Skip to Content

Réponses démographiques des vertébrés aux changements climatiques pertinence d'indicateurs environnementaux et influence des stratégies démographiques et conséquences pour la dynamique de la biodiversité

Le groupe de travail CLIM POP regroupe plusieurs équipes françaises disposant de séries à long terme et des compétences en biométrie afin d'étudier les effets écologiques des variations climatiques et des changements globaux à travers une série de modèles biologiques, des vertébrés supérieurs, vivant dans des milieux terrestres et des milieux marins.

L'objectif est de réunir ces équipes sur une thématique commune, d'harmoniser et de standardiser les méthodes d'analyses afin de comparer les effets potentiels des changements climatiques sur des vertébrés présentant des traits d'histoire de vie contrastés et vivant dans des milieux différents.
Dans le cadre de l'appel à proposition de recherche de l'IFB nous nous voulons répondre à deux questions en particulier,

  1. Est ce que certaines espèces ou groupes zoologiques seront plus susceptibles que d'autres aux changements climatiques selon leur stratégie démographique, et
  2. Quels sont les indicateurs climatiques les plus pertinents, vaut-il mieux utiliser des descripteurs globaux (comme NAO ou ENSO) ou des descripteurs locaux pour expliquer l'influence de la variabilité environnementale sur la démographie des espèces.

Pour répondre à ces questions less auteurs ont analysé de façon transversale l'ensemble de leurs bases de données en utilisant les méthodes les plus récentes disponibles actuellement au cours de plusieurs ateliers qui réuniront l'ensemble du groupe CLIM POP ainsi que les meilleurs spécialistes européens.

Coordinateur(s)

Henri Weimerskirch, CNRS - Laboratoire d'Aérologie UPS
Christophe Barbraud, CNRS - Laboratoire d'Aérologie UPS
Stéphanie Jenouvrier, CNRS - Laboratoire d'Aérologie UPS

Partenaire(s)

CNRS - Biométrie et Biologie Evolutive
CNRS - Laboratoire d'Ecologie
CNRS - CEFE
CNRS - Laboratoire de Parasitologie Evolutive
University of Oslo
University of Trondheim
Institute of Ecology Heteren
Université de Cambridge

Financeur(s)
MEDD
Budget
80 000 € TTC
  • Impacts