Publié par

BIOCITIES : des solutions biologiques pour les villes de demain

La place de l’arbre dans la ville et les relations que les villes entretiennent avec les forêts suscitent un intérêt grandissant comme levier pour la transition écologique. Comme le souligne la stratégie « Ville durable et bâtiments innovants » présentée en 2021 et comme rappelé dans les conclusions des Assises de la forêt et du bois en mars 2022, il s’agit de soutenir la massification de la construction et de la rénovation des bâtiments à l’aide du matériau bois. Par ailleurs, comme le souligne la Stratégie nationale « Biodiversité 2030 » dans son premier volet pré-COP15 rendu public en 2022, il s’agit également de verdir les villes et de laisser davantage de place à la nature dans les villes afin d’adapter les villes aux changements climatiques (réduction des îlots de chaleur, amélioration de la perméabilité des sols…). Comme le souligne enfin les Assises de la forêt et du bois, il s’agit de développer les interactions et les concertation citoyennes sur la forêt, en particulier autour des forêts péri-urbaines fortement fréquentées par les citadins.


Tous ces aspects constituent différentes facettes d’un concept que l’Institut forestier européen (EFI) a appelé la « biocité », et qui est également le nom du nouveau dispositif mis en place par EFI à Rome en octobre 2022. Un projet BIOCITIES lancé par EFI en septembre 2020 visait à circonscrire le nouveau concept de biocité en vue de la mise en place de son dispositif éponyme. Avec onze autres partenaires européens dont la Société italienne de sylviculture et d’écologie (SISEF) qui a coordonné ce projet, le GIP Ecofor a figuré dans le consortium retenu par EFI pour mener à bien ce projet.


Le principal résultat du projet BIOCITIES qui s’est achevé en 2022 a été la production d’un ouvrage intitulé le « Livre vert des biocités », qui comporte douze chapitres : 1) le cadre conceptuel de la biocité ; 2) les principes de gouvernance, de politiques publiques ou législatifs pour fonder les biocités ; 3) la nature comme pilier de la biocité ; 4) la planification, le développement et la gestion des forêts urbaines et des infrastuctures vertes ; 5) le rôle des biocités dans l’adaptation au changement climatique et son atténuation ; 6) la fonction des biocités pour améliorer la santé et le bien-être humain ; 7) l’activation de la bioéconomie grâce aux produits bois et forestiers ; 8) la construction à l’aide de matériaux durables ; 9) l’environnement social des biocités ; 10) interconnexion entre la biocité et la biorégion ; 11) conditions facilitant l’émergence de la biocité ; 12) conclusion : la voie à suivre.


Plusieurs des membres d’Ecofor ont contribué à l’écriture de ce livre, que ce soit pour traiter des insectes en ville (FCBA, chapitre 3), des forêts urbaines (AgroParisTech, chapitre 4), du bien-être lié à l’utilisation du matériau bois dans les intérieurs (FCBA, chapitre 8), ou des politiques publiques facilitant l’émergence de la biocité (GIP Ecofor, chapitre 11).
Le Livre vert des biocités sera publié prochainement par la maison d’édition scientifique Springer.

Retrouvez le nouveau dispositif BIOCITIES d’EFI >> ici <<

Publié par

CST FORÊT : présentation du nouveau chantier sur l’élaboration d’un nouveau cadre d’analyse de la classification des forêts tropicales

mercredi 19 avril réunion du CST. Pour rappel, le CST Forêt a été créé par l’AFD en 2019 pour construire collectivement des connaissances et des références méthodologiques pour les politiques publiques.

Cette journée a été l’occasion de faire le point sur les chantiers en cours, et d’en présenter deux nouveaux dont un portant sur l’élaboration d’un nouveau cadre d’analyse de la classification des forêts tropicales.

Présentation du nouveau chantier sur l’élaboration d’un nouveau cadre d’analyse de la classification des forêts tropicales

Ce chantier ambitionne de mieux prendre en compte pour leur aménagement la diversité des forêts tropicales. Il s’inscrit dans le contexte du déploiement du nouveau règlement européen sur la déforestation, qui a suscité des débats et des questionnements sur la définition de la forêt, et a pu constituer un point de tension entre l’Union Européenne et les pays producteurs.

Coordonné par le Cirad en partenariat avec le CIFOR, l’IRD, le CNRS et Ecofor, ce chantier s’organisera autour de quatre activités :

  1. Proposer un système de classification des forêts tropicales à partir de la diversité des contextes écologiques (cas d’étude au Brésil et au Cameroun).
  2. Documenter les perceptions des populations rurales de leur écosystèmes forestiers.
  3. Susciter l’intérêt des administrations et des acteurs d’Afrique centrale à l’ajustement de la classification de leurs forêts et à la caractérisation de leurs niveaux de dégradation.
  4. Mobiliser un réseau d’acteurs sur la classification des forêts tropicales et sur les implications de ces classifications sur leurs stratégies d’actions.

Ce groupe de travail aura donc pour objectif de définir une définition harmonisée qui prenne en compte des aspects écologiques, mais aussi sociaux, et qui obtienne l’approbation des pays producteurs.

Un tableau partagé sera prochainement transmis aux membres du CST-F, et un site internet ainsi qu’une page Wikipédia seront également mises à disposition.

Retrouvez ci-dessous la convention de collaboration de recherche :

convention_CST-F_classification-forets

Publié par

M2 internship position at CEFE Montpellier, France

M2 internship position at CEFE (Centre d’Ecologie Fonctionnelle et Evolutive) Montpellier, France
Predicting the role of species mixture in forest on drought risks using a new hybrid model


Tree species diversity has been promoted as an important nature-based solution to improve the resilience of forests and tree plantations (Messier et al., 2022). Yet, there is no clear consensus regarding the effects of tree diversity on forest resistance and reilience to drought (Grossiord et al., 2014; Grossiord, 2020). Indeed, recent reviews showed that diversity can have positive (de-Dios-García et al., 2015; Lebourgeois et al., 2013; Ruiz-Benito et al., 2017), neutral (Grossiord et al., 2014; Merlin et al., 2015) or even negative impacts (Grossiord et al., 2014; Vitali et al., 2018). Overall, this suggest that peculiar, tree to tree interactions, which depend on the local forest structure (size and departure between trees) and on the functional identity are crucial to determine the actual drought stress experienced by trees. Such interactions can be positive or negative and related to the complementarity in water use species-specific behaviours (Moreno et al 2023) but also to microclimatic effects related to forest structure (Decarsin et al in prep).

In this internship, we propose the fellow to improve our understanding of inter-specific interactions in mixed forest by using and further developing the newly developed process-based model PHOREAU (Postic et al in prep). PHOREAU assembled a species distribution model (PHenofit), a forest gap model (fORceeps) and a trait-enabled-plant hydraulic model (SurEAU) therefore allowing to explore how tree to tree interactions affect water stress. The model is available on the Capsis platform, coded in Java, and has been designed to represent plant physiological response of many tree species in
interaction.

The selected candidate will work on the model to (1) improve the micro-climatic module of the model and (2) test the model on different European forest experimental sites where measurements of water stress were performed during the extreme drought that occurred during the summer 2022. The candidate will be based in Montpellier at CEFE and will work in close collaboration with the model developers (Tanguy Postic, Xavier Morin – CEFE – and Nicolas Martin – INRAE URFM Avignon), François De Coligny (INRAe AMAP,Montpellier) the programming engineer who developed the Capsis platform, and with researchers who collected the experimental water stress data (Renaud Decarsin – URFM INRAE Avignon, Joannes Guillemot – Eco&Sol Cirad Montpellier, and Nicolas Martin).


Skills:
➢ Good programming skills (especially in R, knowledge in Java is desirable but
not compulsory)
➢ Background in forest ecology, ecophysiology
➢ Good collaborative skills

Applications should be sent to xavier.morin@cefe.cnrs.fr and
nicolas.martin@inrae.fr

Publié par

A Novel Framework and a New Score for the Comparative Analysis of Forest Models Accounting for the Impact of Climate Change

A broad consensus has been reached on the need to adapt the management of our forests to the context of the rapidly changing climate, which resulted in the development of numerous models capable of simulating the impact of the climate change on the forest. The primary goal of this specific endeavor is to propose a novel framework of comparative analysis which could lead to the unique and universal description and mapping of these models. This framework is based on the reduction of the model output to the relatively simplistic information about the presence of the tree species suitable for the forest management i.e.,—a binary classifier, making it comparable with the largely available tree presence observations. The framework we propose comes along with a new score, based on the joint use of the Principal Component Analysis and the Co-inertia Analysis, which evaluates the model vis-á-vis the corresponding observations with the focus on its phase space dynamics, i.e., its dependence on external environmental variables, rather than its spatial precision. The pertinence of the proposed multi-scale approach, suitable for the multi-scale analysis, is demonstrated by conjointly using prototype binary classifiers, designed for this purpose, and two different examples of binary classifiers used in the forest management—climate-dependent tree species distribution models. This work has the ambition to serve as the basis for a potential combination of different models at different spatial scales in order to improve the decision-making process in the forest management.

Besic, N., Picard, N., Sainte-Marie, J. et al. A Novel Framework and a New Score for the Comparative Analysis of Forest Models Accounting for the Impact of Climate Change. JABES (2023). The article is available here : https://doi.org/10.1007/s13253-023-00557-y

Publié par

Mobilité interne MASA – Directeur.rice adjoint.e du GIP Ecofor (clôturé)

Le poste de directeur.rice adjoint.e du GIP Ecofor a été ouvert en mobilité interne au ministère de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire (MASA). Le poste est ouvert aux fonctionnaires titulaires. La date limite de candidature est le 13 août.

Vous pouvez trouver ci-dessous la fiche de poste. Cette dernière a été publiée dans la note de mobilité SG/SRH/SDCAR/2023-457 du 13 juillet 2023 (https://info.agriculture.gouv.fr/gedei/site/bo-agri/instruction-2023-457).

fiche-poste-directeur-adjoint

Publié par

Offre d’emploi – Chargé.e de mission « Plan national d’actions Vieux bois & Forêts subnaturelles » (clôturé)

Le GIP Ecofor recrute un.e Chargé.e de mission pour une prise de poste au 1er septembre.

Les dossiers de candidature comprennent :

  • une lettre de motivation,
  • un curriculum vitae,
  • toute autre information utile.

Les candidatures sont à adresser par courrier électronique aux contacts ci-dessous pour le 27 juillet 2023 au plus tard :

Offre_emploi_biodiv_charge_PNA_forets-1

Publié par

Offre d’emploi – Chargé.e de communication et d’événementiel (clôturé)

Le GIP Ecofor recrute un.e Chargé.e de communication et d’événementiel, pour une prise de poste au 1er août.

Les dossiers de candidature comprennent :

  • une lettre de motivation,
  • un curriculum vitae,
  • toute autre information utile.

Les candidatures sont à adresser par courrier électronique aux contacts ci-dessous pour le 10 juillet 2023 au plus tard :

Charge.e-de-communication_Ecofor

Publié par

8-10 novembre 2023 – Colloque « TRIDIFOR 2023 – Méthodes innovantes d’analyse de données 3D en forêt »

Le GIP Ecofor, l’IGN, INRAE, le Ministère des Ressources naturelles et des Forêts du Québec (Direction des inventaires forestiers), l’ONF, Ressources naturelles Canada et l’Université de Sherbrooke organisent le colloque « TRIDIFOR 2023 – Méthodes innovantes d’analyse de données 3D en forêt », de manière simultanée au Québec et en France, en visioconférence du 8 au 10 novembre.

Le colloque TRIDIFOR 2023 s’inscrit dans la continuité des ateliers T-LiDAR organisés de 2010 à 2018 et du colloque TRIDIFOR 2022, organisé en septembre dernier. Il s’adresse à l’ensemble de la communauté scientifique francophone utilisant des données 3D de scènes forestières. Il a pour objectif de créer un espace d’échanges multidisciplinaires sur l’état de l’art, les perspectives et les enjeux attachés aux traitements de ces données dans un contexte forestier.

Nous lançons ainsi un appel à présentations pour le colloque « TRIDIFOR 2023 » qui aura lieu durant trois demi-journées, du 8 au 10 novembre 2023.
Deux types de présentations sont possibles :

  • des présentations classiques, de l’ordre de 15 minutes suivi de discussion visant à communiquer sur des travaux de recherche ;
  • des présentations courtes visant à obtenir des retours d’expérience des participants, à ouvrir une discussion sur un sujet, à présenter des nouvelles recherches sur lesquelles il n’est pas encore possible de faire de longues présentations…

Les chercheur·euse·s et doctorant·e·s sont invités à proposer tout sujet concernant l’utilisation de données 3D dans le domaine forestier quelle qu’en soit la source (LiDAR terrestre fixe ou mobile, aéroporté, satellitaire, ou photogrammétrie, etc.).
Une session sera dédiée au LiDAR mobile, durant laquelle les présentations seront suivies d’un atelier d’échanges. Les propositions de présentations portant sur le LiDAR mobile, ses applications opérationnelles, sur des retours d’expérience concernant son utilisation, etc., sont fortement encouragées.

Pour soumettre vos propositions de présentations, merci de remplir ce formulaire avant le
02 octobre 2023 : https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSfx0tn4EUkiFFtM4il-uC0Hw9ZklTO9S-GVdXo9kOOLjhYymg/viewform?usp=sf_link

Appel à communications :

Appel-a-communications-TRIDIFOR-2023_vf-1

Publié par

ONB, producteur d’un bouquet d’indicateurs sur les enjeux relatifs à la biodiversité

L’Observatoire national de la biodiversité (ONB), créé en 2011 par le ministère chargé de l’écologie, est un dispositif multi-partenarial de suivi de la biodiversité piloté par l’Office français de la biodiversité (OFB).

S’inscrivant dans la stratégie nationale de la biodiversité (SNB), l’ONB vise à collecter et mettre à dispositions d’un large public des connaissances sur l’état et l’évolution de la biodiversité en France, les pressions qu’elle subit mais aussi les actions prises pour sa protection. Ces informations sont notamment synthétisées sous la forme d’indicateurs, issus d’une démarche scientifique conduite en lien avec les producteurs et utilisateurs des données de biodiversité. Les informations portées à connaissance du public sont d’abord validées par un comité éditorial composé de membres du monde de la recherche, des sphères étatique, associative et professionnelle. Les indicateurs sont scientifiquement et indépendamment évalués avant d’être publiés et mis à jour régulièrement sur le portail NatureFrance.

Les informations produites puis diffusées par l’ONB sont élaborées au sein de groupes de travail thématiques, chacun animé par un pilote dont l’expertise pour le sujet est reconnue, et travaillant en lien avec une instance plus large et représentative des parties prenantes appelée « Réunion thématique ». Depuis 2012, le GIP Ecofor est le coordinateur de la thématique « Biodiversité et Forêt ». Il s’appuie sur un groupe d’experts issus de la recherche (INRAE, AGROPARISTECH), du suivi des forêts (IGN) et de la gestion forestière (CNPF, ONF). Ce groupe de travail a pour mission d’élaborer un « bouquet d’indicateurs » afin de mieux appréhender les enjeux liés à la biodiversité forestière à l’échelle nationale. Les interrogations qui y sont relatives et les besoins de connaissances ont préalablement été établis lors du projet QUESTIND (2013) coordonné par Ecofor et Irstea (devenu depuis INRAe).

En 2021, le mandat de « pilote » du GIP Ecofor a été renouvelé pour quatre années supplémentaires. La même année, une cinquantaine de membres issus d’horizons variés ont donné leur accord pour refonder la « Réunion Thématique Biodiversité et Forêt ». Elle s’est réunie le 8 mars 2022 pour la 14e fois depuis sa création, afin de fixer les objectifs de l’année à venir. Parmi eux, la rédaction d’une synthèse autour des enjeux de biodiversité en forêt, destinée à un public éclairé.

À ce jour, les travaux effectués ont abouti à la mise au point, publication et diffusion d’une douzaine d’indicateurs, régulièrement mis à jour, consolidés ou approfondis. Le dernier en date à être publié résume l’évolution dans le temps de l’abondance des arbres indigènes communs en France métropolitaine.

Tous les indicateurs produits sur la thématique « Forêt & Biodiversité » dans le cadre des travaux coordonnés par le GIP Ecofor sont disponibles sur le site NatureFrance, après activation du filtre « milieux forestiers ».

Contacts : Julie Dorioz – julie.dorioz@gip-ecofor.org, Viviane Appora – viviane.appora@gip-ecofor.org

Publié par

SOERE F-ORE-T : Contexte

L’étude du fonctionnement des écosystèmes forestiers a fait l’objet d’une demande forte dans les années 1980, alors qu’un dépérissement forestier important semblait menacer la forêt française et européenne. La demande la plus forte portait sur les cycles biogéochimiques à l’échelle du peuplement et du bassin versant, les dépôts atmosphériques étant supposés jouer un rôle important dans les dépérissements affectant plus particulièrement les conifères en montagne et dans l’acidification des cours observés dans les Vosges et les Ardennes.

Sur le plan politique, ce constat s’est traduit par deux résolutions prises lors de la première conférence ministérielle pour la protection des forêts en Europe, à Strasbourg en 1990. La première résolution (S1) portait sur la création d’un double réseau (systématique et intensif) de placettes de suivi des écosystèmes forestiers, la seconde (S6) concernait la création d’un réseau européen de recherche sur les écosystèmes forestiers et la mise en place de coordinations nationales sur le sujet.

Conformément à l’engagement pris à Strasbourg, la France a mis en place en 1992 le réseau RENECOFOR, constitué d’une centaine de placettes permanentes, réparties dans les principaux types de forêts françaises et destinées à cerner l’évolution d’écosystèmes «représentatifs» à travers un certain nombre de variables d’état et de quelques variables dynamiques (principalement flux d’éléments minéraux).

Au cours des années 1990, les préoccupations liées au changement climatique et à l’accroissement du carbone atmosphérique ont pris une place croissante et ont relégué en arrière-plan les préoccupations liées aux « pluies acides ». La recherche européenne s’est alors structurée pour évaluer la contribution potentielle de la forêt – et plus récemment des autres écosystèmes terrestres – au stockage de carbone, alors que la recherche sur l’impact de ces modifications de l’environnement sur le fonctionnement de la forêt l’est encore moins.

De façon plus générale, la volonté de conduire une gestion durable de la forêt met l’accent sur une meilleure connaissance des contraintes qui pèsent sur le fonctionnement des écosystèmes forestiers et sur la définition de règles de gestion qui maintiennent ce fonctionnement ou le restaurent.

Les études qui se sont développées au cours des années 1990 ont largement fait appel à des observations in situ, qui visaient à analyser le fonctionnement de l’écosystème et à en caractériser les différentes composantes et processus. La lourdeur de l’instrumentation et les coûts élevés expliquent que ces observations n’étaient conduites que sur quelques dizaines de sites dans toute l’Europe. Le double caractère d’instrumentation et de rassemblement pluridisciplinaire nous a fait qualifier ces lieux d’observation de sites-ateliers.

Le GIP Ecofor, créé en mars 1993, a parmi ses missions centrales le développement de recherches fondamentales et appliquées sur le fonctionnement et la dynamique des écosystèmes forestiers, ainsi que sur leur évolution sous l’influence des facteurs naturels et anthropiques. Le développement de sites-ateliers, qui favorisent les coopérations et les complémentarités entre les équipes fait partie des préoccupations centrales d’ECOFOR dès ses débuts. La thématique des sites-ateliers est soutenue depuis le milieu des années 1990 par le GIP ECOFOR.

Le SOERE était constitué de 15 sites-ateliers et des réseau RENECOFOR et GUYAFOR. Beaucoup de ces dispositifs préexistaient à la création de l’ORE puis du SOERE ; chaque dispositif a donc une histoire et une dynamique propre. En outre, ces dispositifs s’inséraient dans des contextes variables ; si certains dispositifs sont nés avant tout de la volonté d’un groupe de chercheurs visant à répondre à des hypothèses scientifiques spécifiques, d’autres se sont inscrits d’emblée dans des réseaux internationaux de recherche (exemple des tours de mesure de flux de carbone du réseau EUROFLUX), et d’autres enfin se sont développés dans le contexte contraint du suivi (« monitoring ») des écosystèmes forestiers en Europe ; c’est le cas de RENECOFOR qui répond à un cadre réglementaire.

En savoir plus sur le SOERE F-ORE-T : http://www.gip-ecofor.org/122/

Publié par

SOERE F-ORE-T : Objectifs

Objectifs

L’observatoire F-ORE-T (Fonctionnement des écosystèmes forestiers) avait pour objectif général :

  • de comprendre le fonctionnement de ces écosystèmes en analysant, notamment, les stocks et flux de carbone, d’eau et d’éléments minéraux ;
  • d’évaluer leur réponse à des modifications, qu’elles soient lentes ou rapides, naturelles ou anthropiques (climat, sylviculture, changement d’usage des terres).

Renforcer une démarche scientifique commune: couplages entre cycles, spatialisation, modélisation

Les enjeux liés aux changements globaux (climat, changements d’usage de terres) ont remis en lumière l’importance des écosystèmes forestiers dans la régulation des flux d’eau, de carbone, et d’éléments minéraux dans la biosphère. En parallèle, la réponse politique (Convention cadre sur le changement climatique, Grenelle de l’environnement, projet de directive européenne sur les énergies renouvelables,…) à ces défis planétaires a donné une place importante aux fonctions environnementales des forêts (stockage de carbone, bois énergie, épuration des eaux, etc…).

En France, ces enjeux étaient considérables dans la mesure où les espaces boisés couvraient 16,1 millions d’hectares soit 29,4 % du territoire, auxquels il fallait ajouter plus de 8 millions d’hectares Outre-mer, dont la forêt tropicale humide guyanaise représentait l’élément principal.
Les écosystèmes forestiers sont des systèmes complexes. Ils peuvent être caractérisés par leurs stocks et flux de carbone, d’eau et d’éléments de minéraux, mais aussi par la composition et par la dynamique des organismes qui y vivent : arbres, champignons, microfaune et macrofaune du sol, qui interagissent avec deux matrices qui sont l’atmosphère et le sol.
Ces écosystèmes sont gérés avec des intensités très variables. Ils sont complexes verticalement (de l’atmosphère jusqu’à la roche-mère), spatialement (relief, variations des propriétés du sol, etc.) et temporellement (croissance, mortalité, régénération, recrutement, etc.).

Notre ambition était de développer un réseau cohérent et évolutif de sites de mesures et d’observation, ce qui supposait de les maintenir pendant au moins 5 ans pour comprendre les processus de base et au minimum pendant 20 ans et plus pour analyser des dérives et prendre en compte les aléas. Les questions de recherches traitées par le réseau étaient les suivantes :

  1. Quels sont les déterminants principaux des variations temporelles et spatiales du fonctionnement des écosystèmes forestiers (facteurs directs ou en interaction)? ;
  2. Quelle est la réponse (sensibilité, vulnérabilité, résilience) de ces écosystèmes aux principales variables de forçage (climatiques, anthropiques) ? ;
  3. Quelle est la contribution des écosystèmes étudiés au fonctionnement global de la biosphère (régulation des flux biogéochimiques, services écosystémiques)?

Améliorer la cohérence du dispositif expérimental par un complément raisonné d’équipements et de mesures

Progresser dans la qualité, la traçabilité et l’accès aux données grâce à un Système d’Information performant

En savoir plus sur le SOERE F-ORE-T : http://www.gip-ecofor.org/122/

Publié par

SOERE F-ORE-T : Le dispositif d’observation et les mesures

Le dispositif d’observation du fonctionnement des écosystèmes forestiers fédéré par le GIP ECOFOR comprenait deux niveaux : un niveau intensif de sites-ateliers lourdement instrumentés destinés à la description, la quantification et la modélisation du fonctionnement des écosystèmes forestiers et un niveau extensif de placettes de suivi à long terme de l’évolution de ce fonctionnement dans les principaux types de peuplements forestiers de France métropolitaine (RENECOFOR, Réseau national de suivi à long terme des écosystèmes forestiers).

Les sites-ateliers

Ils étaient au nombre de dix en France métropolitaine et de cinq en zone intertropicale humide. Ils couvraient, pour les premiers, des conditions pédoclimatiques variées et des types de peuplement représentatifs de la forêt française (les feuillus sociaux de plaine, les forêts fortement artificialisées et les formations méditerranéennes).

Les cinq sites tropicaux et le réseau GUYAFOR étaient destinés à offrir des cas d’étude dans des conditions climatiques différentes, celles des tropiques humides, pour deux types de peuplement contrastés : la forêt tropicale humide naturelle en Guyane et en Thaïlande, les plantations industrielles d’Eucalyptus au Congo et au Brésil et un écosystème agroforestier à base de café.

Ils avaient également vocation à s’insérer dans des réseaux régionaux (au sens continental) et à élargir ainsi les possibilités de coopération internationale de l’observatoire français.

Le Réseau Guyafor en Guyane géré par le Cirad, l’ONF et le CNRS, comprenait une quinzaine de placettes réparties sur la bande côtière ; il a permis d’étudier la dynamique à long terme des forêts naturelles et exploitées en se concentrant sur la biodiversité, la biomasse, le cycle du carbone, la régénération, la croissance, la mortalité et les conséquences des changements climatiques. Les sites-ateliers tropicaux étaient : Paracou en Guyane ; Coffee-Flux au Costa Rica ; Itatinga au Brésil ; Pointe-Noire au Congo ; Rubberflux en ThaïlandeLes sites du Congo et du Brésil ont permis de s’intéresser aux plantations tropicales à croissance rapide sur sols pauvres tandis que les sites de Thaïlande et du Costa-Rica offraient la possibilité de travailler sur certains processus du bilan de carbone (production de Latex pour l’hévéa, ou production de fruits en système agroforestier) difficiles à aborder dans des systèmes forestiers classiques.

RENECOFOR

Le réseau RENECOFOR se composait de 102 placettes permanentes, de 2 hectares environ, dont la partie centrale d’un demi hectare est clôturée.
On y effectuait, avec des périodicités différentes, diverses observations et mesures portant sur (i) des variables météorologiques, dendrométriques et dendrochronologiques et (ii) des caractères relatifs à la masse foliaire, à l’état sanitaire des peuplements et aux caractéristiques physico-chimiques du sol. Les dépôts atmosphériques étaient observés sur un sous réseau de 27 parcelles (sous réseau CATAENAT) et les solutions du sol analysées sur 17 d’entre elles.

Mesures

Les principales grandeurs mesurées peuvent être rassemblées en plusieurs catégories : les variables d’environnement, les variables d’état du système (à divers pas de temps) et les variables de flux (de matière, d’énergie et d’éléments minéraux).

Variables d’environnement : météorologie, atmosphère, apports atmosphériques

Variables d’état du système : micro-météorologie, indice foliaire, teneur des feuilles en éléments chimiques majeurs, litière, composition faunistique et floristique, biomasse et minéralomasse de la végétation, stock de carbone, réserves minérales du sol

Variables de flux : éléments chimiques et organiques dans le sol et dans l’eau, flux de carbone, d’eau et de chaleur à l’interface couvert-atmosphère

En savoir plus sur le SOERE F-ORE-T : http://www.gip-ecofor.org/122/

Publié par

Tribune – Contre la déforestation, aidons les petits producteurs à changer de pratiques

L’Union Européenne a voté en ce début d’année la fin des importations de produits issus de la déforestation, dans le but d’endiguer la déforestation mondiale liée à la consommation européenne.

Plinio Sist, directeur de l’unité forêts et sociétés au Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad) a publié une tribune sur ce sujet dans le média Reporterre. Dans cette tribune intitulée « Contre la déforestation, aidons les petits producteurs à changer de pratiques », il déplore l’absence de dispositifs pour aider ces producteurs.

Publié par

Un nouveau projet pour identifier les priorités futures en matière de recherche et d’innovation dans le secteur forestier

Un nouveau projet d’Horizon Europe intitulé « Écosystème européen de recherche et d’innovation forestières » (EUFORE) vise à fournir des informations sur les priorités futures du secteur forestier en matière de recherche et d’innovation.

Les forêts jouent un rôle central dans la réalisation des plans ambitieux de l’UE en faveur d’une bioéconomie circulaire durable, mais elles sont soumises à une pression croissante en raison des processus environnementaux (incendies, sécheresses, parasites et maladies, par exemple) et de l’intensification des activités humaines. Pour relever les défis auxquels les forêts sont confrontées et libérer leur potentiel, des solutions innovantes, fondées sur l’amélioration des connaissances, doivent être mises en œuvre. Le projet EUFORE, d’une durée de quatre ans, évaluera et définira les besoins en matière de recherche et d’innovation, et fournira une plateforme pour renforcer la coopération, la coordination et le financement conjoint de la recherche et de l’innovation dans le secteur forestier.

Le projet vise à développer une plateforme de coopération durable, transnationale et inclusive permettant d’impliquer un large éventail de parties prenantes. Avec ces parties prenantes, le projet évaluera, définira et co-construira un agenda stratégique de recherche et d’innovation pour la forêt et le secteur forestier, ainsi que la feuille de route, les mesures de mise en œuvre et les engagements des parties prenantes qui l’accompagnent. Ces résultats permettront de préparer un éventuel partenariat européen de recherche et d’innovation sur les forêts dans le cadre du programme Horizon Europe.

Le consortium du projet est composé de 15 organisations partenaires de 10 pays et est coordonné par l’Institut forestier européen (EFI). Le projet a démarré ses activités lors d’un atelier de lancement à Bruxelles les 24 et 25 novembre 2022.

Plus d’informations : http://www.gip-ecofor.org/eufore-ecosysteme-europeen-de-recherche-et-dinnovation-forestieres/

Publié par

19-21 juin 2023 – 8e atelier REGEFOR « Complexifier la structure et la composition des forêts pour les adapter au changement du climat et de nos sociétés ? »

Le 8e atelier REGEFOR (REcherche et GEstion FORestière) aura lieu du 19 au 21 juin 2023 à Nancy.

Il se tiendra sur le campus de Champenoux du Centre INRAE Grand Est Nancy en format hybride. Il est organisé en partenariat avec AgroParisTech, Université de Lorraine, le GIP ECOFOR, l’ONF, avec l’appui du Labex Arbre et de NFZ.Forestnet. Le thème de ReGeFor2023 est : « Complexifier la structure et la composition des forêts pour les adapter au changement du climat et de nos sociétés ? Bases scientifiques et retours d’expérience ».

Myriam Legay, directrice du campus AgroParisTech de Nancy vous présente, dans cette courte vidéo, les objectifs de cet atelier et le programme prévu pour ces journées.

Programme

Le programme est disponible sur le site dédié à ReGeFor2023 : https://regefor2023.journees.inrae.fr/programme

Vous pouvez également dès à présent vous inscrire : https://regefor2023.journees.inrae.fr/inscription-aux-journees-regefor2023

Publié par

21-22 mars 2023 – Colloque « SANTECOFOR – Santé des écosystèmes forestiers : Enjeux de société »

Le colloque scientifique « SANTECOFORSanté des écosystèmes forestiers : Enjeux de société », organisé par le GIP Ecofor et le MNHN, a eu lieu en présentiel du 21 au 22 mars 2023 au Muséum national d’Histoire naturelle, Jardin des plantes, Paris 5ème.

Le programme et les présentations sont disponibles en bas de cette page.

Les actes du colloque sont à la fin de cette page.

Description

Le colloque « Santé des écosystèmes forestiers : Enjeux de société » s’est inscrit dans le thème « les forêts et la santé » de la Journée Internationale des Forêts 2023. 

D’une part, le colloque a eu pour objectif de faire un état des connaissances, mais aussi des controverses, sur la « santé » au sens large des écosystèmes forestiers, qu’il s’agisse des forêts – passées, présentes ou futures – en France ou dans toute autre situation à l’international, d’identifier l’impact de facteurs déstabilisants, tels que le déboisement et autres usages intensifs de ces espaces et de ces ressources, l’accélération du changement climatique, la prolifération des insectes ravageurs, etc.

D’autre part, face aux conséquences de ces bouleversements dans un contexte de changements environnementaux globaux, le colloque a donné l’opportunité de s’interroger sur les solutions envisagées (reboisement, restauration, conservation, naturalité, nouveaux usages, nouvelles façons d’envisager les relations à ses écosystèmes), ainsi que sur les enjeux sociétaux et économiques liés à des modes de gestion alternative des forêts. 

The scientific symposium « Forest Ecosystem Health: Societal Issues » , organised by the French Network “Ecofor – Forest Ecosystems” and the Muséum national d’Histoire naturelle, will take place from 21 to 22 March 2023 at the Verniquet amphitheatre – MNHN – Botanical Garden, Paris.

Programme

Le colloque se déroulera en quatre sessions :

  • 21 mars matin – Session 1 : Santé des socio-écosystèmes forestiers : état des lieux
  • 21 mars après-midi – Session 2 : Habiter et protéger la forêt
  • 22 mars matin – Session 3 : Vulnérabilité et dépérissement
  • 22 mars après-midi – Session 4 : Santé globale des forêts et des habitats : en prendre la mesure

Le programme est disponible en cliquant ici.

Présentations

Session 1 – Santé des écosystèmes forestiers : état des lieux

Session 2 – Habiter et protéger la forêt

Session 3 – Vulnérabilité et dépérissement

Session 4 – Santé globale des forêts et des habitats : en prendre la mesure

ACTES DU COLLOQUE SANTECOFOR

actes-colloque-v1

Publié par

22 novembre 2022 – Séminaire de restitution de l’expertise collective « Expertise CRREF – Coupes Rases et REnouvellement des peuplements Forestiers en contexte de changement climatique »

Le GIP Ecofor et le RMT Aforce ont organisé le séminaire de restitution de l’expertise collective CRREF, le mardi 22 novembre 2022 de 9h à 17h, à la salle Gambetta du ministère de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire. L’évènement était également accessible en visioconférence.

Depuis mars 2021, le GIP Ecofor et le RMT Aforce ont piloté une expertise collective visant à dresser un état des connaissances sur les coupes rases et le renouvellement des peuplements, et une analyse des modes de renouvellement en contexte de changement climatique.

Soutenu par le MASA, le MTECT, l’ADEME et l’OFB, l’expertise a mobilisé 70 experts issus des organismes suivants : INRAE, ONF, AgroParisTech, DSF-MASA, GIP Ecofor, IGN, CNES, OFB, CNPF-IDF, FCBA, IEFC, Bordeaux Sciences Agro, université de Bourgogne Franche-Comté, université de Rouen Normandie, université catholique de Louvain.

L’expertise, organisée en thématiques, a couvert tant les domaines des sciences de l’environnement que ceux des sciences humaines, économiques et sociales.

Le matin, le séminaire était consacré à la présentation des principaux résultats de l’expertise, complétée l’après-midi par deux temps d’échange.

Vous pouvez désormais retrouver l’enregistrement du séminaire de restitution ici : https://www.youtube.com/watch?v=z2g2QGeQya0

Les présentations de la matinée sont accessibles ici :

Vous pouvez également retrouver le livret de présentation du séminaire et le résumé des résultats de l’expertise collective.

Enfin, le compte-rendu du séminaire est disponible ici :

CRREF_seminaire-du-221122_CR-Ubiqus_VDEF

Publié par

17 novembre 2022 – Restitution du projet « PASSIFOR-2 – Propositions d’Amélioration du Système de Suivi de la biodiversité FORestière »

Les supports des présentations et le compte-rendu du séminaire sont disponibles à la suite du programme.

Programme_Web_final_PASSIFOR2-1

Session 1 : Restitution des tâches du projet PASSIFOR-2

Introduction ; Démarche générale et principes de l’élaboration des « maquettes de suivi » (tâche A), Julie Dorioz, Frédéric Gosselin, Guy Landmann

Gouvernance des systèmes de suivi (tâche B), Julie Dorioz

Quel taxons suivre ? (tâche C), Christophe Bouget

Variables dendrométriques et écologiques ; Variables des gestion (tâche D), Marion Gosselin

Mesures, Echantillonnage, Analyses Statistiques (Tâche E), Frédéric Gosselin

Session 2 : Propositions pour le suivi de l’état & l’évolution de pans de la biodiversité en forêt

Introduction, Frédéric Gosselin

Plan d’échantillonnage cœur multi-taxons, Frédéric Gosselin

Sous-maquette Oiseaux, Aristide Chauveau

Sous-maquette Bryophytes, Aristide Chauveau

Sous-maquette Ecosystème, Lise Maciejewski

Compléments au niveau « maquette », Frédéric Gosselin

Conclusion, Frédéric Gosselin

Compte-rendu du séminaire :

3-PASSIFOR-2_CR_S3-VF

Publié par

Projet S’EnTET – S’Engager dans la Transition Ecologique dans les Territoires : innover pour un véritable contrat forêt-filière-société

Le projet S’EnTET vise à étudier les processus de Transitions écologiques, économiques et sociales (TEES) autour des forêts et des acteurs de la filière forêt-bois.

Il est financé pendant 2 ans par l’ADEME (Appel TEES 2019), il est coordonné par Marieke Blondet et réunit des chercheurs et enseignants-chercheurs de SILVA (Eric Lacombe, Jonathan Lenglet), du LADYSS (CNRS, Uni. Paris 1 Panthéon-Sorbonne), de l’ERPI, (Université de Lorraine), de l’UMR Territoires (AgroParisTech INRAE Clermont Ferrand), mais aussi le FCBA, le GIP Ecofor, la FNCOFOR, FNE et trois territoires d’études : PETR d’Épinal Remiremont, le futur Parc national de forêts en Champagne Bourgogne et le PNR Haut-Languedoc. 

Son objectif est 1) d’interroger l’effet territoire sur les modes de coordination des acteurs et les dynamiques de transition en cours et 2) d’analyser les motivations et motifs d’engagement des acteurs dans ces processus. A travers ces objectifs, les partenaires du projet S’EnTET souhaitent accompagner les acteurs des trois territoires étudiés dans leurs processus de TEES en co-construisant avec eux les projets à faire émerger.

Dans ce projet de recherche, le GIP Ecofor apporte son expérience du projet MACCLIF (Prise en compte des Mesures d’Adaptation au Changement CLImatique par les gestionnaires Forestiers) pour réaliser l’enquête quantitative auprès des communes forestières. Les questionnaires quantitatifs sont des outils utiles pour faire émerger les grandes tendances de comportements ou de manières de voir d’une population large et élaborer des typologies de personnes selon leur distribution autour de ces grandes tendances. Le GIP Ecofor est également impliqué dans la valorisation des résultats des enquêtes quantitatives et qualitatives. La plaquette sera à destination des trois terrains d’étude.

Site internet du projet S’EnTET : https://www6.nancy.inrae.fr/silva/Equipes-de-recherche/ForeSTree/Projets-Recherche/Projet-S-EnTET

Le rapport du projet S’EnTET est accessible en ligne sur le site de l’ADEME.

Publié par

Colloque « TRIDIFOR – Méthodes innovantes d’analyse de données 3D en forêt »

INRAE, l’ONF, l’Université de Sherbrooke, Ressources Naturelles Canada et le GIP Ecofor ont organisé le colloque « TRIDIFOR – Méthodes innovantes d’analyse de données 3D en forêt », de manière simultanée au Québec et en France, en visioconférence du 20 au 22 septembre.

Il s’est inscrit dans la continuité des ateliers LiDAR-t pour la communauté francophone organisés de 2010 à 2018. Ce colloque s’est adressé à l’ensemble de la communauté scientifique francophone utilisant des données 3D de scènes forestières. Il avait pour objectif de créer un espace d’échanges multidisciplinaires sur l’état de l’art, les perspectives et les enjeux attachés aux traitements de ces données dans un contexte forestier.

Le colloque s’est voulu inclusif pour tout traitement de nuage de points pour des applications en écologie forestière.

La première session a porté sur le LiDAR aéroporté. La deuxième session a été dédiée aux logiciels de manipulation et visualisation des données 3D. Enfin, la troisième session s’est intéressée au LiDAR terrestre.

Retrouvez le programme du colloque ici.

Les présentations sont disponibles ci-dessous.

Session 1 : LiDAR aéroporté

Étude de cas d’inventaire forestier LiDAR dans les Landes. David Garcia Castillo

Simulation d’acquisitions LiDAR aéroportées en milieu forestier pour l’entrainement de réseaux de Deep Learning. Olivier Stocker, Jean-François Côté, Antonio Ferraz, Eric Guilbert

Construction de modèle numérique de terrain à partir de la classification de sol par intelligence artificielle. Van-Tho Nguyen, Étienne Clabautet, Tony St-Pierre

Révéler la diversité des vieilles forêts avec le LiDAR aéroporté. Maxence Martin, Carlos Cerrejón, Osvaldo Valeria

Analyse comparative de modèles de hauteur de canopée haute précision : imagerie satellitaire stéréo/tri-stéréo, lidar, drone et in situ. Mathieu Varin, Anne-Marie Dubois, B.Sc., Raphaël Gadbois-Langevin, Bilel Chalghaf

Session 2 : logiciels de manipulation et visualisation des données 3D

Apprentissage par transfert pour discriminer le bois/feuille des Unmanned aerial vehicle Laser Scanning (ULS). Yuchen BAI

Cartographie des routes forestières au Québec et mise en production à grande échelle avec lidR. Jean-Romain ROUSSEL

Plateforme Computree : Etat des lieux et perspectives ; Sortie de la version 6. Alexandre PIBOULE

L’algorithme L-Vox pour l’estimation de la densité de surface foliaire de placettes à partir de données lidar terrestre et une représentation 3D par voxels des forêts. Van-Tho NGUYEN, Richard A. FOURNIER, Jean-François COTE, François PIMONT

“aRchi” une librairie R pour le traitement des QSM. Olivier MARTIN, Bastien LECIGNE

Détection des singularités de l’écorce à partir de données Lidar en vue du classement qualité. Florian DELCONTE, Phuc NGO, Isabelle DEBLED RENNESSON, Bertrand KERAUTRET, Van-Tho NGUYEN, Thiéry CONSTANT

Session 3 : LiDAR terrestre

Étude de la structure des zones boisées sur le long du gradient urbain-rural d’Antananarivo à travers l’utilisation des données LiDAR aériennes. Narinjanahary ANDRIAMANANJATOVO

Équations allométriques dérivées de données LiDAR terrestres et importance pour l’estimation de la biomasse aérienne dans les forêts de Miombo de la R.D. Congo. S. Takoudjou Momo, J. Ilunga Muledi, P. Ploton, A. Lamulamu, W. Kombe, B. Mupari, D. Nkulu, B. Amisi Mushabaa, B. Sonké, N. Barbier

Utilisation du LIDAR terrestre pour l’estimation de la biomasse et du carbone forestier. Ny Tolotra RAZAFIMBELO

Mobile Laser Scanning for Estimating Tree Structural Attributes in a Temperate Hardwood Forest. Bastien Vandendaele, Olivier Martin-Ducup, Richard Fournier, Gaëtan Pelletier, Philippe Lejeune

Contacts :
En France : Alexandre Piboule (Office National des Forêts) : alexandre.piboule@onf.fr
Au Québec : Jean-François Côté (Ressources naturelles Canada) : jean-francois.cote@NRCan-RNCan.gc.ca

Publié par

Jean-Marc Guehl (23 avril 1955 – 9 avril 2022)

C’est avec une grande tristesse que le GIP ECOFOR a appris le décès de Jean-Marc Guehl, ancien membre de son Assemblée générale et son président de juillet 2013 à mars 2020.

Ses travaux dans le champ de l’écophysiologie et de l’écologie fonctionnelle ont permis de mieux comprendre le fonctionnement et les bilans carboné et hydrique des forêts. Ils s’insèrent dès les années quatre-vingt dans l’effort de recherche consacré au changement climatique et à l’évaluation des impacts de l’augmentation du CO2 atmosphérique sur les forêts. Ses recherches portent tant sur les forêts tempérées que sur les forêts tropicales, comme le montrent deux de ses dernières contributions liées à des initiatives d’ECOFOR, une analyse de la mesure de la pression de récolte en forêts européennes et une note d’expertise scientifique sur la question de la déforestation importée.

Parallèlement à ses recherches scientifiques, Jean-Marc a eu un rôle très important dans la structuration de la recherche, d’abord au sein d’INRAE (alors INRA), bien au-delà ensuite. Il soutient avec force les recherches sur les forêts tropicales humides en Guyane, en particulier la création d’un pôle d’écologie à Kourou. Il organise aussi à Cayenne en 2009 en partenariat avec ECOFOR, une grande conférence internationale sur les forêts tropicales humides, rassemblant près de 200 participants d’Europe, d’Afrique, d’Amérique du sud et d’Amérique du nord, qui constitue indéniablement un événement marquant. Il travaille efficacement en faveur de la construction d’équipes pluridisciplinaires, notamment lorsqu’il pilote le département « Écologie des forêts, prairies et milieux aquatiques » de l’INRA. Il dirige le métaprogramme ACCAF « Adaptation de l’agriculture et des forêts au changement climatique ». Pendant plusieurs années, il préside également le Comité d’évaluation scientifique « Dynamique des socio-écosystèmes et de leurs composants en vue de leur gestion durable » de l’Agence Nationale de la Recherche où il a eu à cœur de rassembler une équipe pluridisciplinaire. C’est dans ce même esprit de pluridisciplinarité qu’il s’engage dans ECOFOR.

Il y joue un rôle de premier plan pendant 15 ans, à cheval sur deux mandats du groupement (2005-2020). De 2005 à 2013 en tant que chef du département « Écologie des forêts, prairies et milieux aquatiques » de l’INRA, il représente alors l’organisme au conseil d’administration. Le renouvellement du GIP en 2013 coïncide à quelques mois près avec le retour de Jean-Marc à la direction de l’UMR Écologie et écophysiologie forestières de l’INRA. Le 10 juillet 2013, Jean-Marc est nommé président de l’Assemblée générale d’ECOFOR. Il succède à François Houllier devenu PDG de l’INRA. Il est alors également membre du « board » de l’Institut forestier européen (EFI), maintenant un lien fructueux entre la gouvernance des deux structures. Son mandat à la présidence d’ECOFOR est renouvelé deux fois (16 mars 2016 et 15 mars 2019), Jean-Marc ayant accepté un troisième mandat pour assurer la transition vers une nouvelle direction et un nouveau président de l’Assemblée générale.

Toutes celles et ceux qui ont eu la chance de travailler aux côtés de Jean-Marc au sein d’ECOFOR retiennent l’image d’un homme modeste, dévoué à la science et à la recherche publique, au raisonnement scientifique affuté, à l’esprit curieux et ouvert vers d’autres disciplines, à la parole calme et pesée, à l’humour discret, attaché à l’équilibre et à la justesse dans les débats. Un homme d’une extrême gentillesse, avec la joie au bord des yeux. Jean-Marc Guehl est l’auteur de plus de 200 publications dont la répartition dit beaucoup de sa conception de la science : il s’est adressé également à la communauté scientifique internationale, aux enseignants et aux professionnels de la filière bois.

Dans la recherche, l’enseignement, l’expertise, la coordination de projets et l’exercice de responsabilités de direction, Jean-Marc a œuvré collectivement. Sa disparition laisse à celles et ceux qui ont eu la chance de le connaître et de le côtoyer un immense vide.

A sa famille, à ses nombreux amis, à ses collègues, à ses consœurs et confrères de l’Académie d’Agriculture, ECOFOR adresse toutes ses condoléances.

Le GIP Ecofor

Publié par

Webinaire #2 du projet PASSIFOR-2 : « Vers l’élaboration de maquettes de suivi de la biodiversité forestière »

Le projet « PASSIFOR », coordonné par le GIP Ecofor et INRAE, vise à formuler des Propositions d’Amélioration du Système de suivi de la biodiversité FORestière pour la France métropolitaine. Dans une deuxième phase dite PASSIFOR-2 (2019-2022), soutenue par le Ministère de la Transition écologique, le projet explore différentes possibilités de structurer un outil national de suivi de la biodiversité en forêt à partir des dispositifs de suivi existants.

Les étapes clés de ce travail sont discutées dans le cadre d’un cycle de webinaires. Organisé en décembre 2020, le webinaire #1 a été centré sur la définition d’objectifs de suivi de la biodiversité forestière, étape initiale dans la formalisation des options d’assemblage des dispositifs.

Ainsi, les travaux de PASSIFOR-2 s’organisent autour de quatre objectifs, tous envisagés à l’échelle métropolitaine, mais assez différents d’un point de vue méthodologique :

  1. Suivre l’état et la dynamique de la biodiversité en forêt,
  2. Suivre et comparer la biodiversité en forêts exploitées et non exploitées,
  3. Suivre l’état et la dynamique de la biodiversité en forêt en lien avec certaines actions de gestion,
  4. Suivre les effets du changement climatique sur la biodiversité forestière.

Toutes les ressources relatives au webinaire #1 sont en ligne.

L’équipe du projet PASSIFOR-2 a organisé son deuxième Webinaire le mardi 1er février 2022.

Ouvert à l’ensemble des parties prenantes, le Webinaire a rassemblé une soixantaine de personnes pour discuter notamment de la méthode d’assemblage des dispositifs au sein de « maquettes de suivi » de la biodiversité en forêt.

Les présentations de la matinée ont été centrées sur le cadrage du projet et la méthode pour l’élaboration des maquettes.

L’après-midi a été consacrée à des ateliers en groupe (au choix) qui ont été suivis d’un temps de restitution et de discussion avec l’ensemble des participants :

Le compte-rendu du Webinaire #2 est disponible.

Pour toute question, vous pouvez contacter Julie Dorioz.

Publié par

Gestion et impacts du changement climatique – Ouvrage de synthèse de l’appel à projets de 2012 et des projets AdaMont et OMERAD

Le GIP Ecofor et le ministère de la Transition écologique ont le plaisir de vous annoncer la publication de l’Ouvrage de synthèse de l’appel à projets de 2012 et des projets AdaMont et OMERAD du programme Gestion et impacts du changement climatique.

Découvrez dans cet ouvrage les synthèse et les résultats des sept projets de recherche suivants :

  • ADAPTATIO — Intégration de l’adaptation au changement climatique dans la conception des projets d’aménagements urbains : nouveau(x) outil(s) et nouveau(x) métier(s)
  • GEPET-Eau — Gestion Efficiente Prédictive ET adaptative de la ressource en Eau des voies navigables dans un contexte de changement climatique
  • HYCCARE Bourgogne — HYdrologie, Changement Climatique, Adaptation, Ressource en Eau en Bourgogne
  • REMedHE — Impacts des changements climatiques et anthropiques sur la gestion quantitative des Ressources en Eau en Méditerranée : évaluation comparative Hérault-Ebre
  • VIADUC — Valoriser DRIAS et Innover sur l’Adaptation grâce au Design, avec des Usagers concernés par le Climat
  • AdaMont — Impacts du changement climatique et Adaptation en territoire de Montagne
  • OMERAD — L’adaptation aux changements climatiques Outre-mer : approche intégrée du territoire de la Réunion
Synthese-GICC-APR-2012-AdaMont-OMERAD

Publié par

Présentations du Colloque « Zéro déforestation importée : définition(s) et conditions d’insertion dans les accords commerciaux internationaux futurs », 5 juillet 2021

Retrouvez les présentations des intervenants du colloque « Zéro déforestation importée : définition(s) et conditions d’insertion dans les accords commerciaux internationaux futurs » :

presentation-SylvieGourletFleury

presentation-RemiDAnnunzio

2021-07-05_TMF_ECOFOG_ZeroDeforestation

presentation-CharlotteOpal

presentation-AlainKarsenty

presentation-ClementineBaldon

Publié par

Colloque « Zéro déforestation importée : définition(s) et conditions d’insertion dans les accords commerciaux internationaux futurs »

La synthèse de notre colloque sur la déforestation importée est désormais disponible.

Vous pouvez également retrouver les présentations des intervenants ici.

Ce colloque annuel a été organisé dans le cadre de notre Réseau de sciences humaines & sociales, avec le Cirad, l’AFD, le FCBA et la Maison française d’Oxford.
Il s’est déroulé en hybride entre Agropolis à Montpellier et la plateforme Zoom, le 5 juillet 2021. Le programme est disponible sur cette page, à la suite de la synthèse.

Retrouvez la synthèse de ce colloque dédié à la déforestation importée :

Synthese-colloque-Zero-deforestation-importee

Retrouvez ci-dessous le programme du colloque :

DraftFlyerv4

Programme-v3

Publié par

6 octobre 2021 – Séance de l’Académie d’Agriculture de France : « Les essais à long terme : observation et manipulation, outils indispensables pour la connaissance des écosystèmes »

L’Académie d’Agriculture de France a organisé, le 6 octobre 2021, une séance sur « Les essais à long terme : observation et manipulation, outils indispensables pour la connaissance des écosystèmes ».

Le directeur adjoint du GIP Ecofor, Guy Landmann, a participé à cette séance pour parler du suivi intensif à long terme des écosystèmes forestiers et plus particulièrement de ses apports aux politiques publiques, des résultats attendus et des enseignements pour la suite.

Plus d’informations ici.

Vous pouvez également voir ou revoir la séance ici.

Publié par

Lancement des Trophées de l’Adaptation au Changement Climatique Life ARTISAN

L’Agence de la transition écologique (ADEME), en partenariat avec l’Office Français de la Biodiversité (OFB) et l’Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique (ONERC), invitent l’ensemble des acteurs de l’adaptation au changement climatique à concourir à la 1ère édition des Trophées de l’Adaptation au Changement Climatique Life ARTISAN.

Ces Trophées visent l’ensemble des acteurs privés ou publics de l’adaptation au changement climatique français et de la préservation de la biodiversité.  

Ce concours récompense les meilleures actions (Solutions fondées sur la nature) visant :
– la réduction des risques climatiques ;
– l’adaptation des filières économiques ;
– l’adaptation de la gestion de la nature, des ressources et des milieux.  

Les lauréats bénéficieront :
– d’une invitation et d’une tribune à une conférence nationale ;
– d’une valorisation de votre action (actions presse, vidéo de promotion, publication dédiée…).  

Comment participer ?
1) Rendez-vous sur le site des Trophées
2) Télécharger les documents du concours sur le site internet page « Participez !« 
3) Déposer votre dossier complété sur le site des Trophées  

CLOTURE DES CANDIDATURES : 10 novembre 2021  
Contact : contact@trophees-adaptation-Life-ARTISAN.com
Le communiqué de presse des Trophées
La présentation PDF des Trophées
Le flyer
Rendez-vous sur le site des Trophées    

1ED_ARTISAN_Appel-a-candidatures

Publié par

7e atelier REGEFOR : « Forêt en crise, relevons le défi ! »

Regefor Ecofor

report d’un an : 21-23 juin 2021, Nancy

Programme et inscription sur : https://journees.inrae.fr/regefor/

Le prochain atelier REGEFOR est organisé conjointement par l’Inra (Centre Grand Est-Nancy), AgroParisTech, l’Université de Lorraine et le GIP ECOFOR. Il comportera des présentations synthétiques décrivant ces dynamiques de crise et les solutions proposées, des temps de discussion et de réflexion ainsi qu’une tournée de terrain.

Valorisation du 7e atelier REGEFOR

Cet atelier donnera lieu à un numéro en accès libre de la Revue forestière française et à d’autres actions de diffusion.

Contactez le comité d’organisation

regefor@inra.fr
Erwin DREYER & Meriem FOURNIER, Inra
Frédéric, GOSSELIN, Irstea
Claude HUSSON, Département Santé des Forêts (DSF)
Guy LANDMAN, GIP ECOFOR
Myriam LEGAY, AgroParisTech

Contact presse

grandest-contact-com@inra.fr
Sarah-Louise FILLEUX , Service communication Inra Grand Est-Nancy

Publié par

4 mai 2021 – Colloque du Forum international de la Météo et du Climat : « Les événements extrêmes : un avant-goût du climat futur ? »

Le colloque organisé par le Forum international de la Météo et du Climat réunira un panel multidisciplinaire d’experts des sciences du climat, des sciences sociales, et des décideurs. Il vise à expliciter le rôle du changement climatique dans les événements extrêmes récents, dans quelle mesure cela renseigne sur les risques climatiques actuels et futurs et comment la Société et les parties prenantes devraient interpréter ces informations.

Pour retrouver le programme complet et le s’inscrire, rendez-vous ici !

Publié par

30-31 mars 2021 – Colloque ANR « Arbre, forêt, bois et sociétés »

L’ANR organise un colloque les 30 et 31 mars 2021 entièrement en distanciel sur le thème « Arbre, forêt, bois et sociétés », auquel un grand nombre de nos membres et partenaires vont prendre part. Notre directeur Nicolas Picard animera notamment la table ronde du mercredi 31 à 11h « Quels enjeux sociétaux à adresser à la recherche ? », et notre ancien directeur, Jean-Luc Peyron, animera le mardi 30 à 15h50 le thème II « Forêt et sociétés ».

Pour retrouver le programme complet c’est ici.

Pour les inscriptions c’est ici.

Et pour plus d’informations c’est ici.

Publié par

JIF 2021 : Interview du Directeur du GIP – Nicolas Picard

A l’occasion de la Journée Internationale des Forêts 2021, le GIP Ecofor a interviewé quelques spécialistes issus de son Conseil Scientifique pour vous parler de la restauration des forêts.

Pour cette quatrième et dernière vidéo de la série, Nicolas Picard, directeur du GIP Ecofor, s’est prêté à l’exercice et nous expose les liens entre restauration forestière et biodiversité.

Pour en savoir plus :

Publié par

Colloque ANR « Arbre, forêt, bois et sociétés », 30 mars au 1er avril 2021, Bordeaux

Reporté en 2021

L’ANR reprogramme, avec le soutien du département de Gironde, le colloque « Arbre, forêt, bois et société » du 30 mars au 1er avril 2021 à Bordeaux (Immeuble Gironde -1 Rue Corps Franc Pommies, 33000 Bordeaux).

Ce colloque sera l’occasion de faire le point sur les avancées et les perspectives de travaux de recherche accompagnés par l’ANR sur les thématiques et ressources forestières.

Le programme prévisionnel du colloque est disponible sur le site de l’ANR.

Quatre sessions concernant les projets financés (2010-2018) traiteront respectivement des thèmes :
• bois et ressources forestières,
• forêt et sociétés,
• l’arbre, sa biologie des racines à la canopée
• la forêt et sa gestion.
Deux tables rondes interactives sont prévues :
– dans la la première, des acteurs forestiers et des représentants des pouvoirs publics discuteront des enjeux de recherche et d’innovation sur la thématique forêt/bois ;
– la deuxième table ronde permettra aux acteurs de la recherche de proposer des thématiques à développer pour répondre aux enjeux du secteur.

La synthèse de ces débats fera l’objet d’un document synthétique qui sera disponible sur le site de l’ANR en complément du cahier thématique « Arbre, bois, forêt et sociétés », déjà disponible. Cette synthèse sera construite pour faciliter la lecture des axes thématiques à privilégier dans les années à venir.

Le colloque est ouvert aux communautés scientifiques des domaines concernés, aux pouvoirs publics, aux acteurs de la société, aux entreprises du bois et de la construction et à la société civile intéressée par ces questions.

Gratuite mais obligatoire, l’inscription est ouverte.

Pour toute question, contacter le comité d’organisation.

Publié par

JIF 2021 : Interviews du Conseil Scientifique – Pierre-Michel Forget

A l’occasion de la Journée Internationale des Forêts 2021, le GIP Ecofor a interviewé quelques spécialistes issus de son Conseil Scientifique pour vous parler de la restauration des forêts.

Pour cette troisième vidéo, Pierre-Michel Forget, Professeur au Muséum National d’Histoire Naturelle (MNHN), aborde avec nous le sujet de la restauration forestière et les forêts tropicales.

Pour en savoir plus :

Adoptons, protégeons et restaurons les forêts guyanaises

 

Texte par Pierre-Michel Forget, Professeur d’Ecologie tropicale, Muséum National d’Histoire Naturelle

Le 27 janvier 2021, Mongabay.com annonce que la « France contributes to protection of Amazon stronghold, Yasuní National Park ». Pendant ce temps-là, la forêt amazonienne continue d’être pillée, vidée, défaunée, polluée, déforestée, brûlée. Des peuples autochtones en provenance d’Asie il y a quelques milliers d’années l’avaient adoptée, exploitée, jardinée, sans la mettre irrémédiablement en danger de disparition, car cela aurait aussi sonné leur extinction. Le département français de la Guyane fait aujourd’hui figure d’exception. Avec un très faible taux de déforestation, la forêt subit cependant une importante dégradation de sa faune et de la qualité de l’eau des fleuves à cause des activités aurifères, légales, voire illégales, sur tout le territoire, en bordure et au cœur des réserves biologiques intégrales, des réserves naturelles, jusque dans le Parc Amazonien.

Il y a 13 ans exactement, à l’issue d’une mission d’inspection sur le projet d’exploitation aurifère de camp caïman (CBJ Cambior) sur la montagne de Kaw, le Président Nicolas Sarkozy avait mis son véto à cette Méga Mine au cœur de la Réserve naturelle Nationale des marais de Kaw-Roura, qui héberge une espèce charismatique du plateau des Guyanes : le Coq de Roche, aujourd’hui l’emblème du Groupe d’Action Locale de l’Est Guyanais. La question ne se pose donc plus de la recevabilité des exploitations minières en Guyane dès lors qu’elles mettent en péril la biodiversité et l’environnement des êtres humains et non-humains, en particulier lorsque l’Etat français a décrété le 8 août 2016 la LOI n° 2016-1087 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages : « I. – Les espaces, ressources et milieux naturels terrestres et marins, les sites, les paysages diurnes et nocturnes, la qualité de l’air, les êtres vivants et la biodiversité font partie du patrimoine commun de la nation… ».  C’est bien, mais la France peut mieux faire si elle veut être irréprochable en matière de protection et de conservation de la biodiversité tropicale.

Depuis 2001, les gestionnaires de la nature rêvent d’une coordination trans-frontalière pour la conservation des aires protégées sur le plateau des Guyanes. Hormis une meilleure connaissance de la biodiversité et du fonctionnement de ces écosystèmes forestiers tropicaux, on ne peut réellement pas dire que les collaborations internationales au sein de l’Initiative du Bouclier Guyanais aient été très fructueuses en matière de lutte contre l’orpaillage et la conservation de ces habitats. Les fleuves frontaliers, l’Oyapock et le Maroni, entre la Guyane, le Brésil et le Suriname, isolent toujours un peu plus les forêts les unes des autres, malgré une biodiversité et une diversité ethnique communes, mais des spécificités culturelles et politiques différentes. Patrick Chesnay, responsable de Conservation International au Guyana concluait que « La nature de ces activités d’exploitation minière va de pair avec la destruction de la forêt, de la biodiversité et la pollution des eaux. Nous devons réfléchir à des mécanismes de responsabilité sociale pour ces entreprises ». Nous avons encore du chemin à parcourir en France pour atteindre ces objectifs.

Le 24 décembre 2012, dans une lettre à l’attention du Préfet de Guyane, le botaniste Scott A. Mori (1941-2020) s’inquiétait de l’autorisation d’exploitation accordée à la Société Rexma, à Saül, au centre de la Guyane, une forêt qu’il avait inventoriée pendant 40 ans et devenue une référence internationale. L’extraction de l’or ne se justifiait pas, détruisait les environnements, violait les droits des habitants humains et non-humains de la région, à une eau propre, indispensable pour vivre en bonne santé. Il ne parlait pas encore d’écocide ou de « One Health », mais ces idées étaient là, en gestation. Le projet fut rejeté par le Préfet après qu’un rapport CODERST[1] ait mis en évidence « des insuffisances constatées dans l’évaluation des impacts sur l’environnement ». La forêt du château d’eau du centre de la Guyane était sauve, mais pour combien de temps encore ?

Un nouveau projet aurifère industriel pharaonique pour la Guyane a émergé en 2015. La Compagnie Montagne d’Or (CMO) propose d’exploiter une mine industrielle à ciel ouvert au cœur des deux massifs de la Réserve biologique intégrale de Lucifer Dékou Dékou, créé le 27 juillet 2012. Après l’élection d’Emmanuel Macron à la Présidence de la République, puis la nomination du Ministre de la transition écologique et solidaire Nicolas Hulot, le discours officiel évolua, soufflant successivement le chaud et le froid sur les braises refroidies des discours enflammés du jeune ministre de l’économie de 2015 en faveur des MégaMines en Guyane. Le Président annoncera finalement en mai 2019 « l’état de l’art du projet ne le rend pas compatible avec une ambition écologique et en matière de biodiversité« .

Adoptons la forêt amazonienne du plateau des Guyanes, une fois pour toutes, protégeons-la et occupons-nous bien de ses habitants, humains et non-humains, en les préservant de la destruction de leurs milieux de vie, de leur maison. Restaurons la forêt qui a été détruite par plus d’un siècle d’exploitation minière, et arrêtons de nous bercer d’illusions sur les bienfaits économiques et sociaux des MégaMines. La Guyane ne s’enrichira pas avec un regain de ces activités industrielles, même si les cours de l’or atteignent des sommets, fussent-elles irréprochables sur le plan environnemental et social.

Nous dépendons tous de cette forêt-éponge « climatiseur naturel » qui absorbe et rejette l’eau via les multi-couches foliaires de sa canopée, stockant le CO2 dans ses entrailles, le bois. Ce sont ces tissus ligneux qui ont brûlé avec la « canopée » de la Cathédrale Notre-Dame de Paris. Des hommes ont décidé de restaurer et reconstruire l’édifice millénaire. Pourquoi ne pas le faire avec les forêts tropicales? Il y a des exemples de restaurations réussies de la forêt sèche de l’Aire de Conservation de Guanacaste et de la forêt humide de la Péninsule d’Osa au Costa Rica. Même la Mata Atlantica dans la Réserve Pontal do Paranapanema de l’Etat de Sao Paulo a été restaurée. Plutôt que d’exploiter l’or qui dort dans le sous-sol au sein de la Réserve Lucifer Dékou Dékou, et de l’enterrer dans les coffres fort d’autres sous-sols à quelques milliers de kilomètres de là, pourquoi ne pas restaurer la forêt dégradée par un siècle d’orpaillage au sein de l’actuelle réserve ? Les générations futures seront garantes de la survie des forêts Guyano-Amazonienne. C’est possible et envisageable « Quoi qu’il en coûte » pour l’économie, car c’est la survie de l’humanité qui est aujourd’hui en jeu.

Pierre-Michel Forget est Professeur d’écologie tropicale du Muséum national d’Histoire Naturelle, Membre du Comité scientifique du GIP ECOFOR (2020) et Président de la Society for Tropical Ecology. Ancien Président de l’ATBC Association for Tropical Biology and Conservation (2007-2009), et ancien Membre du comité Scientifique de la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme. Ancien chargé de mission CNRS Institut Ecologie et Environnement (2012-2015).

[1] Conseil Départemental de l’Environnement et des Risques Sanitaires et Technologiques.

Forêt de la Réserve Naturelle des Nouragues (c) Pierre-Michel Forget, MNHN, 2011
Sous-bois de la forêt de la montagne de Kaw (c) Pierre-Michel Forget, MNHN, 2007
Activité d’orpaillage en bordure du Parc Naturel du Brownsberg au Suriname. (c) Pierre-Michel Forget, MNHN, 2004

Publié par

JIF 2021 : Interviews du Conseil Scientifique – Brigitte Musch

A l’occasion de la Journée Internationale des Forêts 2021, le GIP Ecofor a interviewé quelques spécialistes issus de son Conseil Scientifique pour vous parler de la restauration des forêts.

Dans cette deuxième vidéo, Brigitte Musch, responsable du Conservatoire génétique des arbres forestiers de l’ONF, nous parle en particulier des liens entre restauration et ressources génétiques forestières.

Publié par

JIF 2021 : Interviews du Conseil Scientifique – Xavier Morin

A l’occasion de la Journée Internationale des Forêts 2021, le GIP Ecofor a interviewé quelques spécialistes issus de son Conseil Scientifique pour vous parler de la restauration des forêts.

Ici, Xavier Morin, chercheur en écologie forestière au CNRS, nous parle particulièrement des liens entre restauration et changement climatique.

Pour plus d’informations :

Enfin, Xavier Morin a aussi eu l’occasion d’aborder ce sujet (au moins en partie) lors de sa soutenance d’Habilitation à Diriger des Recherches, visible en ligne ici : https://www.youtube.com/watch?v=V-hEUuWSLNs&ab_channel=AudiovisuelSupagro

Publié par

« Recent increase in European forest harvests as based on area estimates (Ceccherini et al. 2020a) not confirmed in the French case »

L ’exploitation des forêts européennes a-t-elle bondi depuis 2016 ?

Une étude du centre commun de recherche de l’Union européenne publiée en juillet 2020 l’affirme.

Dans le cas de la France, une ré-analyse des données ne permet pas de conclure à une augmentation de la récolte de bois en 2016-2018 comparé à 2004-2015.

Nicolas Picard, directeur du GIP Ecofor, a récemment élaboré avec Jean-Michel Leban, Jean-Marc Guehl, Erwin Dreyer, Olivier Bouriaud, Jean-Daniel Bontemps, Guy Landmann, Antoine Colin, Jean-Luc Peyron et Pascal Marty un opinion paper dans Annals of Forest Science répondant à l’étude du centre commun de recherche de l’Union européenne publiée dans Nature en juillet 2020.

Pour accéder à l’article, c’est ici : https://doi.org/10.1007/s13595-021-01030-x !

Publié par

8 février 2021 – Webinaire Xylofutur/BeeOdiversity « Lorsque filière forêt-bois rime avec biodiversité : l’arbre au sein de son écosystème »

Lorsque filière forêt-bois rime avec biodiversité
L’arbre au sein de son écosystème

Lundi 8 Février, de 17 à 18 heures
via la plateforme de visio-conférence GoToWebinar
Dr. Bach Kim Nguyen et Charles Vallet sont respectivement CEO et responsable France de l’entreprise BeeOdiversity, dont l’objectif est de créer de la valeur en régénérant la biodiversité et en diminuant les pollutions d’origine industrielle et agricole.

BeeOdiversity accompagne ses clients publics et privés, en leur proposant des conseils en stratégie ainsi que des solutions innovantes fondées sur la nature et la technologie. 

Les principaux secteurs d’activités ayant déjà fait appel aux services de BeeOdiversity pour des besoins spécifiques sont :
Les collectivités (communes à régions) : diagnostiquer à grande échelle, cibler les actions, définir/optimiser une stratégie environnement-biodiversité;
L’agroalimentaire : mesurer l’impact des pratiques culturales sur l’environnement et la productivité – & l’industrie : contrôler et diminuer les émissions de polluants, améliorer le lien avec les parties prenantes;
L’eau : protéger les ressources naturelles, renforcer le suivi environnemental  – & l’énergie : intégrer la biodiversité dans les aménagements et/ou en mesures compensatoires (conception à suivi); 
L’immobilier : intégrer la biodiversité dans les constructions et aménagements (conception à suivi), labels (BREEAM…) – & la santé : offrir des espaces de bien-être aux résidents/familles/soignants, développer la biodiversité sur site.

Appliqué à la Filière Forêt-Bois, le BeeOmonitoring (outil de biosurveillance apicole grâce au pollen) pourrait contribuer :
– à créer de la valeur au sein des entreprises,
– à renforcer l’attractivité des territoires,
– au développement de projets collaboratifs. 


-> via le suivi de la biodiversité (floristique, pollinisateurs…) des espaces forestiers, avec des indicateurs -quantitatifs valorisant les actions mises en œuvre ou à développer (avant/pendant/après);
-> via la mesure à grande échelle (700 hectares prospectés par ruche) de l’impact environnemental des industries de transformations et valorisation du bois: qualité de l’air, matériaux biosourcés responsables;
-> via le développement de partenariats de territoire : aménagement et gestion durables des espaces et du foncier, multifonctionnalité et résilience.

BeeOdiversity travaille dans 9 pays de l’Union européenne et aux États-Unis. La société a reçu plusieurs récompenses pour ses innovations collaboratives – en 2020 : la fondation Solar Impulse, et l’Institut de la Banque européenne d’investissement (BEI).

Ce webinaire d’une heure s’articulera autour d’une présentation de 30 minutes puis d’échanges avec les participants.

Les entreprises intéressées par la démarche seront invitées à recontacter les organisateurs ensuite pour initier les contours possibles d’une collaboration sur ce sujet.

Pour l’inscription au séminaire, c’est ici.
Participation gratuite sur inscription . Séminaire ouvert à tous, venez nombreux !

Retrouvez toutes les actualités de Xylofutur sur leur site.

Contacts

BeeOdiversity – Charles VALLET, BeeOdevelopper France
06 17 45 89 07 – charles.vallet@beeodiversity.com
 
Xylofutur  Cécile NIVET, Cheffe de projet Forêt
06 22 92 66 48 – cecile.nivet@xylofutur.fr
Publié par

Bonne année 2021 !

L’équipe du GIP Ecofor vous souhaite une très belle année 2021 !


Cette année encore, nous serons là pour appuyer les actions de nos 12 membres, pour parler avec vous, chercheurs, gestionnaires, passionnés et curieux, des écosystèmes forestiers.


Vous pouvez vous inscrire à nos newsletters Les Echos d’Ecofor (trimestrielle) et celle de Sciences Humaines et Sociales (SHS, bimensuelle) à : inscription@gip-ecofor.org
Notre twitter est ici : https://twitter.com/GIP_Ecofor
Notre LinkedIn est ici : https://www.linkedin.com/company/gip-ecofor


(Illustration à l’aquarelle par Lucie Prigent)

Publié par

Call for Applications to the Erasmus Mundus Master Programme MEDfOR [Deadline 31st January]

L’appel à candidatures pour le programme de master Erasmus Mundus MEDfOR : « Gestion des forêts et des ressources naturelles en Méditerranée » (Mediterranean Forestry and Natural Resources Management) est ouvert jusqu’au 31 janvier 2021.
Le programme MEDfOR est ouvert aux candidats du monde entier, titulaires d’une licence en sciences biologiques, en sciences de l’environnement et de la terre, en mathématiques, en économie, en ingénierie, en chimie, en biochimie ou dans un domaine similaire. Des bourses Erasmus Mundus seront disponibles pour les candidats les mieux classés.

Des bourses spécifiques sont disponibles pour :
– Balkans occidentaux (Albanie, Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Monténégro);
– Arménie, Azerbaïdjan, Belarus, Géorgie, Moldavie, Ukraine;
– Algérie, Égypte, Israël, Jordanie, Liban, Libye, Maroc, Palestine, Syrie*, Tunisie;
– Amérique latine – Brésil et Mexique
– Amérique latine – autres pays (Argentine, Colombie, Costa Rica, Cuba, Équateur, El Salvador, Panama, Pérou, Venezuela)
– Amérique latine – pays de l’IMT (Bolivie, El Salvador, Guatemala, Honduras, Nicaragua, Paraguay) ;


Pour plus d’informations, visitez : www.medfor.eu
Contacts : medfor@isa.ulisboa.pt

Publié par

Parution de « Vivre avec les forêts tropicales » du Cirad et MUSEO : recherche de partenaires

L’unité Forêts et Sociétés du Cirad et la maison d’édition MUSEO publient un livre grand public intitulé « Vivre avec les forêts tropicales » (parution mars 2021, prix de vente public de 34,50 € ttc).

Cet ouvrage propose un angle inédit sur l’indispensable cohabitation entre les humains et les forêts tropicales.

Votre institution peut devenir partenaire du projet en précommandant des exemplaires et bénéficier de remise et personnalisation en fonction de la quantité commandée (logo en 4e de couverture, couverture spéciale, etc.). Cela permettra de le proposer à un prix de vente compétitif pour le rendre accessible au plus grand nombre.

En contribuant à la publication de cet ouvrage, vous vous associez à la lutte pour la préservation des forêts tropicales !

Ci-dessous, un document présentant « Vivre avec les forêts tropicales » et les différents types d’appuis proposés. Deux formes de soutien sont valables jusqu’au 31/12/2020 :

1. un soutien institutionnel à travers l’achat groupé de livres à prix réduit par votre institution;
2. un soutien en achetant sur le site de Museo un ou plusieurs exemplaires à 30€ port compris au lieu de 34,50 €. pour commander aller sur le lien : https://www.museo-editions.com/product-page/vivre-avec-les-for%C3%AAts-tropicales 

OFFRE-PARTENAIRE-LIVRE-FORET-CIRAD

Publié par

8 décembre 2020 – Webinaire ONF : « Le rôle de la filière forêt bois dans l’atténuation du changement climatique »

@ONF

A l’occasion de la journée mondiale du climat, l’Office National des Forêts organise un webinaire sur « le rôle de la filière forêt bois dans l’atténuation du changement climatique », mardi 8 décembre prochain à 17h !

Le séminaire en ligne sera présenté par Cyril Brûlez, expert carbone à l’ONF.

Pour plus d’informations et pour s’inscrire, c’est ici !

Publié par

2 décembre 2020 – Webinaire de restitution du Projet « Trame Verte Forestière » 2017-2020

Nous avons le plaisir de vous annoncer que le webinaire de restitution du projet Trame verte forestière 2017-2020, financé par le FEDER Région AURA, aura lieu ce mercredi 2 décembre 2020.
Le séminaire est ouvert à tous, et les modalités d’inscription sont indiquées dans le programme ci-dessous.

Programme_Webinaire_Trame_Verte_Forestiere_02.12.2020

Publié par

19-20 Novembre 2020 – Conference « Environmental Economics : a focus on Natural Resources »

The Conference will provide an opportunity for scholars interested in Environmental and Resources Economics to discuss their research and to exchange ideas. Researchers are invited to submit both empirical and theoretical papers from all fields in Environmental and Resources Economics.

For more information : https://sites.google.com/view/eenr2020/home

Programme_2020_final_WithZoomLinks-1

Publié par

17-18 novembre 2020 – Seminaire ForestValue

Séminaire de mi-parcours du programme de recherche ForestValue

Le séminaire permettra de présenter les résultats de la première année des 17 projets sélectionnés pour un financement dans le cadre du premier appel conjoint du programme de recherche ForestValue. Ce sera une occasion d’échanger des informations et des idées entre personnes ayant pour intérêt commun l’innovation dans la bioéconomie forestière européenne.

Les principaux domaines de travail des projets seront discutés : gestion forestière avancée, stratégies de gestion et valorisation des forêts, techniques de récolte innovantes et bois comme matériau de construction. Par conséquent, cet événement est particulièrement pertinent pour les décideurs politiques de l’UE, les universitaires, les entreprises travaillant dans le secteur forestier et divers experts d’institutions privées et publiques.

Ce séminaire public est ouvert à des participants de toute l’Europe, c’est pour cela qu’au lieu d’être en présentiel à Berlin, comme prévu initialement, le séminaire se fait webinaire en réponse aux défis posés par le contexte actuel.

Deux sessions matinales (de 10h à 13h30 CET) prendront place le 17 et le 18 novembre 2020.

Retrouvez plus d’informations, le programme des deux sessions, ainsi que le lien pour vous enregistrer ici !

Publié par

5 au 7 janvier 2021 – Colloque de AllEnvi «Conservation de la biodiversité»

A l’occasion de l’organisation du Congrès Mondial de la Nature par l’IUCN, du 7 au 15 janvier 2021 à Marseille, AllEnvi vous convie avec ses membres à un colloque du 5 au 7 janvier 2021, à Marseille.

L’objectif est de mobiliser l’ensemble des communautés scientifiques travaillant sur les grands enjeux environnementaux pour réfléchir sur le thème de la « conservation de la biodiversité ».

Il y aura 4 sessions :

  • Le contexte évolutionnaire des stratégies de conservation de la biodiversité
  • La diversité des types d’anthropisation et de leurs effets en conservation
  • Les interactions et rétroactions climat et biodiversité
  • L’explication des enjeux éthiques et juridiques en conservation

De plus, le 6 janvier aura lieu une conférence sur la « Conservation de la Biodiversité et Santé » par Serge Morand, écologue et biologiste de l’évolution au CNRS et au Cirad.

Enfin, le colloque s’achèvera le 7 janvier après-midi sur une session de clôture interactive, sur les enjeux de gouvernance et sur la place de la recherche pour la conservation de la biodiversité dans le monde post-covid.

Pour plus d’informations, la coordinatrice de cet événement désignée par AllEnvi est Martine Hossaert, du CNRS.

 

Publié par

3 novembre – Edition 2020 des Journées FRB – à Paris Maison des Océans (9h30-18h)

Co-organisée avec l’Office français de la biodiversité (OFB), la journée plénière du 3 novembre 2020 sera l’occasion d’interroger les aires protégées, marines et terrestres, dans un contexte de déclin de la biodiversité.

En réunissant chercheurs, décideurs, gestionnaires et acteurs de la société civile, l’ambition est d’apporter des éclairages précieux en amont des discussions internationales qui auront lieu lors du Congrès mondial de la nature d’une part, et de la COP 15 d’autre part.

Plus d’informations ici.

Publié par

7-11 octobre 2020 Fête de la Nature 14ème édition

Lancée en 2007 en France en présence de la ministre de l’environnement, la Fête de la Nature se déroule chaque année durant cinq jours au mois de mai, à une date la plus proche du 22 mai journée internationale de la biodiversité. Cinq jours de manifestations gratuites pour permettre à tous les publics de vivre une expérience de la nature à son contact. Compte tenu du confinement national, cette 14ème édition est reportée du 7 au 11 octobre 2020, durant l’automne, sur tout le territoire français (métropole et outre-mer) avec pour thématique « Prenons-en de la graine ».

Pour en savoir plus : site de l’association Fête de la Nature

 

Publié par

21ème XyloDating « Les acteurs de la forêt face au défi carbone : quelles innovations ? »

En-tête du programme du 21e XyloDating du 19 mars 2020

Xylofutur, pôle de compétitivité innovant au profit de la filière forêt-bois-papier, organise la 21ème journée XyloDating.
Pour plus d’information : Programme et Inscription.

Thème : Dédié aux professionnels de la forêt et aux acteurs de la recherche, ce XyloDating, donnera un aperçu des projets d’innovation autour de cette thématique, qu’ils soient centrés sur le carbone forestier ou qu’ils intègrent plus largement l’ensemble des émissions (carbone renouvelable et fossile) liées aux activités des professionnels de l’amont forestier.
Date : jeudi 19 mars 2020.
Lieu : Cestas, INRAE Pierroton, salle des Chênaies.
Horaire : 9h-17h.

Contexte général

Parce qu’elle repose sur la production d’une ressource renouvelable qui permet de piéger du carbone atmosphérique, la filière forêt-bois-papier a pensé qu’elle était naturellement en position de force par rapport à d’autres filières axées sur l’exploitation de ressources fossiles. Mais les outils qui existent (bilan carbone, ACV, démarche RSE…) pour intégrer le carbone dans l’activité des entreprises ne permettent pas toujours la mise en avant de la plus-value carbone du bois par rapport à d’autres matériaux. À l’amont forestier, la sylviculture, les opérations de gestion et d’exploitation mises en place pour limiter les émissions varient largement selon l’échelle (spatiale, temporelle) et le périmètre (amont-aval) auxquels on raisonne. Dans ce contexte, si la prise en compte du carbone est perçue comme une opportunité par les acteurs de la forêt – via le Label Bas Carbone par exemple –, des doutes émergent quant à son potentiel déstabilisateur pour l’équilibre global de la filière.

En-tête du programme du 21e XyloDating du 19 mars 2020

Publié par

Conférence « Governing and managing forest for multiple ecosystem services across the globe »

Conference 26-28/02/2020EFI à Bonn

Pour suivre en direct : https://www.youtube.com/user/EuropeanForest/live

Pour participer aux discussions en direct via Twitter : #4estEcoServices

Thème
The conference objective is to compile and synthesise the scientific evidence related to the current state of integrated forest management approaches.
Date : du 26 au 28 février 2020.
Lieu : Bonn (Allemagne).
Horaires : 12h30-19h le 26 février, 9h-21h le 27 février et 8h30-13h15 le 28 février.

Conference 26-28/02/2020EFI à Bonn
Publié par

Colloque sur l’inventaire forestier multisource

Pour en savoir plus : https://inventaire-forestier.ign.fr/spip.php?article996

Thème :
Multisource forest inventories : perspectives on sampling design, small area estimation and data sources.
Date : mercredi 11 mars, 2020
Lieu  : Amphithéâtre Lucien Cuénot, Muséum-Aquarium de Nancy, 11 Rue Godron 54000 Nancy (plan d’accès)
Horaire  : 13:00 – 17:30
Ce colloque est organisé conjointement par le laboratoire d’inventaire forestier (LIF) de l’IGN et le département recherche, développement et innovation (RDI) de l’ONF en partenariat avec l’Université de Lorraine, le Projet Impact DeepSurf, Labex Arbre et l’ADEME.
(Les présentations seront faites en anglais)

Pour vous inscrire au colloque, remplissez le formulaire d’inscription

Contexte général

Les forêts françaises connaissent depuis deux siècles une dynamique d’expansion qui génère des ressources nouvelles mal connues des acteurs locaux et dans des territoires parfois peu forestiers auparavant. Parallèlement, les changements climatiques affectent la dynamique et la vigueur des peuplements dans des directions et proportions qui peuvent fortement varier dans l’espace et dans le temps, dont le suivi requiert des informations mieux résolues spatialement que ne le permettent les outils d’inventaire nationaux. Les méthodes d’inventaire forestier multisource permettent d’améliorer la précision des estimations des inventaires forestiers, en combinant les inventaires terrain avec des données de télédétection et des cartes thématiques. Ces approches bénéficient aujourd’hui de la multiplication et de la diversification des sources de données et du développement des méthodes de traitement, d’analyse et d’estimation.

L’objectif de ce colloque est de faire un tour d’horizon des avancées récentes en matière d’échantillonnage spatial et d’utilisation d’informations auxiliaires dans les méthodes d’inventaire. Une première partie sera consacrée à l’échantillonnage spatial et à l’estimation dans des petits domaines, avec des exemples d’application en Norvège et en France. Une seconde partie présentera les développements récents en matière de données de télédétection et de traitement de données massives.

Liste des intervenants

  • Johannes Breidenbach, research professor, Norwegian Institute of Bioeconomy Research (NIBIO)
  • Miriam Buitrago, Animatrice du secteur forêt et changement climatique, ADEME
  • Guillaume Chauvet, Attaché principal de l’Insee, Enseignant-chercheur en statistique, ENSAI Rennes
  • Sylvie Durrieu, Chargée de recherche, UMR TETIS INRAE Montpellier
  • Milena Planells, Ingénieure CNES, UMR CESBIO Toulouse
  • Jean-Pierre Renaud, Chargé de recherches en biométrie, ONF RDI Nancy
  • Ankit Sagar, Doctorant, Université de Lorraine, IGN, UMR Silva Nancy
  • Cédric Véga, Directeur de recherche, Laboratoire d’Inventaire forestier IGN Nanc
Publié par

Eclaircie N°35 – 19/12/2019

Changement climatique et autres risques

Le pacte vert pour le climat : La Commission européenne a publié son pacte vert (Green Deal) pour le climat avec pour ambition de faire de l’Europe le premier continent neutre climatiquement d’ici 2050.

Etat et avenir des politiques environnementales de l’UE : L’Union européenne a publié le rapport « EU environment and climate change policies : State of play, current and future challenges – Study » où la forêt joue un rôle

Impact du changement climatique sur les peuples dépendants des forêts : La FAO a publié en anglais un rapport sur “Climate change vulnerability assessment of forests and forest-dependent people : A framework methodology »

La forêt luxembourgeoise très endommagée : L’inventaire phytosanitaire annuel des forêts révèle pour 2018 que la moitié des forêts du Luxembourg se trouvent fortement endommagées. Le gouvernement a mis en place le «Klima-Bonus» pour la forêt pour soutenir les gestionnaires forestiers dans la mise œuvre d’une gestion durable des forêts tenant compte du changement climatique.

Gestion durable et services écosystémiques

Prélèvement de bois en forêt : Selon l’Observatoire National de la Biodiversité (ONB) les prélèvements de bois en forêt au regard de l’accroissement des arbres auraient été de 56%, sur la période 2008-2016, en légère augmentation par rapport à la période 2005-2013. Le détail de l’indicateur est développé sur le site Internet, de même que d’autres indicateurs comme la conservation du patrimoine génétique des arbres en forêts.

Création d’un 11e parc national : Situé entre la Côte-d’Or et la Haute-Marne ce nouveau parc national est consacré aux forêts et a vu le jour par le décret n° 2019-1132 du 6 novembre 2019

Plantations de forêts en Europe : L’Institut européen de la forêt (EFI) a publié, en anglais, un rapport sur les défis et opportunités pour des plantations de forêts en Europe.

La scierie de feuillus du futur : Le rapport d’études « La scierie de feuillus du futur. Quels choix stratégiques pour demain ? », mené par Forestry Club de France et des trois cabinets Conseil&Stratégie durables, Cyme Innovations et Five Conseil, se propose de répondre à la question du type d’industrie qu’il convient de développer à moyen terme pour répondre aux besoins des marchés.

Connections entre l’eau et la forêt : La FAO a produit le guide “Advancing the forest and water nexus – a capacity development faciliation guide” afin d’aider les techniciens, les communautés locales et les politiques publiques à mieux comprendre les connections entre l’eau et les forêts.

Présentations du colloque sapin pectiné : Les présentations la journée du 24 octobre 2019 organisée par FIBOIS Auvergne-Rhône-Alpes sont disponibles

Biodiversité

Résultats de projets européens sur la biodiversité : La Commission européenne a publié le pack de résultats CORDIS sur la biodiversité dans son rapport « Biodiversité et services écosystémiques : protéger les services écologiques de la planète ». Il constitue en un regroupement des résultats de la recherche et de l’innovation financée par l’Union européenne.

Fonds pour la biodiversité : La France signe la création d’un fonds fiduciaire dédié à la biodiversité avec la Banque Interaméricaine de Développement (BID). Il soutiendra des projets pour le « soutien des forêts tropicales du continent, en particulier dans le bassin amazonien ».

Un nouvel accord ONF –FNE pour les forêts : L’ONF renforce son partenariat avec France Nature Environnement (FNE) au travers de deux nouvelles conventions pour mieux intégrer la biodiversité dans la gestion forestière et aider les forêts face au changement climatique.

Bioéconomie

Note de conjoncture de l’ONF : La lettre de conjoncture de décembre 2019 fait état de la situation du marché du bois en France à l’automne 2019

Un nouveau radar pour surveiller la déforestation : Des producteurs et acheteurs d’huile de palme s’unissent pour investir dans un nouveau système de surveillance de la forêt, le Radar Alerts for Detecting Deforestation (RADD), qui sera dirigé par le World Resources Institute (WRI) et accessible d’ici 2021 sur Global Foret Watch. Il utilisera les données de l’agence spatiale européenne afin d’avoir « une meilleure résolution, de couvrir une plus grande zone et de pénétrer dans la couverture nuageuse ».

Débardage par câble aérien favorable à la protection des sols : La FNEDT et l’ONF ont publié le rapport « Le débardage par câble aérien : une solution pour la gestion durable des forêts » pour une technique en développement qui permet d’accroître la mobilisation des bois en France, y compris en Outre-mer.

Information, recherche et politiques publiques

2020 sera l’année de la santé des végétaux : La FAO a lancé la prochaine année internationale qui portera, en 2020, sur la santé des végétaux. « L’objectif est de sensibiliser à l’importance de la santé des végétaux dans la réalisation du Programme de développement durable à l’horizon 2030 ; mettre en avant des effets de la santé des végétaux sur la sécurité alimentaire et sur les fonctions écosystémiques ; et de partager des meilleures pratiques pour préserver la santé des végétaux, tout en protégeant l’environnement ».

Les élus s’engagent pour les forêts : La Fédération nationale des communes forestières (FNCOFOR) et l’ONF ont publié « Adaptation au changement climatique : les élus s’engagent pour les forêts »

Intégrer des enjeux forestiers dans les Plans climat-air-énergie territoriaux : L’ADEME a réalisé, avec la Fédération nationale des Communes forestières, le rapport « Favoriser l’intégration des enjeux forestiers dans vos Plans Climat Air Energie Territoriaux (PCAET) ». Son objectif est de donner des éléments de réponses aux élus et aux services des collectivités en charge d’un PCAET.

Assises de la forêt et du bois en Bretagne : Les présentations des Assises de la forêt et du bois en Bretagne du 18 octobre 2019 sont disponibles en ligne.

Horizon Europe, vers un plan stratégique : La Commission européenne a publié, le 31 octobre 2019, le rapport “Orientations towards the first Strategic Plan for Horizon Europe : Revised following the co-design process”. Les annexes 5 et 6 intègrent la forêt dans la réflexion pour le plan Horizon Europe à venir.

Appels à projets

Master Erasmus Mundus MeDfOR : Le programme de master Erasmus Mundus MEDfOR (foresterie méditerranéenne et gestion des ressources naturelles) est ouvert jusqu’au 31 décembre 2019 pour les étudiants non européens. Il sera étendu jusqu’en avril et juin 2020 pour les étudiants de l’UE.

AAP AURABOIS 2020 : L’ADEME a lancé l’appel à projets AURABOIS pour faciliter la création d’une chaufferie biomasse supérieure à 1200 MWh/an sans raccordement à un réseau de chaleur. Les dossiers sont à envoyer avant le 17/01/2020

Emploi

CDI Référent technique forestier (H/F) – Reforest’Action

Stage – Responsable des projets forestiers (H/F) – Reforest’Action

Un⋅e chargé⋅e d’études Botaniste Zones Humides Biotope – Nancy

Contrat de post doctorant : Projet Patribois, financé par la fondation des sciences du patrimoine – Contacter :  emmanuel.maurin@culture.gouv.fr , 06 89 51 07 00

Post-doctorat : « Rôle des forêts dans l’atténuation du changement climatique : Comment la sylviculture peut moduler les flux et stocks de carbone des écosystèmes forestiers de plaine? »  – Nogent sur Vernisson – Jusqu’au 15 décembre 2019

Offre Stage Master 2. Agronomie, Environnement : « Géolocalisation de déchets maraîchers et de bois dans la région nantaise pour une utilisation en bioraffinerie et évaluation de la durabilité » – 2020

Head of Resilience Programme – EFI Bonn – Jusqu’au 6 janvier 2020

Stage M2 « Distribution verticale de la consommation de méthane par les sols forestiers » – Laboratoire SILVA, INRA – Jusqu’au 31/01/2020

Senior professional to lead EFI’s Resilience Programme – EFI – Jusqu’au 06/01/2020.

Chargé(e)de mission CDI – SalvaTerra – Avant le 10/01/2020

Stage M2 « Evaluation de la qualité des bois à partir de l’analyse de sections de grumes »  – Laboratoire SILVA, INRA – Jusqu’au 31/01/2020

Stage « Les branches comme source potentielle d’extractibles forestiers » –INRA , Université de Lorraine – Jusqu’au 01/02/2020

CDD Soutien scientifique pour la coordination EUFORGEN – EFI Barcelone – Jusqu’au 06/01/2020

Agenda

08/01/2020, Deux séminaires Agroforesterie sur le thème du fonctionnement du sol de systèmes agroforestiers tempérés, organisé par l’INRA, Champenoux

25 /01/2020, Journée d’étude « Mobilisations et conflits forestiers hier et aujourd’hui », organisée par le GHFF, Paris

27-31/01/2020, Conférence scientifique « Genetics for sustainable forest management »,organisé par le projet H2020 GenTree, Avignon

29/01/2019, Séance publique de l’Académie d’Agriculture de France « Le secteur forêt-bois peut-il faire mieux pour le climat? », Paris, 18 rue de Bellechasse

23-28/02/2020, Forum mondial de la biodiversité, organisé par Future Earth et ses partenaures, Davos (Suisse)

26-28/02/2020, Conférence interdisciplinaire “Governing and managing forests for multiple ecosystem services across the globe”, organisée par INFORMAR (EFI Bonn), Polyfores et leurs partenaires à Bonn (Allemagne).

03-05/03/2020, Conférence « Managing forests in the 21st century », Postdam

05-07/03/2020, Colloque international pluridisciplinaire « La forêt. Représentations/imaginaires nordiques », organisé conjointement par l’Université de Tartu et l’Université du Québec à Montréal à l’Université de Tartu (Estonie)

09-13/03/2020, Symposium IUFRO sur le nématode du pin, organisé par l’IUFRO et l’INRA à Orléans. Inscriptions du 1er juillet 2019 au 31 janvier 2020.

11/03/2019, Colloque « Certification de la gestion durable des forêts », organisé par l’Académie d’Agriculture de France au Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation , Paris (Salle Gambetta)

23/03/2020, Journée internationale des forêts sur le thème « Forêts et biodiversité », Genève, Suisse

25-27/03/2020, Conférence “Mixed species forests: Risks, Resilience and Management, organisé par l’IUFRO et l’université suédoise des sciences agronomiques, Suède.

Publié par

« Les enjeux du carbone : la filière forêt-bois peut-elle faire mieux pour le climat ? » – 29/01/2020

Le 29 janvier 2020 à 14h30, l’Académie d’Agriculture de France organise pour sa séance hebdomadaire publique une rencontre sur la thématique « Les enjeux du carbone : la filière forêt-bois peut-elle faire mieux pour le climat ? ». Elle sera animée par Jean-Marc Guehl, Président du GIP Ecofor.

L’accès est libre et gratuit.

Pour en savoir plus : https://www.academie-agriculture.fr/actualites/academie/seance/academie/les-enjeux-du-carbone-la-filiere-foret-bois-peut-elle-faire

2020-01-29-Fiche-Seance-S2-Carbone_-29-janvier-2020-vdéfinitive

Publié par

3ème édition de l’appel à projets de recherche GRAINE 2019

©ADEME

L’ADEME lance le troisième appel à projets dans le cadre du programme GRAINE visant à « soutenir un développement durable de la bioéconomie en réponse aux enjeux de la transition écologique ».

Double objectif de l’Appel à projets GRAINE

  1. Accompagner des filières de production et de valorisation de biomasses, et
  2. Réduire les impacts environnementaux et prendre en compte des services rendus par les écosystèmes.

L’appel à projets est ouvert en 2 phases

  • Phase 1 : Appel à manifestations d’intérêt avec une clôture le 16 décembre 2019 à 16h.
  • Phase 2 : Appel à projets finalisés avec une clôture prévue mi-avril 2020.

 Un webinaire de présentation de l’appel est prévu le 12 novembre à 14h (un lien d’inscription sera prochainement créé)

 Un appel à projets structuré autour de trois grands axes

  • L’axe 1 « Systèmes éco-efficients de production, transformation et valorisation des biomasses » vise le développement de solutions techniques pour une économie circulaire des biomasses (alimentaires et non alimentaires).
  • L’axe 2 « Evaluation de la durabilité et articulation des productions et usages de la biomasse » vise le développement de méthodes et d’outils pour une approche systémique et durable de la gestion des biomasses au sein des filières et des territoires.
  • L’axe 3 « Accompagnement au changement et instruments de politique publique pour une bioéconomie durable » vise à identifier et analyser les leviers, accompagnements et apprentissages nécessaires pour favoriser la transition.

Plus d’informations sur l’APR et modalités de dépôts disponibles sur le site de l’ademe.fr  

Publié par

Rapport GERBOISE : Gestion raisonnée de la récolte de Bois Energie (2015-2018)

Faisant suite au projet Resobio (2012-2014), qui a évalué les connaissances sur la gestion de la récolte des rémanents et ses impacts possibles sur les écosystèmes forestiers, le projet Gerboise (2015-2018) a poursuivi plusieurs objectifs opérationnels : connaitre, sur la base d’une enquête nationale, les modalités actuelles de récolte de bois à des fins énergétiques, mettre au point un protocole et l’appliquer à une vingtaine de chantiers dans le but d’évaluer les exportations de biomasse et minéralomasse associées aux récoltes,  formuler à l’intention des opérateurs de terrain, des recommandations visant à minimiser les effets potentiels sur l’écosystème forestier.

Sont disponibles ci-dessous trois documents:

  • la synthèse du projet
  • le suivi de l’évolution quantitative des prélèvements et la mesure de leurs conséquences en termes d’exportation d’éléments minéraux, suivis par l’observatoire des pratiques de récolte du bois énergie et évaluation d’outils de flux
  • les recommandations, accompagnées de préconisations techniques (délais à respecter, précautions à prendre, …) à mettre en œuvre.

Synthèse

synthese-gerboise-2018-publiee2019

Observatoire des pratiques de récolte du bois énergie et évaluation d’outils de flux

observatoire-gerboise-2018-publiee2019

Recommandations

Les recommandations sont accompagnées de préconisations techniques (délais à respecter, précautions à prendre, …) à mettre en œuvre.

gerboise-guide-recommandations-2018-publiee2019

Pour en savoir plus : http://www.gip-ecofor.org/gerboise/index.php?sujet=1

Publié par

Grand reportage « Forêts : une ressource à sauvegarder « 

France Culture a réalisé un grand reportage sur les forêts pour le mois de mars 2019, marqué par la journée internationale des forêts.

Jean-Luc Peyron,Directeur du GIP Ecofor est intervenu auprès de Philippe Berger, secrétaire national du SNUPFEN Solidaires, principal syndicat de l’ONF sur le plateau.

Pour écouter l’émission

Pour lire l’article associé:

https://www.franceculture.fr/emissions/grand-reportage/forets-une-ressource-a-sauvegarder

Publié par

Colloque « Dernières innovations sur la plantation forestière »

Présentations

09:30 – 10:10. Introduction

• Mot d’accueil du MAA et de l’ADEME

Introduction de la journée : Contexte et objectifs du colloque. C. Orazio, C. Collet, J-L. Peyron, C. Richter, N. Bilot, J. Fiquepron, E. Sevrin, V; Boulanger, T-E. Helou, H. Le Bouler 

10:10 – 11:50. Session 1 : Des plantations qui respectent l’environnement

Modérateur : C. Deleuze

Un échange entre R&D et praticiens pour éclairer la thématique. H. Jactel, M. Moulin 

• Faut-il préparer le sol ? Ce que nous dit l’observation de la structure du sol. F. Vast, C. Collet, R. Koller, N. Pousse

• Travaux de préparation mécanique du sol lors de la plantation et stocks de carbone du sol. F. Bureau, E. Quibel, D. Derrien, L. Cécillon

• Réponse de la biodiversité à la lutte contre les espèces concurrentes dans les plantations. V. Boulanger, L. Vincenot

13:00 – 14:55. Session 2 : Des plantations qui réussissent

Modérateur : J. Fiquepron

 Un échange entre R&D et praticiens pour éclairer la thématique. C.Richter, C. Sédilot-Gasmi, P. Baron 

Présentation à venir !

• Une attente des praticiens : les plans et leur mise en oeuvre. G Bauchery, F Naudet

• Quelle est la place de la mécanisation dans les itinéraires de plantation. A. Berthelot, L. Cotten, E. Ulrich, C. Richter, C. Collet, P. Pastuszka

Définir une densité de plantation : comment et pour quels objectifs. C. Meredieu, A. Bailly, J-C. Bastien, A. Berthelot, P. Cailly, F. Danjon, J. Fiquepron, S. Girard, N. Marron, D. Merzeau, C. Orazio, P. Pastuszka, A. Raffin, C. Richter, P. Riou-Nivert

Évolution des performances économiques des itinéraires de plantation, sous l’angle des coûts  . J. Pitaud, H. Rakotoarison, E. Ulrich, M. Moulin, L. Cotten, C. Sédilot-Gasmi, J. Piat, N. Dumas, V. Boulanger

15:25 – 17:30. Session 3 : Des plantations qui répondent à la demande sociétale

Modérateur : N. Bilot

Un échange entre R&D et praticiens pour éclairer la thématique. J-L. Peyron, H. Le Bouler

Quelle adoption de l’innovation dans les pratiques de plantation : freins, leviers, canaux de diffusion ? M. Blondet, A. Bouvet, F. de Morogues, C. Richter, C. Collet

Quelles attentes des acteurs vis-à-vis de la plantation ? C. Collet, C. Richter, C. Deleuze, E. Sevrin, J. Thomas, M. Blondet

Innovations dans les modes de financement à la plantation : Pourquoi ? Par qui ? Quelles conséquences ? J. Lenglet, T. Neveu, J. Grimault, S. Hallaire

Programme

programme_complet_v4

Publié par

Ecoforum XXV – Journée débat : Accorder en forêt résilience, biodiversité et bioéconomie : Quelles recherches et innovations ?

Ecofor

Ecofor

Vendredi 14 décembre 2018 de 10h00 à 17h00 (accueil à partir de 9h30) à la Société nationale d’horticulture de France, 84 rue de Grenelle, Paris 7e

Accorder en forêt résilience, biodiversité et bioéconomie : Quelles recherches et innovations ?

Enregistrement audio de la journée

Programme et présentations

9h30-10h00 Accueil des participants
10h00-10h30 25 ans du GIP ECOFOR, sous la coordination de Guy Landmann
10h30-12h45 Comment accorder en forêt résilience, biodiversité et bioéconomie ?Table ronde animée par Pascal Marty (ENS-Lyon, HCERES, Président du Conseil scientifique d’Ecofor

Avec la participation invitée des conférenciers et témoins des conférences thématiques : Emmanuelle Bour-Poitrinal (CGAAER), Luc Charmasson (CSF Bois), Bernard Chevassus-au-Louis (Humanité et biodiversité), Denis Couvet (MNHN), Jean-Luc Dupouey (Inra), Andreas Kleinschmit von Lengefeld (FCBA), Myriam Legay (ONF), Maya Leroy (AgroParisTech), Valérie Masson-Delmote.

  • Résumé des trois conférences :
  • Quelle résilience pour la biodiversité et la bioéconomie forestière ?
  • La biodiversité en forêt est-elle gage de résilience et de bioéconomie ?
  • La bioéconomie est-elle un facteur de résilience et de biodiversité ?

Discussion générale sur la multifonctionnalité des forêts.

12h45-14h00 Déjeuner sur place
14h00-14h30 Une articulation à réaliser entre enjeux forestiers et recherche, par Pascal Marty (Président du Conseil scientifique d’Ecofor) et Jean-Luc Peyron (Ecofor)
14h30-16h30 Quelles recherches et innovations pour quels enjeux forestiers ?

    • quelle place occupe la forêt dans la stratégie des organismes de recherche ?
    • quelle place occupe la recherche dans la stratégie des organismes forestiers ?
    • en quoi la forêt contribue-t-elle aux réflexions sur les questions cruciales relatives à la biodiversité, aux changement globaux, à la bioéconomie ?

Table ronde animée par Jean-Marc Guehl (Président d’Ecofor), avec :

  • Stéphanie Thiébault, Directrice, INEE, CNRS
  • Serge Muller, Professeur, Directeur de l’herbier national, MNHN
  • Guillaume Lescuyer, Représentant le Président du Cirad
  • Philippe Mauguin , Président directeur général, INRA
  • Marc Michel, Président directeur général, Irstea
  • Daniel Bursaux, Directeur général, IGN
  • Gilles Trystram, Directeur général, AgroParisTech
  • Claire Hubert, Directrice générale, CNPF
  • Myriam Legay, Chef du Département Recherche, Développement et Innovation, ONF
  • Georges-Henri Florentin, Directeur général, FCBA
  • Valérie Metrich-Hecquet , Directrice générale DGDE, MAA (ou son représentant)
  • Paul Delduc, Directeur Général , DGALN, MTES (ou son représentant)
16h30-17h00 Clôture
Publié par

Nouveau site Internet pour le GIP Ecofor

ECOFOR

Le GIP Ecofor est heureux de vous présenter son niveau site Internet.

 

Il offre une navigation simplifiée qui, nous l’espérons, rendra votre navigation plus aisée et agréable.

Le site est construit autour des quatre thématiques clés du GIP Ecofor:

  1. Biodiversité et fonctionnement des écosystèmes
  2. Changement climatique et autres risques
  3. Gestion durable et services écosystémiques
  4. Information, innovation et politiques publiques

Parmi les nouvelles fonctionnalités, vous trouverez un filtre par date et lieu dans les rubriques « Manifestations » et « Publications ».

Si vous voulez suivre l’actualité du GIP Ecofor, n’hésitez pas à nous suivre sur Twitter.

Publié par

Action COST Echoes: Country reports

You can find the full version of country reports (if not available, presentations or first overviews of country reports) here :

More about Action COST Echoes : http://www.gip-ecofor.org/cost-echoes-climate-change/.

Publié par

Action COST Echoes: Events

INTERNATIONAL CONFERENCE
Tackling climate change: the contribution of forest scientific knowledge

Date : 21 – 24 May, 2012

Venue : Tours (France)

This international conference focused on the current state of knowledge on climate change impacts on forest ecosystems, services and activities. It highlighted methods and challenges to mitigate or tackle climate change impacts, both before they arise and once they have occured. It showed how climate change and forest sciences address the issues facing forest managers.

The conference was organized by 5 international R&D projects: ECHOES, MOTIVE, BACCARA, REINFFORCE, TRANZFOR

More about Action COST Echoes : http://www.gip-ecofor.org/cost-echoes-climate-change/

Publié par

Action COST Echoes: Group 3: Mitigation

Group 3: Mitigation

Co-ordinator: Prof. Gert-Jan NAABURS & Dr. Maria NIJNIK

Key issue and tasks

Key issue

The issues will be discussed all through the Working Group meetings. The preliminary list of several key issues could be read below.

  • Land-use changes and management,
  • Wood products as carbon stocks,
  • Substitution effects (products, energy),
  • Biomass production for bio-energy.

Regarding stocks and flows:

  • Synthesis of UNFCCC carbon accounts at the national level
  • Models simulating carbon stocks and flows
  • Methods and parameters;
  • Temporary/permanent carbon credits;
  • Leakage and additionallity.

Tasks

Year 1: State of knowledge = one report / country

Year 2 & 3: Work on key issues

  • Carbons account
  • Assessment of the forest’s role
  • Tools
  • Bio-energy

Year 4: Guidelines and recommendations for managers ; identification of needs in the future researches and developments projects

Throughout the duration of the action: updating the national reports

List of members :

  • Lithuania (Lithuanian Forest Research Institute)
  • Czech Republic (IFER – Institute of Forest Ecosystem Research)
  • Ireland (University College Dublin)
  • Netherlands (International Institute for Geo-Information and Earth Observation)
  • Hungary (University of West Hungary)
  • United Kingdom (The Macaulay Institute)
  • Finland (Finnish Forest Research Institute(Metla) ; Finnish Forest Research Institute)
  • Poland (University of Life Sciences. Faculty of Forestry)
  • Croatia (Forest Research Institute)
  • Serbia (Institute of Lowland Forestry and Environment)
  • Slovak Republic (NFC-FRI)
  • France(Inventaire forestier national)
  • Spain (Escuela Politécnica Superior)
  • Greece
  • Estonia (Estonian University of Life Sciences, Institute of Forestry and Rural Engineering)
  • Netherlands (Institute for Forest Growth, University Freiburg)
  • Bulgaria (Forest Research Institute)

More about Action COST Echoes : http://www.gip-ecofor.org/cost-echoes-climate-change/

Publié par

Action COST Echoes: Group 2: Adaptation

Coordinator: Dr. Manfred LEXER

Key issue and tasks

Key issue

The issues will be discussed all through the Working Group meetings. The preliminary list of several key issues could be read below.

Enhancement of stand resistance/resilience and natural adaptation capacity:

  • Soil structure, water balance and nutrient cycle;
  • Species and species/sites combinations threatened by climate change;
  • Risk assessment and management (natural and economic risk);
  • Diversity of stands and stand characteristics including species composition, structure and scale considerations;
  • Production time (maturity) and spacing regime (thinning schedule);
  • Biological and genetic diversity;
  • Interactions between adaptation and conservation issues.

Enhancement of new and renewed stands:

  • Site analyses and mapping;
  • Natural regeneration versus plantation or sowing;
  • Identification and conservation of genetic resources (in/ex situ);
  • New trials (species, provenances, mixed species) and networking of present trials.

Policy measures, instruments and governance:

  • Decision methods under uncertainty, no regret options, decision space between options;
  • Identification of robust silvicultural alternatives;
  • Management planning at the landscape level;
  • Protocols, instruments and indicators for the evaluation of the efficiency of the different measures or recommended practices;
  • Education, training and capacity building;
  • Communication and information.

Tasks

Year 1: State of knowledge = one report / country

Years 2 & 3: Work on key issues

  • Management
  • Tree stands replacement
  • Policies: Assessment of present policy management measures in order to adapt to climate change (survey among countries).
  • Coordination
  • Information / communication

Year 4: Guidelines and recommendations for managers and development projects ; identification of needs in the future researches and development projects

And throughout the duration of the action: updating the national reports

List of memberts :

  • Lithuania (Lithuanian Forest Research Institute)
  • Switzerland (WSL Swiss Federal Institute of Forest, Snow and Landscape Research ; Ernst Basler + Partner, Zurich ; Bern university of applied sciences, forest ecology)
  • Belgium (FUSAGx)
  • Italy (University of Molise ; University of Tuscia – Dept.of Ecology and Sust. Econ.Devel)
  • Bulgaria (University of Forestry – BG)
  • Cyprus
  • Sweden
  • Estonia (Estonian University of Life Sciences)
  • EFI (European Forest Institut)
  • France (Office National des Forêts)
  • Austria (University of Natural Resources and Applied Life Sciences, Vienna; Institute of Silviculture)
  • Finland
  • Germany (Dresden University of Technology Faculty Forest, Geo and Hydro Sciences)
  • Serbia (Institute of Lowland Forestry and Environment)
  • Croatia (Forest Research Institute)
  • Greece (Department of Forestry, TEI Lamia)
  • Germany (Department of Silviculture and Forest Ecology of the Temperate Zones, Georg-August University Göttingen)
  • Lithuania (Lithuanian Forest Research Institute)
  • Slovak Republic (National Forest Centre – Forest Research Institute in Zvolen)
  • Czech Republic (Czech University of Life Sciences, Faculty of Forestry and Wood Sciences, Department of Silviculture)

More about Action COST Echoes : http://www.gip-ecofor.org/cost-echoes-climate-change/

Publié par

Action COST Echoes: Group 1: Impacts

Group 1: Impacts

Coordinator : Professor Heinrich SPIECKER

Key issue and tasks

Key issue

The issues will be discussed all through the Working Group meetings. The preliminary list of several key issues could be read below.

  • Assessment of past impacts on trees, soil, biodiversity and the forest sector
  • Ecosystem functioning: water, carbon and nutrient cycles, productivity, and resistance to drought as a part of the water cycle
  • Ecosystem dynamics: phenology, length of the growing season, distribution of species, population genetics …
  • Natural disturbance regime and hazards: insects, pests, droughts, floods, fires, fungi, storms…

Tasks

Year 1: State of knowledge = one report / country

Year 2 & 3: Work on key issues

  • Monitoring and analysis:
    Models, analyses and scenarios allowing detection, evaluation and understanding of impacts at different spatial and temporal scales or patterns.
    Contributions to the design of a future monitoring taking into account climate change. Criteria and indicators for the evaluation of climate change impacts.
  • Impacts management:
    Guidelines to detect/manage crises/opportunities; identification (nature, location) of risks; crisis and die-back management and communication.
    Valuation methods of present/future losses/gains and losers/winners. Methods taking into account forest products and services, market and non market ones. Preference based approaches (multi-criteria analyses) and monetary valuation are two possible approaches.
  • Communication

Year 4: Guidelines and recommendations for managers ; identification of needs in the future researches and development projects.

Throughout the duration of the action: updating the national reports

List of members :

  • Cyprus (Cyprus Forestry Department)
  • Norway (Department of ecology and natural resource management, Norwegian University of Life Sciences)
  • Slovenia (University of Ljubljana Department of Forestry and Renewable Forest Resources)
  • Slovak Republic (National Forest Centre – Forest research Institute in Zvolen)
  • Spain (Universidad de Oviedo)
  • Belgium (University of Antwerp, Research Group of Plant and Vegetation Ecology)
  • Poland (Forest Research Institute)
  • Serbia (Institute of Lowland Forestry and Environment)
  • France (Ecofor)
  • Estonia (Estonian University of Life Sciences)
  • Italy (CNR-ISAFOM)
  • Greece (Forest Research Institute, National Agricultural Research Foundation)
  • United Kingdom (Centre for Human & Ecological Sciences)
  • Switzerland (WSL)
  • Ireland (University College Dublin UCD School of Biology and Environmental Science)
  • Danemark (Univ. of Copenhagen)
  • Germany (Institute for Forest Growth University Freiburg)
  • Lithuania (Lithuanian Forest Research Institute)
  • Finland (Finnish Forest Research Institute, Suonenjoki Unit)
  • Belgium (Laboratory of forest research and engineering, Université catholique de Louvain)
  • Croatia (Forest Research Institute)
  • Czech Republic (Institute of Systems Biology and Ecology, ASCR, v.v.i.)
  • EFI (European Forest Institute)
  • Finland (Finnish Forest Research Institute)

More about Action COST Echoes : http://www.gip-ecofor.org/cost-echoes-climate-change/

Publié par

Action COST Echoes: Background and objectives

The Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC) fourth assessment report (AR4) has just been completed in 2007 and the three volumes (in correspondence to the three working groups “The Physical science basis”, “Impacts, adaptation and vulnerability” and “Mitigation”) are the important reference in the scientific community.

What’s known…

The link between GES emissions and global warming is now well-known. The understanding of global warming linked with the increase of greenhouse gas emissions is provided with many scientific data.

The impacts of climate change on ecosystems, particularly the impacts of climate change on forests affect and will affect the productivity of forests, the preservation of soil, water regime (droughts in summer and soil hydromorphy in winter and spring, floods), biodiversity, environmental services, etc. Many scientific monitoring programs on forest led for two decades have helped to enrich several existing data basis.
Avoiding climate change impacts will be not possible in the future; adaptation measures have to be developed.

Mitigation is the only well-known way to fight against the climate change, particularly the green house effect, and forests will play a significant role in those mitigation actions.
It consists in reducing the anthropic part of the green house effect, and consequently the global warming. Through the sequestration of carbon in forests by the way of photosynthesis, forestry plays a key role in the mitigation process. Another important contribution of wood is the lower energy consumption then its transformation (compared to aluminium, concrete, etc.) and moreover, wood is the best renewable energy.

What’s unknown…

Socio economic scenarios (SRES scenarios): the large range of scenarios existing to fight the process, clearly shows the importance of the question. Some better scenarios are still expected.

Climate models: the needs of true models as a basis of reflexion for scientists and decision makers are still lacking. Several current projects are currently led but the results are still expected.

Vegetation models: several current projects are currently led but the results are still expected.

Sequestration and substitution: current research is done on these subjects but the way to manage an efficient sequestration, its impacts and consequences on the ecosystems, economy and society aren’t known yet.

What should be done…

Main objectives: to mobilize and integrate the existing scientific knowledge for European forest policymakers and managers

Secondary objectives:

  • Suggesting ways to improve the capacities of prediction about the future of the forest and measuring the importance of unavoidable uncertainties and adapting to them;
  • Elaborating the IPCC objectives concerning the European forest context and supplying a European forest contribution for the next assessment report;
  • Supplying a European forest contribution in the frame of the Kyoto Protocol’s second commitment period;
  • Identifying the needs on future research and development projects.

And how …

The “Action Triangle”: impacts, adaptation and mitigation
The sensitivity of forests determines the potential impacts of climate change and depends on the socio-economic scenario, on the time scale considered and the location.
Forest vulnerability is the result of potential impacts and adaptation capacities on the political and management levels. If impacts can be limited in a short term, forests will be able to mitigate long-term global warming with emission reductions and carbon sinks. This negative feedback will be able to modify the socio-economic scenarios, the atmospheric composition and the climate. Finally, in front of climate change, the forest system can be viewed according to an “Action Triangle”.

Evaluation criteria
– The maintenance of the forest status. It is certainly the least demanding criterion but it largely determines soil and water protection and most of forest tourism and recreation;
– The production and sequestration capacities of wood and carbon. Requiring the conservation of certain productivity;
– The conservation or enhancement of forest biodiversity.

Transversality and specificities
Conceptual progress on interactions between impacts of adaptation to and mitigation of climate change.

Continuous improvement process
Monitoring networks make it possible to know the impacts of climate change. The observed mechanisms are analysed by research on ecosystems and integrated into models. Policymakers could then define the institutional framework of forest management which produces effects observed through the monitoring networks.

More about Action COST Echoes : http://www.gip-ecofor.org/cost-echoes-climate-change/.