Skip to Content

Colloque - Les systèmes agroforestiers permettent-ils de fonder un développement agricole durable ?

Date
16 Avril 2015
Lieu
Paris, France

Le colloque est organisé par l'Académie d'agriculture de France.

Contexte :

Les systèmes agroforestiers, combinant des pratiques agricoles et/ou pastorales à la gestion d’une végétation arborée pré - existante ou plantée, revêtent des formes très variées dans de nombreux agro - écosystèmes du monde. Noyeraie dauphinoise, pommiers et prairies de Normandie, peupleraies de la vallée du Pô, châtaigneraie corse, « dehesa » et « montado » dans la péninsule ibérique, arganeraie au Maroc, parcs à Faidherbia au Sahel, savanes à karité de l’Afrique de l’Ouest, systèmes complexes des forêts humides d’Indonésie, des « jardins - lakou » haïtiens en constituent autant d’exemples.

Ces systèmes hérités du passé ne sont pas pour autant dépassés. En effet, les agriculteurs familiaux trouvent un intérêt – et une légitimité – à conserver et à gérer les formations forestières et agroforestières, n on seulement pour les produits fournis (bois, fruits, gommes...) autoconsommés ou commercialisés, mais aussi pour une valorisation des fonctions environnementales de ces formations. Les principes agroforestiers trouvent un champ d’application particulièremen t pertinent dans le contexte du développement de l’agroécologie, fondement d’une agriculture durable. Leur rentabilité est renforcée par le développement de filières locales (bois - énergie au Sahel) ou internationales de produits labélisés.

Organisé à l’initiative des sections « productions végétales » et « forêts - filière bois » de l’Académie d’Agriculture de France, ce colloque sur l’agroforesterie des régions tempérées et tropicales , vise à : i) apporter un éclairage sur le fonctionnement (biophysique, e nvironnemental, économique et social) de systèmes agroforestiers ; ii) illustrer quelques perspectives ; iii) identifier les verrous et les moyens de les lever par la recherche.

Le programme est articulé en deux sessions de durée égale suivies chacune d’un e discussion générale, dans laquelle pourra dialogue s’instaurer entre chercheurs des mondes tempéré et tropical, et plus largement entre tous les participants.