Skip to Content

Perceptions, pratiques, gestions traditionnelles et modernes d'un écosystème forestier tropical : les mangroves du nord-ouest de Madagascar. Mise en place d'une méthode d'optimisation des plans de gestion

Coordinateur(s)
Marc Robin, Université de Nantes, IGARUN
Partenaire(s)

IRD

Université de Grenoble

MNHN

Université de Antananarivo

Les écosystèmes de mangrove de par leur position terre-mer sont des espaces boisés, à la biodiversité élevée associant biocénoses halieutique et terrestre. Les mangroves de Madagascar, situées en majorité sur la côte Ouest ouverte sur le canal de Mozambique, sont fortement soumises à des pressions anthropiques croissantes alors qu'elles ont longtemps été considérées comme un milieu hostile, car dangeureuses pour l'homme. Les nouvelles activités (carbonisation, aquaculture, tourisme) qui s'ajoutent aux activités traditionnelles (activités d'extraction locales et commerciales à l'échelle régionale) révèlent des enjeux spatiaux majeurs et se traduisent par de récentes et fortes mutations. De ce fait, les modalités classiques de gestion s'avèrent pour partie obsolètes, tout spécialement dans les secteurs sous forte contrainte, et il devient nécessaire d'élaborer de nouvelles approches. Il est alors indispensalbe d'avoir une connaissance accrue du fonctionnement de l'écosystème mangrove et de ses mutations, en relation avec la nouvelle donne socio-économique.

Cela sera abordée en associant plusieurs méthodes de recherche :

  1. Cette approche repose sur des enquêtes de terrain (questionnaires, observations, comptages) permettant de prendre en compte les acteurs villageois (savoirs et attentes concernant ces espaces vitaux pour le fonctionnement local), les opérateurs économiques (aquaculture, foresterie), les gestionnaires des massifs forestiers (qui, à l'échelle régionale, délivrent des permis de coupe et tentent de contrôler l'abattage illégal) et les administrations centrales concernées.
  2. La caractérisation des formations végétales et de la dynamique du milieu se fera principalement par télédétection. Celle-ci permettra de proposer une cartographie thématique des espaces concernés (échelle de la zone d'étude), mais également d'estimer quantitativement la biomasse de l'écosystème mangrove, indicateur de l'optimum écologique des essences forestières. Les observations de terrain permettront en parallèle d'initier, de valider et de compléter les procédures de traitement numériques des images.
  3. La mise au point d'un modèle conceptuel de données spécifiquement dédié à l'organisation de l'information de nature et d'origine diverses (terrain, télédétection, cartographie existante) collectée sur les écosystèmes à mangrove assurera la pérennité de la démarche en fournissant la base d'un Système d'Information Géographique dont la finalité est double : A) observatoire sur le long terme (initialisation, réactualisation) et B) possibilité de proposer de l'aide intelligente à la décision pour les choix de gestion intégrée des mangroves du Nord-Ouest de Madagascar, selon des scénarii retenus en fonctions des différents diagnostics, dans une optique de développement durable.

 

Situé sur le littoral Nord-Ouest de Madagascar dans la région de Mahajanga (chef-lieu de la province de 200 000 habitants), le projet portera sur les massifs de mangrove bornés, à l'ouest par le village d'Ampitsopitsoka, au nord par la rive nord de la baie de la Mahajamba.