Posted on

Atelier REGEFOR 2017 « Émergence de bioagresseurs en forêt »

Atelier REGEFOR

« Émergence de bioagresseurs en forêt : comment identifier et atténuer les risques ? »

Les 20, 21 et 22 juin 2017
Centre Inra de Nancy-Lorraine – Campus de Champenoux

S’il est vrai que forêts ont gagné beaucoup de terrain depuis le début du 19ème siècle – elles couvrent à présent environ un tiers de la superficie de France métropolitaine, elles ont fait face depuis quelques décennies aux émissions polluantes soufrées et azotées à présent en recul, et, de plus en plus nettement, aux effets du réchauffement climatique. Une autre préoccupation majeure porte sur l’émergence de nouveaux bioagresseurs, qui causent des dépérissements et des maladies des arbres forestiers. Les causes de ces émergences sont multiples : changement climatique, modification des pratiques sylvicoles, introduction de bioagresseurs exotiques. Les introductions sont liées à l’intensification des échanges internationaux, qui supprime de nombreuses barrières naturelles à la dispersion des organismes, et entraîne une redistribution de nombreuses espèces animales, végétales et microbiennes entre continents. Certains de ces bioagresseurs (il peut s’agir d’insectes, de nématodes, de champignons, de bactéries ou de virus phytopathogènes) entraînent des pertes économiques importantes et constituent une menace pour la conservation de la biodiversité. Au-delà de ces effets sur la production de bois, l’intégrité de l’écosystème tout entier peut-être menacé (son fonctionnement, sa biodiversité) et, à travers elle, la production des biens et services rendus à la société.

La chalarose du frêne, la pyrale du buis, la maladie des bandes rouges des pins, le cynips du châtaignier, sont quelques-unes des espèces émergentes récentes en France métropolitaine. D’autres maladies et ravageurs, telles le nématode du pin maritime, le flétrissement américain du chêne, la « mort subite du mélèze » ou encore l’agrile du frêne, constituent une menace majeure ou sont à nos portes.

Ces bioagresseurs sont au centre des préoccupations des acteurs institutionnels de la surveillance phytosanitaire , et préoccupe de plus en plus les gestionnaires forestiers.

L’Atelier REGEFOR 2017 a présenté un état des connaissances sur les principaux bioagresseurs émergents en forêt. Il s’est intéressé à la gestion à court terme des risques, aux méthodes de détection, de surveillance et de lutte, ainsi qu’aux perspectives à long terme d’adaptation des écosystèmes forestiers aux nouveaux bioagresseurs. Il a été l’occasion d’échanger sur le dispositif en place pour contenir les risques, au sein duquel la réglementation phytosanitaire a une place importante.

Organisé par l’Inra, AgroParisTech, l’Université de Lorraine, le GIP Ecofor, le DSF et l’ONF, l’Atelier comportait des sessions de présentations synthétiques, des temps de discussion ainsi qu’une tournée de terrain. Il a donné lieu à un numéro en accès libre de la Revue forestière française et à d’autres actions de diffusion.

Le programme du colloque est disponible ici

Les présentations sont téléchargeables ci-dessous: 

Mardi 20 juin 2017

Ouverture de l’atelier ReGeFor 2017

Erwin Dreyer (Inra Nancy)

Guy Landmann (GIP Ecofor)

Définition et concepts de la problématique de l’émergence des maladies et bioagresseurs, Cécile Robin (Inra Bordeaux)

Evolution du paysage sylvosanitaire au cours des 30dernières années , Louis-Michel Nageleisen (DSF)

Session1 : Introductions de bioagresseurs exotiques

Exposé introductif : Etat actuel des introductions et de la propagation en Europe des bioagresseurs exotiques liés aux plantes ligneuses, Alain Roques (Inra Orléans)

Introductions d’insectes en Europe et Amérique du Nord –Quel rôle joue l’effet Allee ? , Jean-Claude Grégoire (Université Libre de Bruxelles)

Stratégies de lutte biologique contre les insectes invasifs, Marc Kenis (CABI, Delémont, Suisse)

Emergence des Phytophthoras forestiers, Simone Prospero (WSLZurich)

Emergence de la Chalarose en France, Claude Husson (InraNancy)

Est-il possible de tirer des enseignements d’introductions anciennes ? L’exemple de la graphiose de l’orme, Dominique Piou (DSF)

Mercredi 21 juin 2017

Session 2 : Effet de la sylviculture, choix des essences,des provenances, des variétés

Exposé introductif : Effet de la diversité des forêts sur leur résistance aux insectes ravageurs natifs et exotiques,  Hervé Jactel (Inra Bordeaux)

Prise en compte des bioagresseurs dans les programmes d’amélioration des arbres, Catherine Bastien (Inra Orléans)

Caractérisation des interactions entre un ravageur émergent en France, le puceron lanigère du peuplier, et son arbre-hôte –  Aurélien Sallé (Université d’Orléans)

Emergence de maladies sur peupliers ou la course aux armements entre l’améliorateur et les maladies – Pascal Frey (Inra Nancy)

Session 3 – Effet du changement climatique sur l’émergence de bioagresseurs

Interactions entre changement climatique et agents pathogènes, Benoit Marçais (Inra Nancy)

Interactions entre changement climatique et ravageurs, Louis-Michel Nageleisen (DSF)

Réponses des insectes forestiers méditerranéens phytophages au changement climatique, Thomas Boivin (Inra Avignon)

• Atelier 1. Les pépinières forestières, un acteur incontournable de la filière

Animateurs : Cécile Robin (Inra Bordeaux), Olivier Forestier(ONF, PNRGF, Guémené-Penfao), Claude Husson (Inra Nancy)

Panel d’intervenants : Vincent Naudet (pépinières Naudet, Président du Syndicat National des Pépiniéristes Forestiers), Isabelle Wininger (pépinières Wadel-Wininger), Mme Dominique Barry-Etienne, (Société Alcina), Benoit Marçais (Inra Nancy)

Atelier 2. Emergence de bioagresseurs sur arbres hors forêt (parcs & jardins)

Animateurs : Marie-Reine Fleisch (AgroParisTech Nancy), Maxime Guérin (Plante & Cité)

Panel d’intervenants : Jean-Christophe Reuter (Métropole du Grand Nancy), Sébastien Diette (Société Alcina), Sylvie Tourrel (SRAL PACA)

Atelier 3. Les sciences participatives peuvent-elles contribuer au diagnostic et à la surveillance des bioagresseurs ?

Animateurs : Christophe Roturier (INRA Paris),Anne Dozières (Vigie-Nature, MNHN), Pascal Frey (Inra Nancy)

Panel d’intervenants : Jean-Claude Martin (Inra Avignon), Mathieu de Flores (OPIE), Pascale Frey-Klett (Inra Nancy)

Jeudi 22 juin 2017

Restitution des 3 ateliers par les animateurs/rapporteurs

Session 4 : Réglementation, surveillance et évaluation du risque phytosanitaire

Organismes de quarantaine forestiers : analyse des risques et mesures phytosanitaires, Andrei Orlinski (OEPP Paris)

Réglementation et stratégie de surveillance phytosanitaire en France, Frédéric Delport (DGAL, DSF) & Juliette Auricoste (DGAL, Bureau de la Santé des Végétaux)

Surveillance des bioagresseurs émergents en forêt :stratégie et organisation du Département de la Santé des Forêts (DSF), Frédéric Delport (DGAL, DSF)

La protection de la forêt en Suisse – science et politique, Valentin Queloz (WSL Zurich)

Méthodes de détection des bioagresseurs de quarantaine, Renaud Ioos (Anses LSV Nancy)

Posted on

BGF – Colloque de restitution des projets 2010 et de lancement des projets 2014

Date
5 Juin 2014 – 6 Juin 2014
Lieu
Nancy, France

Ouverte à tous (chercheurs, gestionnaires, décideurs, associatifs, étudiants…), cette rencontre a pour
objet principal l’échange entre scientifiques et gestionnaires autour des huit projets de l’appel à proposition de recherche lancé en 2010 et des nouveaux projets issus de l’appel «Biodiversité, gestion forestière, changement climatique et politiques publiques » de 2013.

Le recueil des résumés de ce colloque final ainsi que les présentations de la journée sont disponibles sur http://bgf.gip-ecofor.org/index.php?sujet=evenements

Posted on

Ateliers REGEFOR 2011 « Les services écosystémiques rendus par les forêts »

Thème
Gestion durable des forêts
Date
14 Juin 201116 Juin 2011
Lieu
Champenoux (Nancy)

Après les deux premières éditions des Ateliers Recherche et Gestion forestière (« Forêts mélangées : quels scénarios pour l’avenir ? » en 2007 et « La forêt face aux défis énergétiques » en 2009), le GIP ECOFOR et le Pôle Forêt-Bois de Nancy ont organisé les 14, 15, et 16 juin 2011 les Ateliers REGEFOR 2011 dont le thème a été :

Les services écosystémiques rendus par les forêts

Programme et informations pratiques ainsi que la troisième annonce ici

Vous trouverez ci-dessous en téléchargement les présentations disponibles des trois journées:

Mardi 14 juin – Session 1 : Service écosystèmiques : une introduction Résumés PPT
Services écosystémiques : concepts et typologie
Bernard Chevassus-au-Louis, IGA
   
Biodiversité, fonctionnement et services rendus par les écosystèmes
Nathalie Frascaria-Lacoste, UPS Orsay
   
Vers le paiement des services écosystémiques?
Anne Stenger, LEF, UMR INRA/AgroParisTech
   
Mardi 14 juin – Session 2 : Biodiversité
Les ressources génétiques, un réservoir pour les services de production et une dynamique pour la gestion des incertitudes
François Lefèvre, URFM-INTA Avignon
   
Mesures et incitations environnementales en faveur de la biodiversité forestière, en particulier en site Natura 2000
Lucile Rambaud, MEDDTL
   
Les modalités de compensation des pertes de biodiversité en forêt
Marc Barré, CDC Biodiversité
   
Mercredi 15 juin – Session 3 : Stockage de Carbone
Forêts, changement climatique et cycle du carbone
Valentin Bellassen, CDC Climat
   
Les marchés du carbone pour le secteur forestier
Marianne Rubio, ONF et Mariana Deheza, CDC Climat
   
Mercredi 15 juin – Session 4 : Forêts et Eau
La forêt, l’eau et la gestion forestière
André Granier, UMR-EEF, INRA/Nancy-Université
   
Des forêts pour l’eau potable : l’eau paiera-t-elle?
Julien Fiquepron, CNPF et Olivier Picard, IDF
   
Mercredi 15 juin – Session 5 : Aménités
Analyse des services rendus par la chasse en forêt
Philippe Ballon, Dominique Vollet et Ludovic Ginelli, Cemagref
   
L’ouverture des forêts au public : regards croisés sur une service récréatif
Jeoffrey Dehez, Cemagref
   
Les déterminants de la valeur récréative des forêts : l’exemple de la Lorraine
Jens Abildtrup, Serge Garcia, LEF, INRA-Nancy/AgroParisTech
   
Biodiversité, services écosystémiques et nature en ville
Laurent Simon et Richard Raymond, UMR LADYSS CNRS Université Paris 1
   
Mercredi 15 juin – Session 6 : Ateliers : Présentations volontaires et discussions
Atelier 1 : Les services écosystémiques, entre exploration du fonctionnement des (socio) écosystèmes et monétarisation, entre attraits et peurs
Animateur : Anne Teyssèdre, chargée de médiation scientifique

Contributions:
Samantha Bailey :
Effets des éléments boisés sur les populations d’abeilles sauvages dans différents paysages agricoles

Alain Persuy : Roles et services écosystémiques des forêts pictocharentaises

Marion Peguin : Services écologiques fournis par les forêts françaises

 

Atelier 2 : Evaluation et paiement des services écosystémiques
Animateur : Jean-Luc Peyron, Ecofor

Contributions :
Elodie Brahic :
Pourquoi et comment allouer des contrats de conservation de la biodiversité par enchère?

Vincent Boulanger, Hanitra Rakotoarison : Evaluation des coûts de la conservation de la biodiversité dans les forêts domaniales : cas des chênes sessiles en France

Patrice Valantin : Experiméntation Outil pour le Paiement des Services Ecosystémiques (PSE)

 

 

Atelier 3 : Les usages récréatifs
Animateur : Anne-Marie Granet, ONF

Contributions:
Anne-Marie Granet :
Fréquentation et représentations de la forêt en France. Caractéristiques et évolutions au plan national 

Bruno Maresca : La fonction récréative de la forêt : de la fréquentation des sites aux services rendus par la forêt, en passant par les prix hédoniques. Formes de questionnement et méthodes d’évaluation

   Atelier 4 : Modélisation et simulation des différents services écosystémiques
Animateur : Mathieu Fortin, INRA

Contributions:
Pau Brunet Navarro, Mathieu Fortin, Holger Wernsdorfer, Yves Ehrhart et François Ningre :
Evaluer le bilan de carbone d’un massif forestier

Marc Fuhr, Thomas Cordonnier, Nicolas Clouet : Gestion multifonctionnelle des forêts de montagne – Quels compromis entre les fonctions de protection et de conservation? 

Nicolas Robert et Anne Stenger : Produire du bois, préserver la biodiversité, accueillir le public ou stocker du carbone : faut-il choisir?

Jeudi 16 juin – Session 7 : Synergies et conflits entre services    La production de bois en forêts publiques entre services écosystémiques, adaptation et atténuation du changement climatique
Jean-François Dhôte, ONF

Synergies et contradictions entre production de bois et autres services écosystémiques rendus à la société : le cas de la forêt privée
Olivier Picard, IDF  Jeudi 16 juin – Session 8 : Synthèses, perspectives et débat finalComptes rendus d’Ateliers

Posted on

International Scientific Conference : « The European Forest-Based Sector : Bio-Responses to Address New Climate and Energy Challenges ? »

Thème : Changement climatique

Date : 06 Novembre 2008 – 08 Novembre 2008

Lieu : Nancy, France

Contexte et objectifs

La filière forêt-bois se trouve placée à l’intersection entre deux grandes crises intimement liées entre elles, l’une climatique et l’autre énergétique. La crise climatique résulte du renforcement de l’effet de serre : les gaz qui en sont responsables, notamment le dioxyde de carbone, sont émis en quantités bien supérieures à celles susceptibles d’être assimilées durant la même période par la biosphère et l’océan. La crise énergétique est quant à elle la conséquence d’un épuisement progressif des ressources fossiles les plus accessibles, dont l’exploitation contribue par ailleurs au renforcement de l’effet de serre ; elle se traduit par une hausse du prix de l’énergie qui profite en particulier aux ressources renouvelables.

Or, la forêt fixe puis stocke du carbone, tandis que les produits à base de bois prolongent le stockage, nécessitent peu d’énergie pour leur transformation et possèdent un fort potentiel énergétique. Ces aptitudes conduisent à s’interroger sur le rôle que peut et doit jouer la filière forêt-bois pour atténuer, dans la limite de ses possibilités, l’une et l’autre des deux crises qui viennent d’être mentionnées.

La capacité des forêts à lutter contre l’effet de serre a été reconnue tant par les travaux du Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC) que par la Convention Cadre des Nations Unies sur le changement climatique et son Protocole de Kyoto. Cependant, elle n’a pas été prise en compte de façon complète. Ainsi, le stockage de carbone dans les produits de la forêt et la substitution du bois à d’autres matériaux ou sources d’énergie ne sont pas traités à leur juste valeur. Ce constat conduit à réexaminer l’ensemble des deux contributions géochimique et institutionnelle de la filière forêt-bois à la lutte contre l’effet de serre.

Alors que se préparent de nouveaux engagements pour l’après 2012, il s’avère particulièrement utile de mettre à disposition des négociateurs le maximum d’éléments objectifs permettant de préciser le rôle que tient la filière forêt-bois dans les processus physiques du cycle du carbone, dans la concurrence entre le bois et les autres matériaux et sur le marché de l’énergie.  

Thèmes et sujets de réflexion

1. La forêt : puits de carbone

1.1. Le Protocole de Kyoto prend en compte les conséquences du changement d’affectation des terres (boisement, reboisement, déboisement) sur les variations nettes des émissions de gaz à effet de serre (article 3.3). Il ouvre également la possibilité de tenir compte d’une partie des effets de la gestion forestière sur le réservoir de carbone (article 3.4). Il est le résultat d’une difficile négociation entre de multiples parties et intérêts et débouche sur des règles complexes de comptabilisation. Il s’agit donc de confirmer et, le cas échéant, d’améliorer, de simplifier et d’étendre les modalités de prise en compte du puits forestier.

1.2. Le rôle exact des forêts par rapport aux évolutions du climat et de l’atmosphère s’exprime d’abord au niveau du cycle du carbone : le carbone fixé par photosynthèse et non relâché par la respiration de la plante est stocké jusqu’à sa réémission éventuelle vers l’atmosphère par décomposition ou combustion. La forêt influe également sur les cycles de l’eau, de l’ozone, voire d’autres gaz à effet de serre, et par ses propriétés vis-à-vis de la lumière (albédo). Par ailleurs, les changements globaux viennent modifier le fonctionnement courant des écosystèmes forestiers (peuplements, sols) et par conséquent le cycle du carbone. Ils font aussi peser la menace d’un renforcement des événements extrêmes susceptibles d’altérer ce fonctionnement. Un bilan d’ensemble mérite donc d’être dressé de manière à appréhender le rôle exact des forêts vis-à-vis des évolutions du climat et de l’atmosphère, pour en tirer le meilleur parti, l’expliquer et le défendre.

1.3. Indépendamment des stratégies en faveur des produits forestiers (thèmes 2 et 3), le sylviculteur peut renforcer l’efficacité de la séquestration par des interventions appropriées. Il peut aussi réduire les impacts néfastes du changement climatique par des mesures de prévention, c’est-à-dire d’adaptation. Il est utile de noter que la distinction entre les effets de la gestion et ceux d’autres processus naturels ou humains (dépôts azotés d’origine atmosphérique, augmentation de la concentration atmosphérique en dioxyde de carbone, structure des âges des arbres forestiers) reste une question sujette à débats.

1.4. A partir de cette analyse des règles actuelles, de ce retour sur les processus biogéochimiques en cause et des possibilités d’action forestière, il est possible de discuter des stratégies, politiques et mesures, internationales, communautaires ou nationales, susceptibles de conforter les forêts en tant que puits de carbone.

2. Les produits du bois : stockage de carbone et économie d’énergie

2.1. En l’état actuel, le Protocole de Kyoto ne prend pas en compte explicitement le stockage de carbone dans les produits en bois, ni le fait que le bois requiert assez généralement moins d’énergie pour sa transformation que ses concurrents directs. Un enjeu de demain consiste donc à quantifier les atouts du bois et élaborer un système qui les intègre. La palette des produits concernés tend aujourd’hui à se diversifier en direction de la chimie verte et de nouveaux matériaux composites capables de pénétrer les secteurs médical, pharmaceutique, alimentaire, électronique, textile… sans compter le domaine de la bio-raffinerie (thème 3).

2.2. Pour une comparaison efficace entre le bois et ses principaux concurrents, l’analyse de cycle de vie des produits mérite d’être développée et généralisée de manière à toucher de multiples débouchés et à balayer des critères variés dont, bien entendu, celui du bilan carbone.

2.3. Il importe aussi de réduire les inconvénients pesant sur certaines formes d’exploitation et de transformation du bois. Cela peut être fait en assurant une gestion durable des forêts, en limitant les exploitations illégales de bois, en mettant en œuvre, chaque fois que nécessaire, une traçabilité des produits, en réduisant le nombre et la nocivité des produits chimiques utilisés pour le collage et la préservation du bois.

2.4. A partir de cette analyse de la situation actuelle, du cycle de vie des produits et des obstacles qui pourraient gêner une meilleure prise en compte des produits en bois dans la lutte contre l’effet de serre, il convient de discuter des stratégies, politiques et mesures, internationales, communautaires ou nationales, susceptibles de conforter les produits en bois dans leur rôle de stockage de carbone et d’économie d’énergie.

3. La filière forêt-bois : source d’énergie renouvelable

3.1. Contrairement aux énergies fossiles, le bois constitue une ressource renouvelable à une échelle de temps compréhensible par un être humain. Récolté dans le cadre d’une gestion raisonnée, les émissions qu’il engendre sont compensées par la croissance forestière. Le Protocole de Kyoto ne décompte pas les émissions issues de la combustion de la biomasse. Le bois est susceptible d’être utilisé à titre énergétique de multiples façons et à différents stades de la transformation. Les nouvelles technologies de la bio-énergie se développent, à partir des ressources lignocellulosiques (parmi lesquelles le bois) ; elles interviennent en particulier dans le cadre de bio-raffineries accolées à des papeteries.

3.2. Les différentes possibilités de production d’énergie à partir du bois brut, des produits connexes des industries du bois, d’anciens produits connexes devenus primordiaux, de produits en fin de vie, pour la chaleur, l’électricité ou le carburant, méritent que des bilans multicritères soient établis, en termes énergétiques, certes, mais aussi économiques, écologiques et sociaux de manière à fournir les meilleures informations aux décideurs.

3.3. Dans plusieurs pays européens, les forêts sont insuffisamment exploitées par rapport à la production biologique nette tandis qu’apparaît une forte demande d’énergie à partir de la biomasse. Les ressources effectivement disponibles doivent être estimées selon leur localisation, le milieu naturel, leur gestionnaire et les débouchés possibles. L’objectif est d’équilibrer la demande et l’offre dans le respect des contraintes écologiques et du développement durable. Il s’agit d’éviter tout risque de surexploitation. Les conflits éventuels entre fonctions des forêts et entre différents usages des sols (forêt versus agriculture et friches) doivent être analysés et des solutions proposées

3.4. A partir de cette analyse de la situation actuelle, des sources et des attentes de bio-énergie, il convient de discuter des stratégies, politiques et mesures, internationales, communautaires ou nationales, qui permettront de tirer au mieux parti des possibilités offertes par le bois pour la satisfaction des besoins énergétiques et, dans le même temps, dans la lutte contre l’effet de serre.

Comité d’organisation

Sous l’égide du Ministère de l’agriculture et de la pêche (Map) et avec la participation de la Commission européenne, le comité d’organisation associe des représentants des principales institutions françaises concernées par le sujet : Ministère de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de l’aménagement du territoire (Meeddat), Mission interministérielle de l’effet de serre (Mies), Conseil général de l’agriculture, de l’alimentation et des espaces ruraux (Cgaaer), Groupement d’intérêt public Ecofor, Centre de Nancy de l’Ecole nationale du Génie rural, des eaux et des forêts (Engref-AgroParisTech), Office national des forêts (Onf), Centre national professionnel de la propriété forestière (Cnppf), Société forestière de la Caisse des dépôts et consignations (Sf-Cdc), Institut national de la recherche agronomique (Inra), Centre technique Forêt, cellulose, bois-construction, ameublement (Fcba), Cemagref, Inventaire forestier national (Ifn), Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), Fédération nationale des Propriétaires forestiers de France (Fpf), Fédération des pâtes, Syndicat des sylviculteurs du Sud-Ouest (Sysso), Fédération nationale des communes forestières (FNCoFoR).

Conseil scientifique

Le conseil scientifique est présidé par Yves Birot, par ailleurs président du Conseil scientifique de plusieurs organismes. Il a été président de l’Institut forestier européen et président du Conseil scientifique de la Plate-forme technologique européenne Forêt-bois-papier.

En font également partie :
  • Dr Annemarie Bastrup-Birk (Université de Copenhague – Danemark),
  • Philippe Ciais (Laboratoire des Sciences du Climat et de l’Environnement, Gif/Yvette – France),
  • Emil Cienciala (Institute of Forest Ecosystem Research, Jilove u Prahy – République tchèque),
  • Giacomo GRASSI (Joint Research Centre European Commission, Ispra – Italie),
  • Wernz Kurz (International Union of Forest Research Organizations – Canada),
  • Marcus Lindner (European Forest Institute, Forest Ecology and Management Programm, Joensuu – Finlande),
  • Denis Loustau (INRA Bordeaux – France),
  • Dr Maria Nijnik Serg (The Macaulay Institute, Aberdeen – Royaume Uni),
  • Leena Paavilainen (Metla, Institut finnois de recherche forestière, Helsinki – Finlande),
  • Piotr Paschalis Jakubowicz (SGGW, Université des sciences de la vie de Varsovie – Pologne),
  • Jim Penman (Defra, Department for Environment, Food and Rural Affairs – Royaume Uni)
  • Davide Petenella (Université de Padoue – Italie),
  • Jean-Christophe Pouët (ADEME, Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie, Angers – France),
  • Giuseppe Scarascia (président du Conseil Scientifique de la Plateforme Technologique Européenne Forêt-Bois-Papier),
  • Prof. Kai Sipilä (VTT, Centre de recherche technique de Finlande, Espoo – Finlande).


Retrouvez en téléchargement ci-dessous:

  • Le programme de la conférence (version FR et ENG)
  • Les résumés des présentations FR-ENG
  • La synthèse scientifique de la conférence (version FR et ENG)
  • Le rapport IISD (version FR et  ENG)
Posted on

REGEFOR 2007, Atelier Recherche et Gestion Forestière « Forêts mélangées : quels scénarios pour l’avenir ? »

Thème : Forêts hétérogènes

Date : 26 Juin 2007 – 28 Juin 2007

Lieu : Nancy (Champenoux)

Logo REGEFOR

 

Formule renouvelée des Journées scientifiques et techniques de l’INRA Champenoux qui l’ont précédé, l’Atelier recherche et gestion forestières (REGEFOR) se veut un lieu d’échange entre la communauté scientifique et la communauté forestière, une occasion de formation professionnelle forestière également. Il est co-organisé par Ecofor et le pôle forêt-bois de Nancy (INRA, ENGREF, Université Henri Poincaré).

Pour sa première édition, il a rassemblé 100 participants, chercheurs et gestionnaires, autour de la question suivante :

Forêts mélangées, quels scénarios pour l’avenir ?

Les forêts mélangées posent de multiples questions de gestion, d’exploitation et de recherche et bénéficient aujourd’hui d’une image très favorable : elles diminueraient les risques liés aux aléas naturels et aux diverses actions de l’homme, amélioreraient la biodiversité et offriraient une option économiquement intéressante.

Comité scientifique : Philippe Balandier, Cemagref, Jacques Becquey, CNPPF, Christine Deleuze, AFOCEL, Thomas Cordonnier, ONF, Jean-François Dhôte, INRA-LERFoB, Alain Franc, INRA, Jean-Christophe Hervé, IFN, et Richard Michalet, Université de Bordeaux 1.

Structure permanente d’organisation : Frédéric Lapeyrie, Président du centre INRA Nancy, Michelle Cussenot, INRA, Erwin Dreyer, INRA, Daniel Epron, Nancy Université – UHP, Mériem Fournier, ENGREF, Sandrine Landeau, ECOFOR, Guy Landmann, ECOFOR et Corinne Weigerding, INRA

 

En attendant la publication des actes dans la Revue forestière française, vous pouvez consulter et/ou télécharger ci-dessous les résumés et les supports de présentation des interventions et posters :

Heure Titre de l’intervention
Nom de l’intervenant  
Résumé
Ppt
Mardi 26 juin 2007
Session 1 : Enjeux et problématiques. Présidée par Etienne Roger, CRPF Lorraine Alsace
13h30 Les forêts mélangées en France métropolitaine : caractérisation à partir des résultats de l’Inventaire forestier national Jean-Christophe Hervé, François Morneau et Cédric Duprez, IFN Fichier à télécharger Fichier à télécharger
14h10 Le mélange et le gestionnaire Jérôme Bock et Thierry Sardin, ONF, et Jacques Becquey,CNPPF-IDF Fichier à télécharger Fichier à télécharger
14h50 Quelques flâneries à propos des forêts hétérogènes Alain Franc, INRA Fichier à télécharger Fichier à télécharger
Session 2 : Les forêts mélangées sont-elles plus résistantes, plus résilientes que les autres ? Présidée par Christophe Voreux, AgroParisTech/ENGREF
16h00 Les interactions entre espèces dans les mélanges illustrées par le cas des feuillus et des conifères dans les forêts de montagne Richard Michalet, Université de Bordeaux 1, Jean-Philippe Pagès et Patrick Saccone, Cemagref Fichier à télécharger Fichier à télécharger
16h20 Forêts mélangées et maintien de la diversité biologique François Lefèvre Fichier à télécharger Fichier à télécharger
16h40 Dynamique des litières foliaires en peuplements purs et mélangé de chêne et de hêtre Mathieu Jonard, Frédéric André et Quentin Ponette, Université catholique de Louvain Fichier à télécharger Fichier à télécharger
17h00 Le mélange d’espèce est-il favorable à la diversité végétale ? Stéphane Barbier, Frédéric Gosselin et Philippe Balandier, Cemagref Fichier à télécharger Fichier à télécharger
17h20 Pourquoi les forêts mélangées sont plus résistantes aux attaques d’insectes ravageurs ? Hervé Jactel et Eckehard Brockerhoff, INRA Fichier à télécharger Fichier à télécharger
17h40 Mélanges d’espèces et changement climatique Myriam Legay et Thomas Cordonnier, ONF et Jean-François Dhôte, LERFoB Fichier à télécharger Fichier à télécharger
18h00 Mélanges et tempêtes Francis Colin, Yves Brunet, INRA, Isabelle Vinkler, ENGREF, Jean-François Dhôte, LERFoB Fichier à télécharger Fichier à télécharger
Mercredi 27 juin 2007
Session 3 : Ateliers de discussion
8h30 Ateliers en groupes restreints (20 à 25 personnes) mêlant chercheurs et gestionnaires. Trois thèmes proposés :

Enjeux et scénarios : Qu’attend-on du mélange ? Où sont les enjeux ? Quels scénarios se dessinent ? Quelles fonctions veut-on privilégier ? Quels sont les points qui nécessitent des recherches ?

Aménagement et aide à la décision : Comment aménager les forêts mélangées ? Quels outils d’aide à la décision sont nécessaires (outil de description, de suivi, de modélisation, d’évaluation économique) ? Quel est l’apport actuel et potentiel de la modélisation et des données en amont ? Quels outils devraient être créés, développés ou améliorés ? Avec quels apports de la recherche ?

Pilotage sylvicole : Comment constituer, doser et maintenir le mélange ? Quelles phases du cycle sylvicole doivent faire l’objet d’une attention particulière ou de progrès techniques ? Comment déterminer les interventions nécessaires et suffisantes ? A quel rythme peut-on faire évoluer le mélange ? A quelles échelles faut-il considérer le mélange ? Comment traiter les différentes situations existantes (diversification des peuplements purs, pilotage des mélanges acquis au stade de la régénération, essences minoritaires précieuse) ?

Session 4 : Forum d’échange. Présidée par Guy Landmann, ECOFOR
14h00 Quatre « modules thématiques » ont été proposés avec des présentations orales brèves et la présentation éclair de posters (voir liste ci-dessous) :

  • Programmes de recherche et groupes de réflexion sur les forêts mélangées. Présidé par Guy Landmann, ECOFOR
  • Fonctionnement et dynamique des écosystèmes. Présidé par Georges Kunstler, Cemagref
  • Sylviculture. Présidé par Eric Lacombe, LERFoB
  • Dispositifs expérimentaux. Présidé par Isabelle Vinkler, LERFoB

Après ces échanges, une heure a été consacrée aux discussions libres autour de « stands » : posters, présentation d’ouvrages, etc.

Liste des exposés et posters au forum :

Programmes de recherche et groupes de réflexion sur les forêts mélangées. Guy Landmann, ECOFOR
Les programmes « biodiversité et gestion forestière » et « forêts hétérogènes » Guy Landmann, ECOFOR Fichier à télécharger
Le projet « Bases d’une gestion durable des forêts mélangées : écophysiologie, croissance et démogénétique des espèces constitutives » du programme ECOGER Erwin Dreyer, INRA Fichier à télécharger
ConForest : the question of CONversion of coniferous FORESTs. Présentation du groupe soutenu par l’EFI. Christine Deleuze, AFOCEL Fichier à télécharger Fichier à télécharger
Groupe de travail « traitements irréguliers » de l’IDF Jacques Becquey, CNPPF
« Coopération pour un renouveau sylvicole » Michel Bailly, Forêt wallonne
L’association « pérennité forestière en Bretagne » Alain Cozic, PFB
Fonctionnement et dynamique des écosystèmes. Georges Kunstler, Cemagref
Effet de l’ouverture du couvert sur le bilan de carbone et les propriétés hydrauliques de semis naturels de hêtre et d’érable sycomore Blandine Caquet et Pierre Montpied, UMR EEF, Têté Barigah et Hervé Cochard, UMR PIAF, Catherine Collet, LERFoB, Daniel Epron, UMR EEF Fichier à télécharger
Reconstitution d’un peuplement mélangé – Apports de l’Observatoire des dynamiques naturelles après tempête dans les peuplements mités Linde van Couwenberghe, Eric Lacombe et Annabelle Mengin, LERFoB Fichier à télécharger Fichier à télécharger
Effet du mélange de litière sur la décomposition et la restitution de l’azote : cas d’étude en futaie régulière pure et mélangée Michaël Aubert et Fabrice Bureau Fichier à télécharger Fichier à télécharger
Comportement hybride de cinq espèces feuillues tempérées en peuplement mélangé : distribution des racines fines (poster) Marion Zapater, Cédric Barlet, Yves Lefèvre, Nathalie Bréda et André Granier, UMR EEF Fichier à télécharger
Comportement hydrique des arbres d’une jeune futaie mélangée lors d’une sécheresse estivale (poster) Marion Zapater, Cédric Barlet, Nathalie Bréda et André Granier, UMR EEF Fichier à télécharger
Développement en concurrence des houppiers de différentes espèces : approche expérimentale sur hêtre, frêne et érable sycomore (poster) Noël Le Goff, Jean-Marc Ottorini et Catherine Collet, LERFoB, Pierre Montpied et Didier Le Thiec, UMR EEF Fichier à télécharger Fichier à télécharger
Diversité intra-spécifique des caractéristiques hydrauliques du hêtre Têté Barigah, Hervé Cochard, Roland Huc, M, Ducrey et S. Herbette, INRA Fichier à télécharger
Importance de la variabilité individuelle pour la coexistence des essences. Application aux forêts de montagne sapin – épicéa (poster) Ghislain Vieilledent et Georges Kunstler, Cemagref, Jean-François Dhôte, LERFoB, Benoît Courbaud, Cemagref Fichier à télécharger Fichier à télécharger
Sylviculture. Eric Lacombe, LERFoB
Régénération et diversification des peuplements à pin d’Alep en région méditerranéenne : impact des différents types de travaux sylvicoles Bernard Prévosto, Christian Ripert et Guillaume Favand, Cemagref Fichier à télécharger Fichier à télécharger
Comment diagnostiquer et préserver la biodiversité au sein des très jeunes peuplements ? François Moyses, DDAF 54 Fichier à télécharger Fichier à télécharger
Une sylviculture forestière étagée avec une sylviculture sans coupe rase : un bon moyen de gérer à long terme les forêts mélangées Marie-Stella Duchiron Fichier à télécharger
A propos des forêts mélangées de chêne sessile, pin Laricio de Corse et pin sylvestre (poster) Jean-Paul Nebout, CRPF Auvergne Fichier à télécharger
En quoi la gestion des forêts influe-t-elle sur la composition et la structure des peuplements ? Une étude de cas dans les Alpes du Nord française (poster) Julie Grenet, Emilie Crouzat, Yoan Paillet, Marc Fuhr et Jean-Jacques Brun, Cemagref Fichier à télécharger Fichier à télécharger
Dispositifs expérimentaux. Isabelle Vinkler, LERFoB
Etude de la régénération naturelle des essences héliophiles en hêtraie : influence de la structure et de la composition du peuplement arboré sur la croissance des semis et la compétition avec les semis de hêtre Laurence Delahaye, Hugues Cleassens et Jacques Rondeux, Faculté des sciences agronomiques de Gembloux Fichier à télécharger
Etude du mélange hêtre / érable sycomore : présentation d’un double-clinal en forêt domaniale de Haye (54) Isabelle Vinkler, Catherine Collet, François Ningre et Benjamin Faivre, LERFoB, Jérôme Bock, ONF Fichier à télécharger Fichier à télécharger
Pour alléger le suivi des plantations : le mélange avec des essences secondaires Jacques Becquey, CNPPF – IDF Fichier à télécharger Fichier à télécharger
Présentation d’un dispositif expérimental sur les feuillus précieux en forêt domaniale d’Auberive (érable sycomore, alisier torminal, merisier) Bruno Chopard et Fabienne Niederlender, ONF Fichier à télécharger
Le réseau AFOCEL d’essais « bouleau » (poster) Maryse Bigot et Christine Deleuze, FCBA AFOCEL Fichier à télécharger Fichier à télécharger
La coopérative de données sur la croissance des arbres forestiers : le groupe de travail sur les peuplements hétérogènes Thomas Cordonnier, ONF Fichier à télécharger
Le projet de « Catalogue des sources d’information sur la forêt » (Ca-SIF) Sandrine Landeau, ECOFOR
Jeudi 28 juin 2007
Session 5 : Sylviculture et gestion des forêts mélangées. Présidée par Noël Le Goff, LERFoB
8h30 Aspects économiques de la gestion des peuplements forestiers mélangés Max Bruciamacchie, ENGREF, Mark Hanewinkel, FVA, et Jean-Luc Peyron, ECOFOR Fichier à télécharger Fichier à télécharger
9h00 Conduite de peuplements mélangés en forêt de montagne : exemple d’un transfert chercheurs – gestionnaires Xavier Gauquelin, ONF, Benoît Courbaud, Cemagref, Frédéric Berger, Cemagref, Jacques Fay, ONF, et Eric Mermin, Cemagref Fichier à télécharger Fichier à télécharger
9h30 Quels modèles de croissance pour les peuplements mélangés ? Exemple du mélange chêne sessile – pin sylvestre Thomas Pérot, François Goreaud et Christian Ginisty Fichier à télécharger Fichier à télécharger
10h00 Dynamique du sapin, du hêtre et du pin dans l’arrière-pays méditerranéen : de la modélisation à l’aide à la gestion Philippe Dreyfus, INRA Fichier à télécharger Fichier à télécharger
Session 6 : Synthèses et conclusions. Présidée par Erwin Dreyer, INRA
11h00 Restitution de l’atelier 1 : Enjeux et scénarios Guy Landmann, ECOFOR, Thierry Sardin, ONF et Eric Sevrin, CRPF Lorraine-Alsace Fichier à télécharger
11h15 Restitution de l’atelier 2 : Aménagement et aide à la décision Jean-François Dhôte, LERFoB, Christine Deleuze, AFOCEL et Benoît Courbaud, Cemagref Fichier à télécharger
11h30 Restitution de l’atelier 2 bis : Aménagement et aide à la décision Jean-Luc Peyron, ECOFOR, Thomas Cordonnier, ONF et André Gavaland, INRA Fichier à télécharger
11h45 Restitution de l’atelier 3 : Pilotage sylvicole Jacques Becquey, CNPPF, et Philippe Balandier, Cemagref
12h00 Conclusions Jean-Luc Peyron, ECOFOR, Michel Badré, IGE et Guy Landmann, ECOFOR Fichier à télécharger

Fichiers attachés : Programme Commpresse Synthese