

En-tête du programme du 21e XyloDating du 19 mars 2020

Publié par

Conférence « Governing and managing forest for multiple ecosystem services across the globe »

Conference 26-28/02/2020EFI à Bonn

Pour suivre en direct : https://www.youtube.com/user/EuropeanForest/live

Pour participer aux discussions en direct via Twitter : #4estEcoServices

Thème
The conference objective is to compile and synthesise the scientific evidence related to the current state of integrated forest management approaches.
Date : du 26 au 28 février 2020.
Lieu : Bonn (Allemagne).
Horaires : 12h30-19h le 26 février, 9h-21h le 27 février et 8h30-13h15 le 28 février.

Conference 26-28/02/2020EFI à Bonn
Publié par

Colloque sur l’inventaire forestier multisource

Pour en savoir plus : https://inventaire-forestier.ign.fr/spip.php?article996

Thème :
Multisource forest inventories : perspectives on sampling design, small area estimation and data sources.
Date : mercredi 11 mars, 2020
Lieu  : Amphithéâtre Lucien Cuénot, Muséum-Aquarium de Nancy, 11 Rue Godron 54000 Nancy (plan d’accès)
Horaire  : 13:00 – 17:30
Ce colloque est organisé conjointement par le laboratoire d’inventaire forestier (LIF) de l’IGN et le département recherche, développement et innovation (RDI) de l’ONF en partenariat avec l’Université de Lorraine, le Projet Impact DeepSurf, Labex Arbre et l’ADEME.
(Les présentations seront faites en anglais)

Pour vous inscrire au colloque, remplissez le formulaire d’inscription

Contexte général

Les forêts françaises connaissent depuis deux siècles une dynamique d’expansion qui génère des ressources nouvelles mal connues des acteurs locaux et dans des territoires parfois peu forestiers auparavant. Parallèlement, les changements climatiques affectent la dynamique et la vigueur des peuplements dans des directions et proportions qui peuvent fortement varier dans l’espace et dans le temps, dont le suivi requiert des informations mieux résolues spatialement que ne le permettent les outils d’inventaire nationaux. Les méthodes d’inventaire forestier multisource permettent d’améliorer la précision des estimations des inventaires forestiers, en combinant les inventaires terrain avec des données de télédétection et des cartes thématiques. Ces approches bénéficient aujourd’hui de la multiplication et de la diversification des sources de données et du développement des méthodes de traitement, d’analyse et d’estimation.

L’objectif de ce colloque est de faire un tour d’horizon des avancées récentes en matière d’échantillonnage spatial et d’utilisation d’informations auxiliaires dans les méthodes d’inventaire. Une première partie sera consacrée à l’échantillonnage spatial et à l’estimation dans des petits domaines, avec des exemples d’application en Norvège et en France. Une seconde partie présentera les développements récents en matière de données de télédétection et de traitement de données massives.

Liste des intervenants

  • Johannes Breidenbach, research professor, Norwegian Institute of Bioeconomy Research (NIBIO)
  • Miriam Buitrago, Animatrice du secteur forêt et changement climatique, ADEME
  • Guillaume Chauvet, Attaché principal de l’Insee, Enseignant-chercheur en statistique, ENSAI Rennes
  • Sylvie Durrieu, Chargée de recherche, UMR TETIS INRAE Montpellier
  • Milena Planells, Ingénieure CNES, UMR CESBIO Toulouse
  • Jean-Pierre Renaud, Chargé de recherches en biométrie, ONF RDI Nancy
  • Ankit Sagar, Doctorant, Université de Lorraine, IGN, UMR Silva Nancy
  • Cédric Véga, Directeur de recherche, Laboratoire d’Inventaire forestier IGN Nanc
Publié par

Eclaircie N°35 – 19/12/2019

Changement climatique et autres risques

Le pacte vert pour le climat : La Commission européenne a publié son pacte vert (Green Deal) pour le climat avec pour ambition de faire de l’Europe le premier continent neutre climatiquement d’ici 2050.

Etat et avenir des politiques environnementales de l’UE : L’Union européenne a publié le rapport « EU environment and climate change policies : State of play, current and future challenges – Study » où la forêt joue un rôle

Impact du changement climatique sur les peuples dépendants des forêts : La FAO a publié en anglais un rapport sur “Climate change vulnerability assessment of forests and forest-dependent people : A framework methodology »

La forêt luxembourgeoise très endommagée : L’inventaire phytosanitaire annuel des forêts révèle pour 2018 que la moitié des forêts du Luxembourg se trouvent fortement endommagées. Le gouvernement a mis en place le «Klima-Bonus» pour la forêt pour soutenir les gestionnaires forestiers dans la mise œuvre d’une gestion durable des forêts tenant compte du changement climatique.

Gestion durable et services écosystémiques

Prélèvement de bois en forêt : Selon l’Observatoire National de la Biodiversité (ONB) les prélèvements de bois en forêt au regard de l’accroissement des arbres auraient été de 56%, sur la période 2008-2016, en légère augmentation par rapport à la période 2005-2013. Le détail de l’indicateur est développé sur le site Internet, de même que d’autres indicateurs comme la conservation du patrimoine génétique des arbres en forêts.

Création d’un 11e parc national : Situé entre la Côte-d’Or et la Haute-Marne ce nouveau parc national est consacré aux forêts et a vu le jour par le décret n° 2019-1132 du 6 novembre 2019

Plantations de forêts en Europe : L’Institut européen de la forêt (EFI) a publié, en anglais, un rapport sur les défis et opportunités pour des plantations de forêts en Europe.

La scierie de feuillus du futur : Le rapport d’études « La scierie de feuillus du futur. Quels choix stratégiques pour demain ? », mené par Forestry Club de France et des trois cabinets Conseil&Stratégie durables, Cyme Innovations et Five Conseil, se propose de répondre à la question du type d’industrie qu’il convient de développer à moyen terme pour répondre aux besoins des marchés.

Connections entre l’eau et la forêt : La FAO a produit le guide “Advancing the forest and water nexus – a capacity development faciliation guide” afin d’aider les techniciens, les communautés locales et les politiques publiques à mieux comprendre les connections entre l’eau et les forêts.

Présentations du colloque sapin pectiné : Les présentations la journée du 24 octobre 2019 organisée par FIBOIS Auvergne-Rhône-Alpes sont disponibles

Biodiversité

Résultats de projets européens sur la biodiversité : La Commission européenne a publié le pack de résultats CORDIS sur la biodiversité dans son rapport « Biodiversité et services écosystémiques : protéger les services écologiques de la planète ». Il constitue en un regroupement des résultats de la recherche et de l’innovation financée par l’Union européenne.

Fonds pour la biodiversité : La France signe la création d’un fonds fiduciaire dédié à la biodiversité avec la Banque Interaméricaine de Développement (BID). Il soutiendra des projets pour le « soutien des forêts tropicales du continent, en particulier dans le bassin amazonien ».

Un nouvel accord ONF –FNE pour les forêts : L’ONF renforce son partenariat avec France Nature Environnement (FNE) au travers de deux nouvelles conventions pour mieux intégrer la biodiversité dans la gestion forestière et aider les forêts face au changement climatique.

Bioéconomie

Note de conjoncture de l’ONF : La lettre de conjoncture de décembre 2019 fait état de la situation du marché du bois en France à l’automne 2019

Un nouveau radar pour surveiller la déforestation : Des producteurs et acheteurs d’huile de palme s’unissent pour investir dans un nouveau système de surveillance de la forêt, le Radar Alerts for Detecting Deforestation (RADD), qui sera dirigé par le World Resources Institute (WRI) et accessible d’ici 2021 sur Global Foret Watch. Il utilisera les données de l’agence spatiale européenne afin d’avoir « une meilleure résolution, de couvrir une plus grande zone et de pénétrer dans la couverture nuageuse ».

Débardage par câble aérien favorable à la protection des sols : La FNEDT et l’ONF ont publié le rapport « Le débardage par câble aérien : une solution pour la gestion durable des forêts » pour une technique en développement qui permet d’accroître la mobilisation des bois en France, y compris en Outre-mer.

Information, recherche et politiques publiques

2020 sera l’année de la santé des végétaux : La FAO a lancé la prochaine année internationale qui portera, en 2020, sur la santé des végétaux. « L’objectif est de sensibiliser à l’importance de la santé des végétaux dans la réalisation du Programme de développement durable à l’horizon 2030 ; mettre en avant des effets de la santé des végétaux sur la sécurité alimentaire et sur les fonctions écosystémiques ; et de partager des meilleures pratiques pour préserver la santé des végétaux, tout en protégeant l’environnement ».

Les élus s’engagent pour les forêts : La Fédération nationale des communes forestières (FNCOFOR) et l’ONF ont publié « Adaptation au changement climatique : les élus s’engagent pour les forêts »

Intégrer des enjeux forestiers dans les Plans climat-air-énergie territoriaux : L’ADEME a réalisé, avec la Fédération nationale des Communes forestières, le rapport « Favoriser l’intégration des enjeux forestiers dans vos Plans Climat Air Energie Territoriaux (PCAET) ». Son objectif est de donner des éléments de réponses aux élus et aux services des collectivités en charge d’un PCAET.

Assises de la forêt et du bois en Bretagne : Les présentations des Assises de la forêt et du bois en Bretagne du 18 octobre 2019 sont disponibles en ligne.

Horizon Europe, vers un plan stratégique : La Commission européenne a publié, le 31 octobre 2019, le rapport “Orientations towards the first Strategic Plan for Horizon Europe : Revised following the co-design process”. Les annexes 5 et 6 intègrent la forêt dans la réflexion pour le plan Horizon Europe à venir.

Appels à projets

Master Erasmus Mundus MeDfOR : Le programme de master Erasmus Mundus MEDfOR (foresterie méditerranéenne et gestion des ressources naturelles) est ouvert jusqu’au 31 décembre 2019 pour les étudiants non européens. Il sera étendu jusqu’en avril et juin 2020 pour les étudiants de l’UE.

AAP AURABOIS 2020 : L’ADEME a lancé l’appel à projets AURABOIS pour faciliter la création d’une chaufferie biomasse supérieure à 1200 MWh/an sans raccordement à un réseau de chaleur. Les dossiers sont à envoyer avant le 17/01/2020

Emploi

CDI Référent technique forestier (H/F) – Reforest’Action

Stage – Responsable des projets forestiers (H/F) – Reforest’Action

Un⋅e chargé⋅e d’études Botaniste Zones Humides Biotope – Nancy

Contrat de post doctorant : Projet Patribois, financé par la fondation des sciences du patrimoine – Contacter :  emmanuel.maurin@culture.gouv.fr , 06 89 51 07 00

Post-doctorat : « Rôle des forêts dans l’atténuation du changement climatique : Comment la sylviculture peut moduler les flux et stocks de carbone des écosystèmes forestiers de plaine? »  – Nogent sur Vernisson – Jusqu’au 15 décembre 2019

Offre Stage Master 2. Agronomie, Environnement : « Géolocalisation de déchets maraîchers et de bois dans la région nantaise pour une utilisation en bioraffinerie et évaluation de la durabilité » – 2020

Head of Resilience Programme – EFI Bonn – Jusqu’au 6 janvier 2020

Stage M2 « Distribution verticale de la consommation de méthane par les sols forestiers » – Laboratoire SILVA, INRA – Jusqu’au 31/01/2020

Senior professional to lead EFI’s Resilience Programme – EFI – Jusqu’au 06/01/2020.

Chargé(e)de mission CDI – SalvaTerra – Avant le 10/01/2020

Stage M2 « Evaluation de la qualité des bois à partir de l’analyse de sections de grumes »  – Laboratoire SILVA, INRA – Jusqu’au 31/01/2020

Stage « Les branches comme source potentielle d’extractibles forestiers » –INRA , Université de Lorraine – Jusqu’au 01/02/2020

CDD Soutien scientifique pour la coordination EUFORGEN – EFI Barcelone – Jusqu’au 06/01/2020

Agenda

08/01/2020, Deux séminaires Agroforesterie sur le thème du fonctionnement du sol de systèmes agroforestiers tempérés, organisé par l’INRA, Champenoux

25 /01/2020, Journée d’étude « Mobilisations et conflits forestiers hier et aujourd’hui », organisée par le GHFF, Paris

27-31/01/2020, Conférence scientifique « Genetics for sustainable forest management »,organisé par le projet H2020 GenTree, Avignon

29/01/2019, Séance publique de l’Académie d’Agriculture de France « Le secteur forêt-bois peut-il faire mieux pour le climat? », Paris, 18 rue de Bellechasse

23-28/02/2020, Forum mondial de la biodiversité, organisé par Future Earth et ses partenaures, Davos (Suisse)

26-28/02/2020, Conférence interdisciplinaire “Governing and managing forests for multiple ecosystem services across the globe”, organisée par INFORMAR (EFI Bonn), Polyfores et leurs partenaires à Bonn (Allemagne).

03-05/03/2020, Conférence « Managing forests in the 21st century », Postdam

05-07/03/2020, Colloque international pluridisciplinaire « La forêt. Représentations/imaginaires nordiques », organisé conjointement par l’Université de Tartu et l’Université du Québec à Montréal à l’Université de Tartu (Estonie)

09-13/03/2020, Symposium IUFRO sur le nématode du pin, organisé par l’IUFRO et l’INRA à Orléans. Inscriptions du 1er juillet 2019 au 31 janvier 2020.

11/03/2019, Colloque « Certification de la gestion durable des forêts », organisé par l’Académie d’Agriculture de France au Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation , Paris (Salle Gambetta)

23/03/2020, Journée internationale des forêts sur le thème « Forêts et biodiversité », Genève, Suisse

25-27/03/2020, Conférence “Mixed species forests: Risks, Resilience and Management, organisé par l’IUFRO et l’université suédoise des sciences agronomiques, Suède.

Publié par

« Les enjeux du carbone : la filière forêt-bois peut-elle faire mieux pour le climat ? » – 29/01/2020

Le 29 janvier 2020 à 14h30, l’Académie d’Agriculture de France organise pour sa séance hebdomadaire publique une rencontre sur la thématique « Les enjeux du carbone : la filière forêt-bois peut-elle faire mieux pour le climat ? ». Elle sera animée par Jean-Marc Guehl, Président du GIP Ecofor.

L’accès est libre et gratuit.

Pour en savoir plus : https://www.academie-agriculture.fr/actualites/academie/seance/academie/les-enjeux-du-carbone-la-filiere-foret-bois-peut-elle-faire

2020-01-29-Fiche-Seance-S2-Carbone_-29-janvier-2020-vdéfinitive

Publié par

3ème édition de l’appel à projets de recherche GRAINE 2019

©ADEME

L’ADEME lance le troisième appel à projets dans le cadre du programme GRAINE visant à « soutenir un développement durable de la bioéconomie en réponse aux enjeux de la transition écologique ».

Double objectif de l’Appel à projets GRAINE

  1. Accompagner des filières de production et de valorisation de biomasses, et
  2. Réduire les impacts environnementaux et prendre en compte des services rendus par les écosystèmes.

L’appel à projets est ouvert en 2 phases

  • Phase 1 : Appel à manifestations d’intérêt avec une clôture le 16 décembre 2019 à 16h.
  • Phase 2 : Appel à projets finalisés avec une clôture prévue mi-avril 2020.

 Un webinaire de présentation de l’appel est prévu le 12 novembre à 14h (un lien d’inscription sera prochainement créé)

 Un appel à projets structuré autour de trois grands axes

  • L’axe 1 « Systèmes éco-efficients de production, transformation et valorisation des biomasses » vise le développement de solutions techniques pour une économie circulaire des biomasses (alimentaires et non alimentaires).
  • L’axe 2 « Evaluation de la durabilité et articulation des productions et usages de la biomasse » vise le développement de méthodes et d’outils pour une approche systémique et durable de la gestion des biomasses au sein des filières et des territoires.
  • L’axe 3 « Accompagnement au changement et instruments de politique publique pour une bioéconomie durable » vise à identifier et analyser les leviers, accompagnements et apprentissages nécessaires pour favoriser la transition.

Plus d’informations sur l’APR et modalités de dépôts disponibles sur le site de l’ademe.fr  

Publié par

Vers l’Évaluation des services forestiers du Grand-Est – Rapport d’étude

TIGA_SE_GIP-ECOFOR-22082019

Référence bibliographique : Dorioz J., Peyron J.-L., Nivet C., 2019, Vers l’évaluation des services rendus par les forêts dans la Région Grand-Est. Rapport d’étude – contribution au projet Territoires d’innovation de Grande Ambition « Des Hommes et des Arbres » porté par la Métropole du Grand-Nancy, 68 p.

Publié par

Rapport GERBOISE : Gestion raisonnée de la récolte de Bois Energie (2015-2018)

Faisant suite au projet Resobio (2012-2014), qui a évalué les connaissances sur la gestion de la récolte des rémanents et ses impacts possibles sur les écosystèmes forestiers, le projet Gerboise (2015-2018) a poursuivi plusieurs objectifs opérationnels : connaitre, sur la base d’une enquête nationale, les modalités actuelles de récolte de bois à des fins énergétiques, mettre au point un protocole et l’appliquer à une vingtaine de chantiers dans le but d’évaluer les exportations de biomasse et minéralomasse associées aux récoltes,  formuler à l’intention des opérateurs de terrain, des recommandations visant à minimiser les effets potentiels sur l’écosystème forestier.

Sont disponibles ci-dessous trois documents:

  • la synthèse du projet
  • le suivi de l’évolution quantitative des prélèvements et la mesure de leurs conséquences en termes d’exportation d’éléments minéraux, suivis par l’observatoire des pratiques de récolte du bois énergie et évaluation d’outils de flux
  • les recommandations, accompagnées de préconisations techniques (délais à respecter, précautions à prendre, …) à mettre en œuvre.

Synthèse

synthese-gerboise-2018-publiee2019

Observatoire des pratiques de récolte du bois énergie et évaluation d’outils de flux

observatoire-gerboise-2018-publiee2019

Recommandations

Les recommandations sont accompagnées de préconisations techniques (délais à respecter, précautions à prendre, …) à mettre en œuvre.

gerboise-guide-recommandations-2018-publiee2019

Pour en savoir plus : http://www.gip-ecofor.org/gerboise/index.php?sujet=1

Publié par

Grand reportage « Forêts : une ressource à sauvegarder « 

France Culture a réalisé un grand reportage sur les forêts pour le mois de mars 2019, marqué par la journée internationale des forêts.

Jean-Luc Peyron,Directeur du GIP Ecofor est intervenu auprès de Philippe Berger, secrétaire national du SNUPFEN Solidaires, principal syndicat de l’ONF sur le plateau.

Pour écouter l’émission

Pour lire l’article associé:

https://www.franceculture.fr/emissions/grand-reportage/forets-une-ressource-a-sauvegarder

Publié par

Biens et services retirés des écosystèmes forestiers: de l’évaluation à le gestion intégrée

SEHS -Ecofor

 Le 24 janvier 2019 , AgroParisTech, 19 avenue du Maine, Paris 15ème

Télécharger les présentations:

Ouverture :

  • Pascal Dupuis, Chef du Service de l’économie, de l’évaluation et de l’intégration du développement durable, Commissariat général au développement durable, Ministère de la transition écologique et solidaire
  • Jean-Luc Peyron, Directeur d’Ecofor

 

Session 1 : Cadre d’analyse des services écosystémiques retirés des forêts

1.1. Le cadre conceptuel de l’évaluation française des écosystèmes et des services écosystémiques (EFESE), Yann Kervinio (Ministère de la transition écologique et solidaire).

1.2. Les écosystèmes forestiers, leurs états, leurs transitions comme base pour évaluer leurs biens ou services, Julie Dorioz (Ecofor).

1.3. La déclinaison européenne de l’évaluation des écosystèmes et services écosystémiques, Philip Roche (Irstea).

 

Session 2 : Elèments disponibles pour l’évaluation de grands services écosystémiques forestiers

2.1 Fourniture de biens et régulation du climat

2.2. Protection des eaux et des sols

2.3. Services culturels et patrimoine naturel remarquable

 

Session 3 : Vision intégrée et d’avenir

3.1 La vision de l’EFESE
Des bouquets de services aux enjeux socio-économiques, politiques et cognitifs, Julie Dorioz (Ecofor).

3.2. Table ronde sur les pratiques, stratégies et politiques vertueuses pour l’avenir , animée par Jean-Luc Peyron (Ecofor) avec la participation de :

  • Antonin Vergez (Ministère de la transition écologique et solidaire)
  • Jérôme Mousset (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie)
  • Gilles Landrieu (Agence Française pour la Biodiversité)
  • Alain Lesturgez (Fédération nationale des communes forestières)
  • Patrice Mengin-Lecreux (ONF)
  • Eric Toppan (Fransylva)
  • Adeline Favrel (France Nature Environnement)
  • Edith Mérillon (IGN)

Clôture : M. Sylvain Réallon : Sous-Directeur des filières forêt-bois, cheval et bioéconomie, Ministère de l’agriculture et de l’alimentation.

 

Le programme

colloque_sehss-programmeVF
Publié par

Préparer les forêts françaises au changement climatique – Bernard Roman-Amat

Rapport rédigé par Bernard Roman-Amat (Agroparistech-Engref) à la demande du Ministre de l’écologie et du Ministre de l’agriculture et de la pêche.

Ce rapport répond à la lettre de mission du Ministre de l’Agriculture et de la Pêche et du Ministre de l’Écologie et du Développement Durable envoyé à Bernard Roman-Amat.

Il s’appuie sur une analyse de la documentation disponible, une enquête auprès des services forestiers dans les régions, des entretiens individuels, etc. L’ambition principale est de compléter les réflexions en cours et de proposer une ébauche de plan d’action pour préparer les forêts françaises au changement climatique. Ce plan d’action a bien entendu vocation à être complété et révisé au fur et à mesure des nouvelles connaissances scientifiques disponibles, et en fonction des résultats procurés par les premières mesures mises en œuvre.

rapportchangt_climatbra

Publié par

Colloque « Dernières innovations sur la plantation forestière »

Présentations

09:30 – 10:10. Introduction

• Mot d’accueil du MAA et de l’ADEME

Introduction de la journée : Contexte et objectifs du colloque. C. Orazio, C. Collet, J-L. Peyron, C. Richter, N. Bilot, J. Fiquepron, E. Sevrin, V; Boulanger, T-E. Helou, H. Le Bouler 

10:10 – 11:50. Session 1 : Des plantations qui respectent l’environnement

Modérateur : C. Deleuze

Un échange entre R&D et praticiens pour éclairer la thématique. H. Jactel, M. Moulin 

• Faut-il préparer le sol ? Ce que nous dit l’observation de la structure du sol. F. Vast, C. Collet, R. Koller, N. Pousse

• Travaux de préparation mécanique du sol lors de la plantation et stocks de carbone du sol. F. Bureau, E. Quibel, D. Derrien, L. Cécillon

• Réponse de la biodiversité à la lutte contre les espèces concurrentes dans les plantations. V. Boulanger, L. Vincenot

13:00 – 14:55. Session 2 : Des plantations qui réussissent

Modérateur : J. Fiquepron

 Un échange entre R&D et praticiens pour éclairer la thématique. C.Richter, C. Sédilot-Gasmi, P. Baron 

Présentation à venir !

• Une attente des praticiens : les plans et leur mise en oeuvre. G Bauchery, F Naudet

• Quelle est la place de la mécanisation dans les itinéraires de plantation. A. Berthelot, L. Cotten, E. Ulrich, C. Richter, C. Collet, P. Pastuszka

Définir une densité de plantation : comment et pour quels objectifs. C. Meredieu, A. Bailly, J-C. Bastien, A. Berthelot, P. Cailly, F. Danjon, J. Fiquepron, S. Girard, N. Marron, D. Merzeau, C. Orazio, P. Pastuszka, A. Raffin, C. Richter, P. Riou-Nivert

Évolution des performances économiques des itinéraires de plantation, sous l’angle des coûts  . J. Pitaud, H. Rakotoarison, E. Ulrich, M. Moulin, L. Cotten, C. Sédilot-Gasmi, J. Piat, N. Dumas, V. Boulanger

15:25 – 17:30. Session 3 : Des plantations qui répondent à la demande sociétale

Modérateur : N. Bilot

Un échange entre R&D et praticiens pour éclairer la thématique. J-L. Peyron, H. Le Bouler

Quelle adoption de l’innovation dans les pratiques de plantation : freins, leviers, canaux de diffusion ? M. Blondet, A. Bouvet, F. de Morogues, C. Richter, C. Collet

Quelles attentes des acteurs vis-à-vis de la plantation ? C. Collet, C. Richter, C. Deleuze, E. Sevrin, J. Thomas, M. Blondet

Innovations dans les modes de financement à la plantation : Pourquoi ? Par qui ? Quelles conséquences ? J. Lenglet, T. Neveu, J. Grimault, S. Hallaire

Programme

programme_complet_v4

Publié par

Ecoforum XXV – Journée débat : Accorder en forêt résilience, biodiversité et bioéconomie : Quelles recherches et innovations ?

Ecofor

Ecofor

Vendredi 14 décembre 2018 de 10h00 à 17h00 (accueil à partir de 9h30) à la Société nationale d’horticulture de France, 84 rue de Grenelle, Paris 7e

Accorder en forêt résilience, biodiversité et bioéconomie : Quelles recherches et innovations ?

Enregistrement audio de la journée

Programme et présentations

9h30-10h00 Accueil des participants
10h00-10h30 25 ans du GIP ECOFOR, sous la coordination de Guy Landmann
10h30-12h45 Comment accorder en forêt résilience, biodiversité et bioéconomie ?Table ronde animée par Pascal Marty (ENS-Lyon, HCERES, Président du Conseil scientifique d’Ecofor

Avec la participation invitée des conférenciers et témoins des conférences thématiques : Emmanuelle Bour-Poitrinal (CGAAER), Luc Charmasson (CSF Bois), Bernard Chevassus-au-Louis (Humanité et biodiversité), Denis Couvet (MNHN), Jean-Luc Dupouey (Inra), Andreas Kleinschmit von Lengefeld (FCBA), Myriam Legay (ONF), Maya Leroy (AgroParisTech), Valérie Masson-Delmote.

  • Résumé des trois conférences :
  • Quelle résilience pour la biodiversité et la bioéconomie forestière ?
  • La biodiversité en forêt est-elle gage de résilience et de bioéconomie ?
  • La bioéconomie est-elle un facteur de résilience et de biodiversité ?

Discussion générale sur la multifonctionnalité des forêts.

12h45-14h00 Déjeuner sur place
14h00-14h30 Une articulation à réaliser entre enjeux forestiers et recherche, par Pascal Marty (Président du Conseil scientifique d’Ecofor) et Jean-Luc Peyron (Ecofor)
14h30-16h30 Quelles recherches et innovations pour quels enjeux forestiers ?

    • quelle place occupe la forêt dans la stratégie des organismes de recherche ?
    • quelle place occupe la recherche dans la stratégie des organismes forestiers ?
    • en quoi la forêt contribue-t-elle aux réflexions sur les questions cruciales relatives à la biodiversité, aux changement globaux, à la bioéconomie ?

Table ronde animée par Jean-Marc Guehl (Président d’Ecofor), avec :

  • Stéphanie Thiébault, Directrice, INEE, CNRS
  • Serge Muller, Professeur, Directeur de l’herbier national, MNHN
  • Guillaume Lescuyer, Représentant le Président du Cirad
  • Philippe Mauguin , Président directeur général, INRA
  • Marc Michel, Président directeur général, Irstea
  • Daniel Bursaux, Directeur général, IGN
  • Gilles Trystram, Directeur général, AgroParisTech
  • Claire Hubert, Directrice générale, CNPF
  • Myriam Legay, Chef du Département Recherche, Développement et Innovation, ONF
  • Georges-Henri Florentin, Directeur général, FCBA
  • Valérie Metrich-Hecquet , Directrice générale DGDE, MAA (ou son représentant)
  • Paul Delduc, Directeur Général , DGALN, MTES (ou son représentant)
16h30-17h00 Clôture
Publié par

Ecoforum XXV – La forêt : une chance pour la biodiversité ? par Bernard Chevassus-au-Louis

Ecofor

Lundi 1er octobre 2018 (11h00-13h00), dans les locaux de l’Inra, 147 rue de l’Université 75007 Paris

La forêt :  une chance pour la biodiversité ?

Bernard Chevassus-au-Louis

Président de Humanité et Biodiversité,
membre de l’Académie d’agriculture et de l’Académie des technologies,
co-auteur d’un rapport de préfiguration de l’Agence française de la biodiversité (2013), coordonnateur du rapport du Conseil d’analyse stratégique sur l’approche économique de la biodiversité et des services liés aux écosystèmes (2009).

introduction de
Julie Dorioz, Chargée de mission à Ecofor, impliquée dans l’animation du groupe Forêt de l’Observatoire national de la biodiversité (ONB), de la Plateforme biodiversité sur la forêt et de l’évaluation des écosystèmes et services écosystémiques en forêt (EFESE -Forêt).

avec les témoignages de
Denis Couvet, Professeur au Muséum national d’histoire naturelle, Directeur du Centre de recherches sur la biologie des populations d’oiseaux (unité mixte de recherche MNHN-CNRS), Membre de l’Académie d’agriculture et secrétaire de sa section environnement et territoires, Membre du Conseil scientifique d’Ecofor.

Maya Leroy, Enseignante et chercheuse en sciences de gestion à AgroParisTech où elle est responsable de l’unité de formation et de recherche (UFR) « Gestion de l’environnement », membre du Conseil scientifique d’Ecofor.

Regarder la vidéo de la conférence 

Accéder à l'enregistrement vidéo

Présentations à télécharger

Dorioz-EcoforumXXV-2018-10-01-VF

Introduction à la conférence

La biodiversité représente la variété du monde vivant sous toutes ses formes, à tous ses niveaux d’organisation et dans toutes les interactions qui peuvent en résulter. Elle joue un rôle fondamental dans les fonctions écologiques et l’expression des services écosystémiques qui en découlent sous forme de biens fournis, de régulation des cycles biogéochimiques ou encore d’aménités. Mais elle apparaît menacée par la dégradation ou la destruction des habitats, la surexploitation des ressources, le développement d’espèces exotiques envahissantes, la pollution, le changement climatique : une convention internationale a été mise en place en 1992 et, vingt ans plus tard, une plateforme intergouvernementale d’expertise (IPBES).

Quelle contribution la forêt apporte-t-elle à la biodiversité et aux services qui en résultent ? Parmi les menaces qui apparaissent, la déforestation remet en cause l’existence même de la forêt. Quelles en sont les principales causes sous-jacentes et comment y remédier ? Comment définir une composition adéquate, dans l’espace et le temps, du bouquet de services que l’on peut trouver en forêt ? La forêt doit-elle compenser les lacunes constatées dans d’autres écosystèmes ? Comment favoriser les synergies et éviter les conflits entre usages et entre usagers tout en assurant une viabilité environnementale, sociale et économique de la gestion ? Les institutions sont-elles appropriées ?

Programme

ECOFORUM_XXV_Introduction_Biodiversité_201809VF

Publié par

Ecoforum XXV – Conférence « Quels climats et quelles forêts au XXIIe siècle ? » par Valérie Masson-Delmotte

Ecofor

Lundi 24 septembre 2018 (11h00-13h00), dans les locaux de l’Inra, 147 rue de l’Université 75007 Paris

Quels climats et quelles forêts au XXIIe siècle ?

Valérie Masson-Delmotte

co-présidente du groupe de travail n°1 du GIEC sur les bases physiques du climat,
Directrice de recherche au Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement
(laboratoire rattaché au CEA, au CNRS et à l’Institut Pierre-Simon Laplace)

introduction de
Annabelle Amm, chargée de mission à Ecofor, animatrice du programme de recherche GICC
(Gestion et impacts du changement climatique, programme piloté par le Ministère de la transition écologique et solidaire avec le soutien de l’ADEME)

avec les témoignages de
Myriam Legay, Chef du Département Recherche, Développement et Innovation à l’ONF
Jean-Luc Dupouey, Directeur de recherche à l’INRA, membre du Conseil scientifique d’Ecofor

Regarder la conférence

Accéder à l'enregistrement vidéo

A télécharger

Introduction à la conférence

Caractérisée par une croissance relativement lente, une grande durée de vie et une certaine inertie, la forêt est particulièrement sensible aux changements globaux. Le réchauffement climatique y occupe aujourd’hui une place importante, tant du fait de l’ampleur de ses impacts potentiels directs qu’en raison de son caractère aggravant pour des phénomènes existant par ailleurs. Se trouve ainsi posée la question de la résilience de la forêt et, au delà de la capacité spontanée d’adaptation que cela suppose, celle de l’ensemble la société qui doit imaginer de nouveaux modes d’organisation et de gestion des différents services qu’elle attend de la forêt.

Les impacts potentiels du changement climatique sur la forêt font l’objet de nombreuses recherches. De multiples questions subsistent cependant du fait de la complexité des phénomènes à l’interface entre atmosphère, biosphère et géosphère, ainsi que des incertitudes sur notre capacité à juguler les émissions de gaz à effet de serre. Quelles sont les voies de progrès les plus prometteuses ? Faut-il plutôt affiner les modèles de climat et de végétation au niveau local pour un scénario donné d’émissions ou mettre l’accent sur l’évaluation d’un portefeuille de solutions envisageables sous différents scénarios climatiques ? Dans quelle mesure des peuplements mieux adaptés aux conditions futures que ceux en place peuvent être favorisés compte tenu de l’inertie du renouvellement ?

Par ailleurs, quelles conséquences sont attendues de l’ensemble des services écosystémiques, y compris l’atténuation du changement climatique ? N’y a-t-il pas là une invitation à développer des approches plus intégrées entre les services engendrés et les menaces dont ils font l’objet ? Compte tenu de sa vulnérabilité au changement climatique, de la part tant de la biodiversité que  du stock de carbone qu’elle contient et de sa capacité de lutte contre l’effet de serre, la forêt ne devrait-elle pas faire l’objet d’une évaluation spécifique du GIEC ?

 

Publié par

Ecoforum XXV – Conférence « La forêt pour construire le futur ? » par Luc Charmasson

Ecofor

Ecofor

Jeudi 8 novembre 2018 (11h00-13h00), dans les locaux du Cirad, 42 rue Scheffer 75116 Paris

La forêt pour construire le futur ?

Luc Charmasson

Président du Comité stratégique de la filière-bois (CSF Bois) au sein du Conseil national de l’industrie, Président d’honneur de l’interprofession nationale France Bois Industries Entreprises (FBIE) et Président du Groupement d’intérêt économique GIPEN spécialisé dans les structures bois

introduction de
Cécile Nivet
, Responsable de la médiation scientifique et de la valorisation des recherches à Ecofor, Rédactrice en chef invitée du numéro thématique de la Revue forestière française sur le sujet « les nouveaux usages du bois interpellent la gestion forestière ».

avec les témoignages de
Emmanuelle Bour-Poitrinal, Présidente de la section « Forêts, eaux et territoires » du Conseil général de l’alimentation, de l’agriculture, et des espaces ruraux.
Andreas Kleinschmit von Lengefeld, Directeur innovation recherche de l’Institut technologique Forêt Cellulose Bois-Construction Ameublement (FCBA), membre du Conseil scientifique d’Ecofor.

Regarder la vidéo de la conférence  Accéder à l'enregistrement vidéo

Télécharger les présentations

Introduction à la conférence

La forêt et les activités qu’elle sous-tend contribuent à un pan entier d’une bioéconomie qui vise à développer la production et la valorisation des bioressources et services écosystémiques tout en répondant aux défis climatiques, sociaux, environnementaux, territoriaux et économiques. Les forêts françaises qui ne cessent de s’accroître en surface et volume ne recèlent-elles pas un énorme potentiel disponible pour une valorisation avisée et efficace ?

Un paradoxe tout d’abord se fait jour avec, d’un côté, des demandes dont le renforcement semble inéluctable et, d’un autre côté, un développement qui se fait attendre et concerne pour l’instant surtout l’énergie. Le bois matériau, reconstitué ou non, n’est-il pas pourtant l’objectif de production qui concilie le mieux les diverses attentes vis-à-vis de la forêt ?

Au delà de son exclusion spécifique des aires protégées, la récolte de bois n’est-elle pas le moyen de gestion par excellence d’une forêt saine et stable assurant un grand nombre de services écosystémiques ? L’usage de ceux-ci n’est-il pas d’ailleurs un volet à part entière de la bioéconomie qui mériterait aussi des innovations significatives ?

Finalement, quelles sont les pistes les plus prometteuses pour une bioéconomie fondée sur la forêt ? Quels sont les principaux verrous qui les obèrent ? Quelles clés la science est-elle susceptible de détenir pour ouvrir ces pistes et lever ces verrous ?

Publié par

BGF – Colloque de restitution finale des résultats des projets 2014-2018

Date

25 Septembre 2018 – 26 Septembre 2018

Lieu
Bordeaux Gazinet-Cestas INRA Pierroton

 

Ouverte à tous (chercheurs, gestionnaires, décideurs, associatifs, étudiants…), cette rencontre a pour objet principal l’échange entre scientifiques et gestionnaires autour des cinq projets de l’appel à proposition de recherche lancé en 2013 sous l’intitulé «Biodiversité, gestion forestière, changement climatique et politiques publiques».

Une visite de terrain des résultats des projets Orphée et BioPICC est prévue. Le programme détaillé sera annoncé cet été sur le site du programme BGF.

Publié par

60 ans d’inventaire forestier pour éclairer l’avenir

Du 15 au 16 octobre 2018, Paris

L’IGN et le GIP  Ecofor ont organisé ce colloque afin de revenir sur les évolutions de la forêt métropolitaine, les techniques de l’inventaire au fil des années pour répondre aux enjeux croissants liés notamment aux différents usages du bois, aux risques et changements climatiques, à la biodiversité, au carbone, aux services écosystémiques, à la bio-économie.

Présentations à télécharger: ici

Programme

Lieu pour le 15 octobre 2018 : Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, Paris

Lieu pour le 16 octobre 2018: Station F, Paris

programme-detaille_colloque_6VF

Publié par

Attentes et mobilisations des acteurs concernant la « typologie des stations forestières ». Représentations et usages, conditions et moyens d’une meilleure adéquation de l’outil

Continuer la lecture de Attentes et mobilisations des acteurs concernant la « typologie des stations forestières ». Représentations et usages, conditions et moyens d’une meilleure adéquation de l’outil

Publié par

La forêt, source de méthane?

Dans le contexte du changement climatique, l’émission d’un gaz à effet de serre, le méthane, par les forêts est une découverte qui a bouleversé les médias qui ont trop rapidement remis en question l’intérêt de la forêt dans la lutte contre l’augmentation de l’effet de serre.

La découverte de Keppler et al. a été publié le 12 janvier 2006 par la très célèbre revue Nature. ECOFOR a apporté sa contribution au débat consécutif à cette publication par la rédaction et la mise en ligne d’une note mettant en perspective cette découverte (qui a ensuite été publiée par la Revue forestière française).

Foret-source-methane

 

 

Publié par

CREAFOR – Coordination des activités de recherche sur l’adaptation des forêts au changement climatique

CREAFOR était une mission de coordination des activités de recherche sur l’adaptation des forêts au changement climatique. Elle a été confiée au GIP Ecofor fin 2008 par le ministère en charge de l’Agriculture.
Elle consistait à rassembler, structurer et diffuser l’information sur les activités de recherche concernant la préparation des forêts au changement climatique et, sur la base de l’analyse de l’existant, à dégager les priorités de recherche à mettre en œuvre pour mieux anticiper l’impact des évolutions du climat sur les forêts et entreprendre l’adaptation des forêts face à ces changements.

Contexte

Devant l’importance des impacts potentiels du changement climatique sur les forêts françaises métropolitaines, il convenait d’organiser au mieux la recherche pour améliorer la connaissance de ces impacts sur les forêts et tester l’efficacité de différentes mesures d’adaptation. Une première proposition de « pilotage » des activités de recherche dans ce domaine avait été formulée par Bourgau, Lerat et Cailmail (mai 2007) dans leur rapport sur l’« Adaptation des forêts au changement climatique ». Cette proposition a été reprise par Roman-Amat dans le rapport « Préparer les forêts françaises au changement climatique » (décembre 2007). Il y suggérait de confier au GIP Ecofor la mission de coordonnateur national des recherches en matière de changement climatique en forêt.

Le Grenelle de l’environnement et particulièrement les Assises de la forêt (2008) ont entériné la suggestion des rapports pré-cités, et ont conclu (fiche 20 des Assises) à la nécessité de confier une mission de coordination de la recherche sur l’adaptation des forêts au changement climatique au GIP Ecofor.

Le ministère de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche en a officiellement chargé le GIP Ecofor en septembre 2008.

Objectifs

Le projet comportait 3 dimensions :

  • information : assurer le recensement et le suivi des activités de recherche et mettre en libre accès sur le Web les informations ainsi recueillies ;
  •  échange  : replacer la mission et les démarches de la recherche dans un cadre intersectoriel et au sein des actions similaires de recherche en faveur de l’adaptation des forêts au changement climatique à l’échelle nationale (participation au RMT AFORCE…) et à l’échelle internationale ;
  • stratégie  : faciliter et optimiser l’organisation des actions de recherche pour améliorer la réponse aux questions ayant un fort enjeu dans le cadre de l’adaptation des forêts au changement climatique.

Organisation

Réalisations

  • Un site internet consacré à la mission CREAFOR ;
  • une base de données répertoriant les projets et programmes consacrés à l’adaptation des forêts au changement climatique ;
  • un rapport d’activités de la mission.

La base de données des projets sur l’adaptation des forêts aux changements climatiques rassemble 87 projets. Vous pouvez la consulter et la télécharger ici.

Retrouvez les termes les plus couramment employés dans les études sur l’adaptation des forêts au changement climatique dans ce lexique.

Publié par

Nouveau site Internet pour le GIP Ecofor

ECOFOR

Le GIP Ecofor est heureux de vous présenter son niveau site Internet.

 

Il offre une navigation simplifiée qui, nous l’espérons, rendra votre navigation plus aisée et agréable.

Le site est construit autour des quatre thématiques clés du GIP Ecofor:

  1. Biodiversité et fonctionnement des écosystèmes
  2. Changement climatique et autres risques
  3. Gestion durable et services écosystémiques
  4. Information, innovation et politiques publiques

Parmi les nouvelles fonctionnalités, vous trouverez un filtre par date et lieu dans les rubriques « Manifestations » et « Publications ».

Si vous voulez suivre l’actualité du GIP Ecofor, n’hésitez pas à nous suivre sur Twitter.

Publié par

Les membres d’Ecofor

Au nombre de 12, dont l’Etat représenté par le ministère en charge des forêts d’une part, et le ministère en charge du développement durable d’autre part, les représentants des membres du GIP ECOFOR participent à l’assemblée générale. Leurs domaines d’activités sont la recherche et le développement, la politique, la gestion et le suivi des forêts. Vous pourrez retrouver leur site en cliquant sur leur logo.

Membres du GIP Ecofor

Membre Ecofor
Membre Ecofor Membre Ecofor
Membre Ecofor Membre Ecofor

Notre tutelle

ECOFOR est un Groupement d’Intérêt Public de type « Recherche », placé sous la tutelle du Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

Logo du Minisitère de la recherche
Le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

1 rue des Descartes
75231 Paris cedex 05
www.recherche.gouv.fr

Publié par

L’équipe d’Ecofor

Direction

Nicolas Picard

Directeur du GIP Ecofor

Tél. : 01 53 70 21 49
nicolas.picard@gip-ecofor.org

Agent Ecofor

Guy Landmann

Directeur adjoint

Biomasse, ressources naturelles et biodiversité

Forêt et risques
Suivi continu des forêts

Tél. : 01 53 70 21 41

guy.landmann@gip-ecofor.org

Équipe administrative

 

logo Ecofor eclairci

Marie-Hélène Lagarrigue

Assistante de direction
Chargée de la gestion administrative et budgétaire et du suivi des partenariats

Tél. : 01 53 70 21 70
secretariat@gip-ecofor.org

Équipe scientifique permanente

Agent Ecofor

Annabelle Amm

Coordinatrice du projet MACCLIF (Prise en compte des mesures d’adaptation au changement climatique par les gestionnaires forestiers)
Chargée de mission programmes internationaux (SCAR Forest)
Programme Gestion et Impacts du changement climatique (GICC)
Catalogue des sources d’informations sur la forêt Ca-SIF

Tél. : 04 32 72 29 73
annabelle.amm@gip-ecofor.org

logo Ecofor eclairci

Viviane Appora

Chargée de mission
Programme Biodiversité, gestion forestière et politiques publiques
Ecosystèmes tropicaux
Sud expert plantes développement durable SEP2D

Tél. : 01 53 70 21 77
viviane.appora@gip-ecofor.org

logo Ecofor eclairci

Marie Cluzel

Chargée de mission
Communication, veille et événementiel

Tél. : 01 53 70 20 50
marie.cluzel@gip-ecofor.org

logo Ecofor eclairci

Morgane Delay

Chargée de mission

Enquête Renouvellement de l’expertise CRREF (Coupes Rases et REnouvellement des peuplements Forestiers en contexte de changement climatique)

morgane.delay@gip-ecofor.org

logo Ecofor eclairci

Julie Dorioz

Chargée de mission biodiversité et services écosystémiques
Animation d’un groupe de travail pour l’Observatoire national de la biodiversité (ONB)
Évaluation française des écosystèmes et des services écosystémiques forestiers (EFESE)

Tél. : 04 79 75 94 44
julie.dorioz@gip-ecofor.org

logo Ecofor eclairci

Garance Marquet

Chargée de mission – Gestion de projet et appui technique
Coordinatrice de l’expertise CRREF (Coupes Rases et REnouvellement des peuplements Forestiers en contexte de changement climatique)
Appui à l’animation du groupe de travail Forêt pour l’Observatoire national de la biodiversité (ONB)

Tél. : 01 53 70 22 01
garance.marquet@gip-ecofor.org

logo Ecofor eclairci

Bernard Riéra

Forêts tropicales
Sud expert plantes développement durable SEP2D
Réseau européen de recherche forestière tropicale ETFRN

bernard.riera@gip-ecofor.org

Membres non permanents de l’équipe

Laurent Bergès

INRAE (UR LESSEM)
Animation du projet Cartofora et contribution à la préparation d’un colloque de restitution en 2021

Marion Gosselin

INRAE (UR EFNO)
Participation à l’expertise scientifique collective CRREF (Coupes Rases et REnouvellement des peuplements Forestiers)

Wilfried Heintz

INRAE
Gestion des services informatiques et accompagnement dans les choix stratégiques concernant les systèmes informatiques du GIP Ecofor

Barbara Lacor

INRAE
Contribution aux activités du GIP en lien avec l’Europe

Nathalie Leroy

INRAE (UMR Silva)
Contribution au projet Cartofora (serveur et site web du projet)

Publié par

Le groupement Ecofor

Le groupement Ecofor

Qu’est ce qu’un Groupement d’Intérêt Public (GIP) ? Qu’est le GIP Ecofor?

Le GIP est une structure de coopération stable, dotée de la personnalité morale, juridique et financière. Il a pour objectif de permettre à plusieurs organismes, généralement publics, de mettre en commun des moyens pour une durée et des activités déterminées.

Son existence est liée à la nature de ses activités et est, par définition, limitée dans le temps. Le GIP Ecofor a été créé en 1993 pour dix ans, puis renouvelé en 2003 et 2013 pour de nouvelles périodes de dix ans. Ses activités consistent à développer des programmes de recherche et des études portant sur le fonctionnement et la dynamique des écosystèmes forestiers d’une part et la gestion durable des forêts d’autre part. Elles s’exercent en milieu tropical comme tempéré. Elles incluent l’articulation entre recherche et gestion qui nécessite des systèmes d’information adéquats et une capacité d’expertise.

Les axes thématiques

Les programmes de recherche et les études ponctuelles qui sont élaborés et développés par Ecofor répondent à deux logiques principales et constituent 4 axes de travail.

  1. L’étude du fonctionnement des écosystèmes forestiers. Elle s’appuie sur un Observatoire de Recherche en Environnement (ORE) qui fédère les sites ateliers de recherche, lourdement instrumentés, et les réseaux d’observation de la forêt (Renecofor, l’IFN et le réseau de surveillance de la santé des forêts). Les travaux menés s’attachent à l’étude des cycles de l’eau, du carbone et des éléments minéraux, en tenant compte de la dynamique des populations et des communautés. L’enjeu est de mener ces différentes approches tout en cherchant à les coupler. L’échelle d’étude est le plus souvent le peuplement, mais un effort est fait pour passer à l’échelle du massif forestier ou à celle du petit bassin versant. Les grands types forestiers étudiés sont les feuillus sociaux de plaine, les peuplements fortement artificialisés, les forêts hétérogènes et les forêts tropicales humides.
  2. L’étude des grandes questions qui intéressent les gestionnaires de forêts. Ecofor travaille ainsi sur les relations entre biodiversité et gestion forestière, sur les relations entre la forêt et les ressources en eau, sur la forêt face aux modifications de l’environnement…
  3. Par une action transversale, ECOFOR développe également des systèmes d’information pour la mise à disposition de données utiles aux chercheurs ou aux gestionnaires.
  4. Ces thèmes, bien que plus développés en forêt métropolitaine, sont aussi ceux que l’on retrouve dans nos actions sur les forêts tropicales.

Quatre modes d’action

ECOFOR a pour mission d’apporter des connaissances mobilisables non seulement par la communauté scientifique mais encore par les gestionnaires sur ces 4 grands thèmes. Il procède pour cela selon quatre grands modes d’interventions :

  1. Lorsqu’une question finalisée se pose, une expertise scientifique et technique permet de rassembler les éléments de réponse existants dans les travaux de recherche effectués antérieurement, en liaison ou non avec Ecofor, et , de manière complémentaire, de mettre en évidence des lacunes de la connaissance ; elle peut être individuelle ou collective selon l’ampleur et la sensibilité de la question.
  2. Quelles que soient les issues d’une telle expertise ou d’une analyse prospective, les idées de recherche futures sont progressivement élaborées en thèmes susceptibles de structurer les appels à propositions de recherche.
  3. Effectuer le suivi de programmes de recherche relatifs à son domaine d’activité est une mission importante d’Ecofor ; pour les programmes qu’il anime, Ecofor s’attache à faire émerger les meilleurs projets et à favoriser les échanges entre les équipes des différents projets pour créer une dynamique de programme et à préparer sa valorisation ; en ce qui concerne les autres programmes, Ecofor a pour vocation d’en accroître l’utilisation pour traiter des questions forestières majeures.
  4. Il convient enfin de favoriser la valorisation de l’ensemble de l’information scientifique, que celle-ci provienne de sources d’informations statistiques, de données recueillies ou de résultats obtenus dans le cadre de projets de recherche ; Cette valorisation utilise tous les vecteurs offerts (colloques, sessions de formation continue, écoles thématiques, ouvrages et synthèses…) et tous supports appropriés (écrit, oral et numérique).

L’international

Ecofor est membre de l’Union internationale des organisations de recherche forestière (IUFRO) et de l’Institut forestier européen (EFI), Ecofor est par ailleurs très concerné par les activités des trois bureaux régionaux de l’EFI qui couvrent partiellement la France: EFIMED (sur la zone méditerranéenne, implanté à Barcelone), EFIATLANTIC (sur l’arc atlantique, implanté à Bordeaux), EFICENT et OEF-Observatoire Européen des Forêts (sur l’Europe continentale, implanté sur le triangle Nancy Zurich Freiburg-im-Brisgau).

Ecofor est impliqué dans les activités du bureau européen COST de coopération scientifique et technique. Après avoir fortement contribué à l’action dans le domaine de la recherche à long terme sur les écosystèmes forestiers (action COST E25 ENFORS), il anime une action sur le changement climatique attendu et les options sylvicoles au niveau européen (action COST FP0703 ECHOES).

Ecofor est également le point focal français du réseau européen de recherche forestière tropicale (ETFRN), dont les objectifs principaux sont la circulation de l’information et l’animation scientifique entre laboratoires européens.

 

 

Logo et informations légales à télécharger

 

Publié par

Atelier scientifique « Interpréter la magnitude des effets dans les modèles statistiques paramétriques »

Date
5 Juin 2018
Lieu
Paris

Organisé dans le cadre du programme de recherche « Biodiversité, gestion forestière et politiques publiques » financé par les ministères chargés de l’écologie et de l’agriculture et animé par Ecofor, cet atelier sera animé par Marion Gosselin, ingénieur à l’unité de recherches « Ecosystèmes Forestiers » d’Irstea (Institut national de recherches en sciences et technologie pour l’environnement et l’agriculture) et Frédéric Gosselin, membre du Conseil scientifique du programme de recherche BGF.

Cette formation s’adresse aux enseignants, chercheurs (y compris doctorants et post-doctorants) et éventuellement ingénieurs du domaine de l’écologie souhaitant s’initier à l’interprétation des résultats des modèles statistiques sous l’angle de la magnitude des effets potentiels des variables explicatives. La capacité d’accueil étant limitée à quarante personnes, la priorité sera donnée aux équipes de recherche du programme BGF.

Plus d’informations : http://docs.gip-ecofor.org/public/bgf/BGF_annonce_AnalyseMagnitude_2018.pdf

Inscriptions : http://inscription.gip-ecofor.org/bgf/

Publié par

Gestion forestière durable et biodiversité des sols forestiers

Auteur(s)
Cécile Nivet, Michaël Aubert et Matthieu Chauvat
Editeur
GIP Ecofor
Date de publication
02/2018

Le GIP Ecofor a produit une synthèse sur le thème : Gestion durable et Biodiversité des sols forestiers.

Réalisée dans le cadre du programme de recherche BGF, ce travail soutenu par le ministère Ministère de la Transition écologique et solidaire et le Ministère de l’agriculture et de l’Alimentation s’adresse en particulier aux gestionnaires forestiers.

Elle est articulée autour des trois questions suivantes :

1- Que sait-on de la biodiversité des sols forestiers et de ses rôles ?
2- Comment la gestion forestière agit-elle sur la biodiversité des sols ?
3- Est-il possible « d’utiliser » la biodiversité des sols forestiers ?

 

La synthèse est en ligne sur le site du programme de recherche BGF.

Publié par

Colloque « Entre dynamiques et mutations, quelles voies pour la forêt et le bois »

Date
11 Janvier 2018
Lieu
Paris, France

Le réseau de recherche en sciences économiques, humaines et sociales du GIP Ecofor a organisé le 11 janvier 2018 un colloque qui s’est tenu à Paris sur le thème « Entre dynamiques et mutations, quelles voies pour la forêt et le bois ? ».

Faisant appel aux économistes, historiens, sociologues, politologues, écologues, gestionnaires et acteurs de la filière, ce colloque a été l’opportunité de réfléchir aux dynamiques et mutations actuelles de la forêt et de la filière bois.

Accès aux présentations : http://www.gip-ecofor.org/socioeco/index.php?sujet=reseau&ssmenu=manif_res

Publié par

Approches territorialisées des usages de la forêt : actes du colloque annuel du réseau SEHS du GIP Ecofor

Auteur(s)
Jallais A.
Date de publication
Décembre 2017

Les forêts sont largement ancrées dans des territoires dont les spécificités déterminent les usages qui en sont faits. Inversement, ces usages forestiers participent à l’identité des territoires. Il n’est donc guère étonnant que la notion de territoire soit prégnante pour les forêts. C’est pourquoi l’édition 2017 du colloque du réseau des sciences économiques, humaines et sociales (SEHS) du GIP Ecofor a été consacrée aux « approches territorialisées de la forêt ». Elle s’est tenue à Paris le 12 janvier et a réuni plus de 120 personnes autour de 32 communications de diverses natures : des travaux scientifiques bien sûr, mais aussi des retours d’expériences, des initiatives locales et des témoignages d’acteurs publics et privés. Le col loque a ainsi permis de réinterroger à la fois la notion de territoire et la place qu’y occupent les espaces boisés.

Les actes du colloque regroupent l’ensemble des résumés des communications.

Publié par

Émergence de bioagresseurs en forêt : comment identifier et atténuer les risques ? Synthèse de l’Atelier REGEFOR 2017

Auteur(s)
Nivet C.
Date de publication
Novembre 2017

Organisé par l’Inra, AgroParisTech, l’Université de Lorraine, le Département de la Santé des Forêts (DSF), l’Office National des Forêts (ONF) et le Gip Ecofor, la sixième édition des Ateliers REcherche et GEstion FORestières s’est articulée autour de sessions de présentations, d’espaces de discussion (ateliers parallèles) et d’une tournée de terrain sur le thème « Émergence de bioagresseurs en forêt : comment identifier et atténuer les risques ? »

Réunis sur le campus de Champenoux (INRA Grand – Est), chercheurs et forestiers ont fait ensemble le tour d’horizon des principaux bioagresseurs émergents en forêt, ils se sont penchés sur les méthodes de détection, de surveillance et de lutte, ainsi que sur les perspectives à long terme d’adaptation des écosystèmes forestiers aux nouveaux bioagresseurs. Ces trois jours d’ateliers ont également été l’occasion d’échanger sur les dispositifs en place pour contenir les risques, au sein desquels la réglementation phytosanitaire a une place importante.

La synthèse de cette journée a été réalisée par le GIP Ecofor et est disponible en ligne.

Publié par

Évaluer et synthétiser pour décider : l’apport des revues systématiques.

Auteur(s)
Nivet C., Mésenge A.-L., Jallais A.
Date de publication
Octobre 2017

Organisé régulièrement par la Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB), l’atelier « Introduction aux revues systématiques » permet de découvrir une méthode de collecte, d’évaluation et de synthèse des connaissances. Très utile pour appuyer le décideur lorsqu’une problématique environnementale génère des doutes, des controverses ou des querelles d’experts, elle est néanmoins coûteuse en temps et en ressources humaines.

Le Gip Ecofor a participé à l’une de ces journées et en a réalisé la synthèse, disponible en ligne.

Publié par

Brochure et bilan de l’ERA-NET Sumforest

Auteur(s)
Jallais A., Amm, A.
Date de publication
Septembre 2017

Le GIP Ecofor est partenaire de l’ERA-NET Sumforest, qui a pour mission de contribuer de manière significative à la construction d’un espace européen de la recherche pleinement opérationnel sur la foresterie durable et multifonctionnelle. Le GIP Ecofor est notamment intervenu sur les aspects de communication et a réalisé en septembre dernier la brochure finale de cet ERA-NET. Cette brochure comprend la présentation du réseau, de ses objectifs et résultats, la synthèse de travaux, et la présentations de chacun des projets qui ont été financés suite à l’appel lancé en 2017.

La brochure est disponible en ligne sur le site de Sumforest.

Publié par

La valorisation des données écologiques de l’inventaire forestier de l’IGN

Auteur(s) : Slak M.-F., Landmann G., Benest F.
Editeur : Ministère de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Énergie – GIP Ecofor – Institut national de l’information géographique et forestière
Date de publication : 02/2016

 

Sur demande du ministère de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Énergie (MEDDE), le GIP
Ecofor a été chargé d’une étude relative aux données écologiques de l’Institut national de
l’information géographique et forestière (IGN). Ecofor a sollicité l’expertise de l’IGN afin de répondre
de manière précise à la demande du commanditaire (annexe 1).

Ce document rassemble des informations précisant la nature des informations écologiques
disponibles à l’IGN et leur portée, relativement aux objectifs de l’inventaire forestier et à ceux,
plus généralement, des politiques publiques environnementales. Il réunit des exemples de
valorisation de ces données pour la production de connaissances

Document disponible ici

Publié par

Atelier REGEFOR 2017 « Émergence de bioagresseurs en forêt »

Atelier REGEFOR

« Émergence de bioagresseurs en forêt : comment identifier et atténuer les risques ? »

Les 20, 21 et 22 juin 2017
Centre Inra de Nancy-Lorraine – Campus de Champenoux

S’il est vrai que forêts ont gagné beaucoup de terrain depuis le début du 19ème siècle – elles couvrent à présent environ un tiers de la superficie de France métropolitaine, elles ont fait face depuis quelques décennies aux émissions polluantes soufrées et azotées à présent en recul, et, de plus en plus nettement, aux effets du réchauffement climatique. Une autre préoccupation majeure porte sur l’émergence de nouveaux bioagresseurs, qui causent des dépérissements et des maladies des arbres forestiers. Les causes de ces émergences sont multiples : changement climatique, modification des pratiques sylvicoles, introduction de bioagresseurs exotiques. Les introductions sont liées à l’intensification des échanges internationaux, qui supprime de nombreuses barrières naturelles à la dispersion des organismes, et entraîne une redistribution de nombreuses espèces animales, végétales et microbiennes entre continents. Certains de ces bioagresseurs (il peut s’agir d’insectes, de nématodes, de champignons, de bactéries ou de virus phytopathogènes) entraînent des pertes économiques importantes et constituent une menace pour la conservation de la biodiversité. Au-delà de ces effets sur la production de bois, l’intégrité de l’écosystème tout entier peut-être menacé (son fonctionnement, sa biodiversité) et, à travers elle, la production des biens et services rendus à la société.

La chalarose du frêne, la pyrale du buis, la maladie des bandes rouges des pins, le cynips du châtaignier, sont quelques-unes des espèces émergentes récentes en France métropolitaine. D’autres maladies et ravageurs, telles le nématode du pin maritime, le flétrissement américain du chêne, la « mort subite du mélèze » ou encore l’agrile du frêne, constituent une menace majeure ou sont à nos portes.

Ces bioagresseurs sont au centre des préoccupations des acteurs institutionnels de la surveillance phytosanitaire , et préoccupe de plus en plus les gestionnaires forestiers.

L’Atelier REGEFOR 2017 a présenté un état des connaissances sur les principaux bioagresseurs émergents en forêt. Il s’est intéressé à la gestion à court terme des risques, aux méthodes de détection, de surveillance et de lutte, ainsi qu’aux perspectives à long terme d’adaptation des écosystèmes forestiers aux nouveaux bioagresseurs. Il a été l’occasion d’échanger sur le dispositif en place pour contenir les risques, au sein duquel la réglementation phytosanitaire a une place importante.

Organisé par l’Inra, AgroParisTech, l’Université de Lorraine, le GIP Ecofor, le DSF et l’ONF, l’Atelier comportait des sessions de présentations synthétiques, des temps de discussion ainsi qu’une tournée de terrain. Il a donné lieu à un numéro en accès libre de la Revue forestière française et à d’autres actions de diffusion.

Le programme du colloque est disponible ici

Les présentations sont téléchargeables ci-dessous: 

Mardi 20 juin 2017

Ouverture de l’atelier ReGeFor 2017

Erwin Dreyer (Inra Nancy)

Guy Landmann (GIP Ecofor)

Définition et concepts de la problématique de l’émergence des maladies et bioagresseurs, Cécile Robin (Inra Bordeaux)

Evolution du paysage sylvosanitaire au cours des 30dernières années , Louis-Michel Nageleisen (DSF)

Session1 : Introductions de bioagresseurs exotiques

Exposé introductif : Etat actuel des introductions et de la propagation en Europe des bioagresseurs exotiques liés aux plantes ligneuses, Alain Roques (Inra Orléans)

Introductions d’insectes en Europe et Amérique du Nord –Quel rôle joue l’effet Allee ? , Jean-Claude Grégoire (Université Libre de Bruxelles)

Stratégies de lutte biologique contre les insectes invasifs, Marc Kenis (CABI, Delémont, Suisse)

Emergence des Phytophthoras forestiers, Simone Prospero (WSLZurich)

Emergence de la Chalarose en France, Claude Husson (InraNancy)

Est-il possible de tirer des enseignements d’introductions anciennes ? L’exemple de la graphiose de l’orme, Dominique Piou (DSF)

Mercredi 21 juin 2017

Session 2 : Effet de la sylviculture, choix des essences,des provenances, des variétés

Exposé introductif : Effet de la diversité des forêts sur leur résistance aux insectes ravageurs natifs et exotiques,  Hervé Jactel (Inra Bordeaux)

Prise en compte des bioagresseurs dans les programmes d’amélioration des arbres, Catherine Bastien (Inra Orléans)

Caractérisation des interactions entre un ravageur émergent en France, le puceron lanigère du peuplier, et son arbre-hôte –  Aurélien Sallé (Université d’Orléans)

Emergence de maladies sur peupliers ou la course aux armements entre l’améliorateur et les maladies – Pascal Frey (Inra Nancy)

Session 3 – Effet du changement climatique sur l’émergence de bioagresseurs

Interactions entre changement climatique et agents pathogènes, Benoit Marçais (Inra Nancy)

Interactions entre changement climatique et ravageurs, Louis-Michel Nageleisen (DSF)

Réponses des insectes forestiers méditerranéens phytophages au changement climatique, Thomas Boivin (Inra Avignon)

• Atelier 1. Les pépinières forestières, un acteur incontournable de la filière

Animateurs : Cécile Robin (Inra Bordeaux), Olivier Forestier(ONF, PNRGF, Guémené-Penfao), Claude Husson (Inra Nancy)

Panel d’intervenants : Vincent Naudet (pépinières Naudet, Président du Syndicat National des Pépiniéristes Forestiers), Isabelle Wininger (pépinières Wadel-Wininger), Mme Dominique Barry-Etienne, (Société Alcina), Benoit Marçais (Inra Nancy)

Atelier 2. Emergence de bioagresseurs sur arbres hors forêt (parcs & jardins)

Animateurs : Marie-Reine Fleisch (AgroParisTech Nancy), Maxime Guérin (Plante & Cité)

Panel d’intervenants : Jean-Christophe Reuter (Métropole du Grand Nancy), Sébastien Diette (Société Alcina), Sylvie Tourrel (SRAL PACA)

Atelier 3. Les sciences participatives peuvent-elles contribuer au diagnostic et à la surveillance des bioagresseurs ?

Animateurs : Christophe Roturier (INRA Paris),Anne Dozières (Vigie-Nature, MNHN), Pascal Frey (Inra Nancy)

Panel d’intervenants : Jean-Claude Martin (Inra Avignon), Mathieu de Flores (OPIE), Pascale Frey-Klett (Inra Nancy)

Jeudi 22 juin 2017

Restitution des 3 ateliers par les animateurs/rapporteurs

Session 4 : Réglementation, surveillance et évaluation du risque phytosanitaire

Organismes de quarantaine forestiers : analyse des risques et mesures phytosanitaires, Andrei Orlinski (OEPP Paris)

Réglementation et stratégie de surveillance phytosanitaire en France, Frédéric Delport (DGAL, DSF) & Juliette Auricoste (DGAL, Bureau de la Santé des Végétaux)

Surveillance des bioagresseurs émergents en forêt :stratégie et organisation du Département de la Santé des Forêts (DSF), Frédéric Delport (DGAL, DSF)

La protection de la forêt en Suisse – science et politique, Valentin Queloz (WSL Zurich)

Méthodes de détection des bioagresseurs de quarantaine, Renaud Ioos (Anses LSV Nancy)

Publié par

Séminaire d’information sur l’Era-Net Cofund « ForestValue » pour Innover dans la bioéconomie de la forêt et du bois [Annulé]

Date 13 Juin 2017
Lieu Nogent-sur-Marne, France

Le séminaire est annulé et sera reprogrammé ultérieurement.

L’objectif de ForestValue « Innovating the forest-based bioeconomy » est de promouvoir l’innovation et la compétitivité du secteur forestier en Europe et de faire évoluer ce secteur actuellement basé sur l’exploitation intensive des ressources vers un secteur basé sur l’exploitation raisonnée et résiliente des ressources, le moteur pour la transition sera la production de connaissances scientifiques et techniques.

Les informations pratiques sont téléchargeables en cliquant sur ce lien.
Informations complémentaires : annabelle.amm@gip-ecofor.org

Publié par

Carthaforum. Mission sur la faisabilité d’une cartographie régulière des habitats forestiers ultramarins et du suivi des évolutions

Auteur(s)
Guitet S., Riera B., Jallais A., Kemavo A., Mobaied S., Rudant J.-P., Lalanne A.
Editeur
Ministère de l’environnement, de l’énergie et de la mer – Gip Ecofor
Date de publication
Juin 2017

L’étude vise à évaluer la faisabilité d’une cartographie régulière des habitats forestiers dans les outre-mer permettant :

  1. de répondre aux besoins de rapportages internationaux , concernant les thèmes biodiversité et carbone ;
  2. de produire des indicateurs pour le pilotage des politiques nationales relatives à ces thème s ;
  3. de faciliter la gestion des territoires et l es politiques d’aménagement mis en œuvre par les administrations et élus locaux.

L’ étude comprend 4 volets :

  1. un état de l’art en matière de cartographie et de suivi des écosystèmes forestiers basé s ur une synthèse bibliographique large ;
  2. un état des lieux basé sur un recensement d es initiatives existantes et une enquête en ligne ;
  3. une prospective et analyse critique des produits disponibles et en cours de développement s’appuyant notamment sur des tests méthodologiques ;
  4. l’ élaboration d’un programme d’actions chiffré es pour une mise en œuvre à court terme d’un suivi cartographique régulier des forêts ultra-marines

Le rapport final est disponible en ligne.

Publié par

Evaluation des interactions, en France, entre recherche forestière et pratique.

Auteur(s)
Nivet C., Peyron J.-L., Jallais A., Carnus J.-M.
Date de publication
Mai 2017

Le GIP Ecofor a participé à une initiative européenne coordonnée par le réseau SNS-EFINORD pour évaluer les interactions, en France, entre recherche forestière et pratique.

Le rapport a été coordonné par Cécile Nivet et est disponible en ligne (en anglais).

Publié par

Eclaircie N°3 – 27 avril 2017

– Actualité politique et institutionnelle –

• Évaluation des politiques publiques de la filière forêt-bois. La déléguée interministérielle à la forêt et au bois propose dans son rapport un diagnostic des politiques publiques et formule des recommandations pour permettre une meilleure structuration de la filière et répondre aux défis climatiques et environnementaux.

• Stratégie bioéconomie. Le ministère en charge de l’agriculture a publié la première version duplan d’actions opérationnel de la stratégie bioéconomie pour la France. Une consultation sur ce plan destinée aux parties prenantes est lancée jusqu’en septembre 2017.

– Biodiversité et fonctionnement des écosystèmes –

• Suivi de la biodiversité forestière en France. L’analyse des réseaux de suivi de biodiversité forestière en France, menée sur la base du cadre des Variables Essentielles de Biodiversité (EBV), est présentée dans la 6ème édition de la revue Naturae récemment lancée par le MNHN. L’étude a été réalisée par l’Unité de recherche EFNO (Irstea) et propose des clés pour mettre en œuvre un dispositif national de suivi.

• Recensement mondial des espèces d’arbres. L’association « Botanic Gardens Conservation International » (Royaume-Uni) a publié la première étude universelle sur les arbres et recense 60065 espèces. La base de données « Global Tree Search » issue de ces travaux donne accès aux résultats par genre, espèces et pays de répartition.

– Changement climatique et autres risques –

• Analyse de la production scientifique « climat et forêt ». Une étude bibliométrique associée à une analyse des réseaux entre chercheurs a été menée par des chercheurs espagnols pour évaluer les tendances de la recherche sur le changement climatique dans les domaines liés à l’agriculture et la forêt à l’échelle mondiale (2005-2014). L’étude place notamment l’Inra en 3ème position des institutions les plus productives.

– Agenda –

• 23 mai 2017 – Forum WSL 2017 « Forêts et changements climatiques »
organisé par l’Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage WSL à Lausanne, Suisse

• 31 mai 2017 – Séance – Le bois dans la construction, moteur du secteur forêt-bois
organisé par l’Académie d’Agriculture de France à Paris

• 05-09 juin 2017 – Conférence Ecca 2017 – 3rd European Climate Change Adaptation Conference – « Our Climate Ready Future » 
organisé à Glasgow, Ecosse

• 09 – 12 mai 2017 – The Role of Alternative Species in the Forests of Atlantic Europe 
organisé par EFIATLANTIC et IEFC à Edimbourg, Ecosse

• 13 juin 2017 – Séminaire d’information sur l’Era-Net Cofund « ForestValue » pour Innover dans la bioéconomie de la forêt et du bois 
organisé par le GIP Ecofor à Paris

• 19-21 juin 2017 – Conférence finale de l’action COST EuroCoppice – Les forêts de taillis en Europe : une ressource naturelle traditionnelle à grand potentiel
organisé par FCBA à Limoges

• 20-22 juin 2017 – Atelier REGEFOR « Émergence de bioagresseurs en forêt : comment identifier et atténuer les risques ? »
organisé par l’Inra, AgroParisTech, l’Université de Lorraine, le GIP Ecofor, le DSF et l’ONF, à Champenoux

• 27 juin 2017 – Colloque « Quel rôle pour les forêts et filières forêt-bois françaises dans l’atténuation du changement climatique ? : Une étude des freins et leviers forestiers aux horizons 2030 et 2050 »
organisé par l’Inra, à Paris

• 28 – 29 juin 2017 – Colloque européen sur la bioéconomie
organisé par l’Inra et Irstea, en association avec les Ministères de la Recherche et de l’Agriculture, à Paris

• 29 juin 2017 – Workshop final du projet ANR Blanc « StressinTrees »
organisé par l’Inra et l’Université d’Orléans, à Orléans

• 12-15 Septembre 2017 – Congrès Woodrise— «Les immeubles bois moyenne et grande hauteur» 
organisé par le FCBA, FPINNOVATIONS et ADIVBOIS à Bordeaux

• 18-22 septembre 2017 – IUFRO 125th Anniversary Congress, “Interconnecting Forests, Science and People »
organisé à Fribourg-en-Brisgau, Allemagne

• 11 – 13 octobre 2017 – Colloque – « RENECOFOR : 25 ans de suivi des écosystèmes forestiers, bilan et perspectives » 
organisé par l’ONF (lieu à définir)

• 12-13 octobre 2017 – SIMWOOD Final Conference – Solutions for Wood Mobilisation in Europe
organisée par le Bavarian State Institute of Forestry, à Paris

• 09-10 octobre 2017 – PROFOUND Final Conference – Robust projections of forests under climate change – data, methods and models
organisée par COST Action FP1304, à Potsdam, Allemagne

Publié par

Réseau SEHS – Colloque « Approches territorialisées des usages de la forêt »

Date
12 Janvier 2017
Lieu
Paris, France

CONTEXTE

Les forêts sont largement ancrées dans des territoires dont les spécificités déterminent les usages qui en sont faits. inversement, ces usages forestiers participent à l’identité des territoires. il n’est donc guère étonnant que la notion de territoire soit prégnante pour les forêts. si le territoire revêt des significations variables, il constitue surtout une interface entre nature et culture : c’est le lieu de rencontres entre un ensemble de services socio-écosystémiques et une pluralité de demandes, locales et lointaines, et d’usages des forêts. il est le siège de concurrences spatiales (urbanisation, forêt et agriculture) et conflits d’usages (récréation versus exploitation). le couple forêt-territoire (les pins d’aquitaine, la forêt de tronçais, etc.) fait aussi l’objet de représentations immatérielles. celle-ci participent à l’identité du territoire jusqu’à parfois devenir argument pour des stratégies commerciales (appellation d’origine). historiquement, les territoires ont été régis par les réglementations nationales. ils ont cependant été mis en avant par l’etat depuis 2011 pour l’organisation des usages forestiers au sein de chartes forestières de territoire et, plus récemment, à la faveur des déclinaisons régionales du programme national de la forêt et du bois (pnfb). le territoire est un support pour les politiques publiques relatives à la forêt, aussi bien pour adapter au contexte des mesures générales que pour intégrer les spécificités locales dans des schémas globaux ou encore promouvoir des développements endogènes jugés plus vertueux. ainsi, les usages de la forêt sont-ils l’occasion de réinterroger la notion de territoire et la place qu’y occupent les espaces boisés.

PUBLIC VISÉ

Ce colloque s’adresse à tous chercheurs, gestionnaires ou acteurs se sentant concernés par l’ancrage territorial des forêts, les sciences économiques, humaines et sociales et leur croisement avec les sciences de la nature, par l’application de ces approches scientifiques à la pratique.

PROGRAMME

http://docs.gip-ecofor.org/public/Programme_Colloque_SEHS.pdf

 

ACCES AUX PRESENTATIONS

http://www.gip-ecofor.org/socioeco/index.php?sujet=reseau&ssmenu=manif_res

 

Les principaux contacts sont: pour les aspects scientifiques : Francis de Morogues
pour les aspects relationnels : Anaïs Jallais

Publié par

BGF – Séminaire transversal du programme BGF 2014-2018 « Quelles nouvelles approches de l’incertitude pour la gestion des forêts et de leur biodiversité ? »

BGF Ecofor

Le 16 novembre 2016, à Paris

Avec l’appui des ministères chargés de l’environnement et de l’agriculture, le GIP ECOFOR organise un séminaire transversal aux projets BGF en cours sur le thème des incertitudes en sciences de la nature et en sciences humaines. La seconde annonce incluant le programme provisoire est accessible ici.

L’inscription est possible après le programme

Programme

BGF_annonce_Incertitudes_2016_2

Inscription

L’inscription en ligne est gratuite mais obligatoire.

Plus d’information

Consulter le site du programme BGF, à la page « Evènement ».

Publié par

Séminaire conjoint REACCTIF et BGF – Espaces ruraux et changements climatiques. Agriculture, Forêt, Elevage et Sols.

Date
29 Mars 2016 – 30 Mars 2016
Lieu
Paris, France

Avec l’appui des ministères chargés de l’écologie et de l’agriculture, L’ADEME et le GIP ECOFOR organisent les 29 et 30 mars 2016 à l’APCA – 9 avenue George V – Paris 8ème un séminaire conjoint des programmes de recherche REACCTIF et BGF.

Cette réunion sera l’occasion de présenter l’ensemble des projets de ces deux programmes et permettra d’initier les discussions entre chercheurs et utilisateurs des résultats de la recherche.

Ce séminaire commencera le matin du 29 mars (9h00) et se terminera le 30 mars (18h00).

Vous trouverez le programme prévisionnel du séminaire en cliquant sur le lien ci-dessous : Programme

Pour des raisons de logistique, vous voudrez bien vous inscrire à ce séminaire en répondant au questionnaire.

Si vous ne pouvez être présent, merci de répondre également afin de nous signaler votre absence et ainsi ne plus être relancé.

Le programme, le recueil des résumés ainsi que les diaporamas des présentations des proejts BGF sont accessibles en ligne sur le site du porgramme BGF : ici

Publié par

Colloque du Réseau de recherche en sciences économiques, humaines et sociales (SEHS) d’Ecofor sur le thème « Regards croisés sur les valeurs de la forêt »

Date
29 Janvier 2016
Lieu
Paris, France

Synthèse

http://docs.gip-ecofor.org/public/ColloqueSEHS2019/Synthese_SEHS2016_Valeurs_JANVIER2019.pdf

Résultats

http://www.gip-ecofor.org/socioeco/index.php?sujet=reseau&ssmenu=manif_res

Programme

http://docs.gip-ecofor.org/public/programme_29_janv_VF.pdf

Contexte

A travers ses composantes que sont les sols sur lesquelles elle croît, les peuplements qui la constituent et la biodiversité qu’elle recèle, la forêt possède une valeur multiforme dont les différentes acceptions recouvrent les points de vue d’acteurs divers.

Elle possède déjà une valeur d’existence par le simple fait qu’elle est là. Son fonctionnement, ses résistance et résilience aux agressions de toutes sortes lui confèrent une valeur écologique. Sa grande durée de vie ainsi que sa capacité à croître et à se renouveler expliquent sa valeur patrimoniale. Par les services qu’elle rend aux populations humaines, elle possède une incontestable valeur sociale. Elle tire sa valeur économique des ressources qu’elle produit et des activités qu’elle engendre. Elle a également une valeur juridique qui repose sur les droits d’usage auxquels elle donne lieu et dépend du caractère approprié ou commun de ses différents attributs. Sous chacun de ces angles, elle est intimement liée aux objectifs et modes de gestion.

La notion de valeur offre ainsi une multiplicité de regards qu’il est utile de croiser entre gestionnaires et chercheurs et entre les différentes disciplines scientifiques impliquées. Elle s’avère être un bon support de réflexion pour le réseau SEHS des sciences économiques, humaines et sociales d’Ecofor. Cette journée permettra d’aborder des questions portant sur les influences réciproques entre les valeurs des forêts et les objectifs de gestion, sur l’intégration des valeurs marchandes et non marchandes, sur des valeurs particulières telles que le rôle des forêts dans le cycle du carbone, le paysage, la protection contre les risques, la préservation de la biodiversité, sur les représentations et pratiques sociales, sur la perception des forêts par leurs propriétaires et gestionnaires.

Public visé

Ce colloque s’adresse non seulement aux membres du réseau SEHS des sciences économiques, humaines et sociales d’Ecofor mais aussi à tous chercheurs, gestionnaires ou acteurs se sentant concernés par la valeur des forêts, dans un sens s’insérant dans le champ large esquissé ci-dessus, par les sciences économiques, humaines et sociales, par leur croisement avec les sciences de la nature, par l’interdisciplinarité et par l’application de ces approches scientifiques à la gestion.

Informations pratiques

Nouveau Lieu :  5 rue de las Cases, à Paris 7e 
Les principaux contacts sont: pour les aspects scientifiques : Christelle Bakhache et Francis de Morogues
et, pour les aspects logistiques : Aksana Mandrillon.

Publié par

Atelier de formation sur les méta-analyses en écologie

Date
12 Janvier 2016 – 13 Janvier 2016
Lieu
Paris, France

Résultat de recherche d'images pour "bgf ecofor"

Cet  atelier  est animé par deux membres du  Conseil  scientifique et  un  coordinateur  de  projet du programme de recherche «Biodiversité, Gestion Forestière et Politiques Publiques » (BGF), piloté par le ministère  en  charge  du  développement  durable  et animé  par  le  GIP  ECOFOR,  avec  le  soutien  du ministère en charge de l’agriculture.

Cette formation s’adresse aux chercheurs (y compris doctorants et post – doctorants) du domaine de l’écologie souhaitant se former aux méta – analyses et s’initier aux  techniques  bayésiennes.  La capacité d’accueil étant limitée à une quarantaine de personnes , la priorité sera donnée aux équipes de recherche du programme BGF.

Plus d’informations : http://docs.gip-ecofor.org/public/annonce_Meta-analyse_2016.pdf

Inscriptions : http://inscription.gip-ecofor.org/bgf/

Publié par

PASSIFOR – Propositions d’Amélioration du Système de Suivi de la biodiversité FORestière

  • Coordinateur(s) : Guy Landmann et Frédéric Gosselin
  • Editeur : Ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt – GIP Ecofor
  • Date de publication : 11/2015

Objectifs du rapport PASSIFOR

Le travail entrepris dans le cadre du projet PASSIFOR (Tâche 1) vise à une identification, un état des lieux et une analyse des réseaux de suivi forestier et/ou de biodiversité en France. Nous avons ciblé des réseaux montrant une composante forestière majoritaire, à l’échelle nationale ou subnationale, avec une couverture taxonomique correspondant à la communauté ou la population, et possédant un protocole et un plan d’échantillonnage renseignés.

Un rapport en 3 volets

  • Volet 1 : État des lieux des réseaux de suivi de la biodiversité et inventaires forestiers existants en France
  • Volet 2 : Test méthodologique comparant les diversités des coléoptères saproxyliques par identification morphologique et métabarcoding
  • Volet 3 : Elaboration d’un projet de recherche appliquée et d’expertise sur des maquettes de suivi de la biodiversité forestière : PASSIFOR-2

Lire le rapport PASSIFOR

Rapport-Passifor

Publié par

Colloque « Filière forêt-bois et changement climatique : Investir pour l’avenir »

Date
5 Novembre 2015
Lieu
Paris, France

COP21-label

Le Colloque « Filière forêt-bois et changement climatique : Investir pour l’avenir » se tiendra au Palais d’Iena, Siège du Conseil économique, social et environnemental le 5 novembre prochain de 9h à 17h.

Organisation

Le GIP Ecofor est partenaire de ce colloque.

Placée sous le Haut Patronage de Monsieur François HOLLANDE, Président de la République et en présence de Monsieur Stéphane Le FOLL, ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt, cette manifestation sera dédiée, outre les partenaires habituels des deux interprofessions et de l’ASFFOR, à un public touchant à la fois la filière forêt-bois et les investisseurs. elle donnera toute leur place aux pouvoirs publics. Elle s’adressera aux parlementaires, notamment les groupes traitant de la forêt et du bois à l’Assemblée nationale et au Sénat, et aux représentants du Conseil économique, social et environnemental. Elle touchera aussi les médias pour lesquels une conférence de presse sera organisée en prélude au colloque.

Programme

Cette manifestation alternera exposés et tables rondes. Certains de ces grands témoins apporteront une dimension internationale aux débats.

Jean-Luc Peyron, directeur du GIP ecofor, interviendra sur le thème : La forêt et le bois, le changement climatique, les engagements de la France : les impacts du changement climatique sur la forêt, la nécessité de s’adapter, le rôle d’atténuation de la forêt et du bois : aujourd’hui un double défi.

L’ensemble du programme est disponible en ligne.

Publié par

Séminaire de restitution des projets financés par le réseau SEHS d’Ecofor

Date
22 Septembre 2015
Lieu
Paris, France

PRENEZ DATE !

Les projets ComExt Bois (Compétitivité internationale de la filière forêt-bois française) et EcoRisques (Optimisation et viabilité de la gestion forestière en présence de risques), financés dans le cadre du réseau Sciences Economiques, Humaines et Sociales d’Ecofor, restituent leurs résultats le mardi 22 septembre 2015 à Paris.
La journée organisée par le GIP Ecofor sera l’occasion de prendre connaissance, échanger sur les réflexions et résultats de ces deux projets, chacun sur une demi-journée.

Vous trouverez sur cette page les informations concernant les deux projets.

Le programme détaillé de la journée est en ligne.

Publié par

Session parallèle 2216 « Climate smart forestry- Integrating mitigation and adaptation into sustainable development » lors de la conférence internationale Our Common Future Under Climate Change

Date
8 Juillet 2015
Lieu
Paris, France

La conférence « Our Common Future Under Climate Change » se déroulera à Paris du 07 au 11 juillet 2015.

A cette occasion, le GIP Ecofor participera à la session parallèle suivante :

Climate smart forestry- Integrating mitigation and adaptation into sustainable development (2216)

Lead Convener: C. Orazio (EFI, EFIATLANTIC, cestas – France)

Forests provide multiple ecosystem functions simultaneously and are an integral component of human well-being in many societies. Climate change alters forestry substantially via a changing pattern of biotic and abiotic disturbances and a change in habitat characteristics. Forests also mitigate climate change by removing CO2 (a major Greenhouse Gas) from the atmosphere. Adaptation of forest management is challenging because accurate information is required on future climate at the stand scale, and we need to understand the resilience of tree species and the long-term impact of recommended management interactions. Global efforts of creating a knowledge-based bio-economy call for an ample availability of forest products and more efficient forest management. Finally, a climate-smart forestry encompassing an efficient and versatile utilization of wood along a cascade of products and services including climate regulation will be required.

Plus d’informations sur le site de la conférence.

Publié par

Lancement du projet GICC ADAMONT – « Réchauffement climatique dans le Vercors et les Préalpes : le futur reste à écrire »

Date
22 Juin 2015
Lieu
Villard-de-Lans, France

Le projet Impacts du changement climatique et Adaptation en territoire de Montagne (ADAMONT), financé dans le cadre du programme Gestion et Impacts du Changement Climatique, organise, en collaboration avec le Parc Naturel Régional du Vercors, une journée d’échanges. Organisée en deux temps, elle vise à faire connaitre le projet et les initiatives de recherche liées à ce dernier (notamment portant sur la moyenne montagne) mais elle s’adresse aussi au grand public, par un temps de débat qui aura lieu en soirée.

Ce séminaire se déroulera dans le PNR Vercors, Salle des fêtes La Coupole – place Mure Ravaud 38250 Villard-de-Lans, le 22 juin, de 14h à 22h.

Incriptions avant le 12 juin 2015

Programme

Publié par

5ème atelier REGEFOR – Les innovations dans les usages du bois interpellent la gestion forestière

Date
15 Juin 2015 – 17 Juin 2015
Lieu
Champenoux, France

REGEFOR 2015

 

L’atelier Regefor 2015 sur le thème : Les innovations dans les usages du bois interpellent la gestion forestière s’est déroulé du 15 au 17 juin 2015 au Centre Inra de Nancy-Lorraine, campus de Champenoux.

L’objectif de cet atelier a été de présenter des innovations dans les usages du bois et d’analyser l’adéquation entre les besoins industriels et les ressources forestières, en distinguant les questions de recherche et de développement qui portent sur la valorisation des ressources actuelles de celles qui se posent pour les ressources futures. Il a chercher à donner des clés d’analyse de l’évolution et des bilans économiques et environnementaux de la filière incluant l’amont de la gestion forestière. Enfin, il a essayé d’identifier les innovations actuelles ou potentielles dans la gestion et l’évaluation des ressources qui à leur tour impactent l’offre, au service de la demande aval. REGEFOR 2015 a comporté des sessions de présentations synthétiques, trois ateliers, des temps de discussion ainsi que la visite d’un site industriel.

L’atelier a été organisé par l’Inra, AgroParisTech, l’Université de Lorraine et le GIP Ecofor. Il a fait participer les étudiants du master FAGE spécialité Bois Forêt Développement Durable. Le contenu de l’Atelier donnera lieu à un numéro spécial en accès libre de la Revue Forestière Française et à d’autres actions de diffusion.

Les informations organisationnelles sont sur le site https://colloque.inra.fr/regefor2015

 

Communications :

 Vous trouverez ci-dessous en téléchargement les présentations disponibles des trois journées ainsi que le lien vers les interventions filmées. Toutes sont aussi disponbiles sur la chaîne Youtube du centre Inra de Nancy-Lorraine. 

 

Lundi 15 juin
Séance introductive
Introduction

Guy Landmann (ECOFOR)

 
 Session 1 : Les innovations dans le domaine du bois : usages, produits et procédés
Une introduction : la filière forêt-bois en France
Meriem Fournier et Yves Ehrhart (AgroParisTech)
 Résultat de recherche d'images pour "youtube"
Le bois dans la construction : réflexions sur les évolutions probables et conséquences pour
l’amont de la filière
Pascal Triboulot (Université de Lorraine)
 Résultat de recherche d'images pour "youtube"
Exemples d’innovations de rupture : les nouveaux produits issus du bois (chimie, composites,
etc)Laurent Bedel (Pôle Fibres-EnergiVie)
 Résultat de recherche d'images pour "youtube"
Bioéconomie et innovations dans la filière forêt-bois

Jean-Luc Peyron (Ecofor)

 Résultat de recherche d'images pour "youtube"
Session 2 : Exemples d’intégration de nouveaux usages dans des filières associant production
et transformation
Présentation d’une filière industrielle : le « modèle sylvo-industriel aquitain »

Jean-Michel Carnus (Inra) et Alain Bailly (FCBA)

 Résultat de recherche d'images pour "youtube"
Le Plan National Forêt-Bois : volet recherche

Jean-Michel Carnus (Inra)

 
Mardi 16 juin
Session 2 (suite) : Exemples d’intégration de nouveaux usages dans des filières associant
production et transformation
Analyse comparative de la filière chêne : enjeux liés à la première transformation et à l’approvisionnement en bois dans le Nord-Est de la France et le Sud-Ouest de l’Allemagne

Holger Wernsdörfer (AgroParisTech) et un groupe d’étudiants

 
Les bois tropicaux : contraintes du marché et plan d’actions

Patrick Martin (ATIBT)

 Résultat de recherche d'images pour "youtube"
Session 3 : Innovation dans la gestion forestière et la commercialisation
La valorisation des feuillus de qualité secondaire en Bourgogne

Jean Croisel (Conseil Régional de Bourgogne) et Robert Collet (ENSAM)

 Résultat de recherche d'images pour "youtube"
Développer l’offre de résineux en réponse aux besoins des industriels : questions posées
aux forestiers, propositions de R&DBruno Chopard (ONF) et Philippe Riou-Nivert (CNPF-IDF)
 Résultat de recherche d'images pour "youtube"
Innovation génétique dans le domaine du matériel végétal forestier

Catherine Bastien (Inra)

 Résultat de recherche d'images pour "youtube"
Innovation dans l’évaluation de la ressource : nouvelles techniques de caractérisation

Alexandre Piboule et Anne Jolly (ONF)

 Résultat de recherche d'images pour "youtube"
3 ateliers en parallèle
Atelier 1. De la diversité des ressources à la diversité des usages des bois

Animateur : Bernard Thibaut (CNRS)

Atelier 2. Comment la gestion forestière peut-elle soutenir l’approvisionnement et le
développement industriel ?Animatrice : Meriem Fournier (AgroParisTech)
 
Atelier 3. Modalités innovantes de gouvernance dans le domaine forêt-filière bois

Animateurs : Christophe Chauvin (Irstea) et Romain Rouaud (Université de Limoges)

 
 Mercredi 17 juin
Session 5 : Innovations dans la filière forêt-bois : aspects économiques et territoriaux
Analyse des cycles de vie et économie circulaire : exemple dans une logique de stockage
de carboneMathieu Fortin (AgroParisTech) et Anthony Dufour (CNRS)
 Résultat de recherche d'images pour "youtube"
Un territoire rural dont la stratégie économique est basée sur l’innovation dans la filière
forêt-boisStéphanie Rauscent-Lebeau (Pays d’Epinal, Coeur des Vosges)
 
Coordonner la filière bois en tenant compte des proximités : une étude de cas en Limousin

Romain Rouaud, Julien Dellier, Christophe Beaurain (Université de Limoges) et Christophe
Chauvin (Irstea)

Résultat de recherche d'images pour "youtube"
Marchés et produits du bois : quel est le potentiel de développement ?

Andreas Kleinschmit von Lengefeld (FCBA)